Consoles-Fan
20/04/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2927 articles en ligne

 
Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm Revolution
La Revolution quand y en a pas besoin...
...c’est pas forcément une bonne idée.


JPEG - 31.6 ko

Après trois épisodes de haute volée de la part de CyberConnect², tout grand amateur de Naruto a probablement vibré en apprenant que la licence revenait pour un dernier baroud d’honneur sur PC, Xbox 360 et Playstation 3. Néanmoins, quand cet Ultimate Ninja Storm : Revolution a commencé à pointer le bout de son nez, certains se sont remémorés du seul épisode en demi-teinte du studio : Generations. Et il semblerait hélas que le studio ait fait l’erreur de s’inspirer de celui-ci pour ce nouvel opus…

JPEG - 40.9 ko

Naruto : Ultimate Ninja Storm Revolution prend pied dans ce qu’il convient d’appeler un OAV : plutôt que de reprendre la trame originale, l’on a ici le droit à un jeu qui nous propose simplement de participer au tournoi qui déterminera qui est le plus grand ninja de tous les temps. L’excuse semble ridicule, d’autant plus que personne ne s’étonne de la participation d’une bonne dizaine de morts-vivants (anciens Kages, Madara…), mais a le mérite d’apporter à la série le plus grand roaster pour un jeu Naruto. Cela inclut les derniers protagonistes introduits dans la série (Madara, Obito, les Kage réanimés…), des personnages-clés du passé (Shisui Uchiwa), ou même des anciens persos secondaires qui ont enfin l’honneur d’être jouables (Iraku et Konohamaru).

JPEG - 36.3 ko

Mais la plus grosse nouveauté de cet opus réside dans les combats à 4 joueurs : proposant un combat en battle royale, ceux-ci sont l’occasion de découvrir un gameplay plutôt radicalement différent : au début du combat, chaque joueur commence avec 1000 points. Chaque coup reçu vous fait abandonner ces points sous forme d’orbe. A la fin du temps imparti, celui avec le plus de points gagne. Evidemment, la formule se complique avec quelques règles additionnelles propres au mode de jeu : en plus d’être définitivement hors combat si vous tomber à 0 points, il faudra aussi prendre en compte l’environnement où apparait parfois des pièges, des bonus, ou même des rampes verticales ou horizontales. Ces deux rampes sont alors l’occasion pour le joueur le plus rapide à se jeter dessus de pouvoir attaquer depuis en-dehors des limites de l’arène, de manière vraiment efficace.

JPEG - 58.4 ko

Le problème est que le système montre rapidement des limites qui sont TRES difficiles à faire passer auprès du joueur. Que le système de lock ne soit pas optimal n’est pas choquant, cela reste la difficulté première des jeux de baston en 3D en battle royale, et la formule miracle a décidément bien du mal à être trouvée. Non, le problème vient plutôt des freezes provoqués par l’apparition ou la disparition de n’importe quel élément : si un combattant se fait abattre, si une rampe apparaît ou disparaît, ou si des pièges ou un NPC se mêlent au combat, chacun de ses évènements provoque un freeze de l’action. Certes, cela est très éphémère, mais casse violemment le rythme du jeu, pourtant effréné par ailleurs.

JPEG - 45.3 ko

Mais là où le jeu récidive la plus grosse erreur de Ninja Storm Generations, c’est avec le passage au second plan du scénario. Certes, un jeu de baston brille surtout par son gameplay à l’origine, mais la trilogie Ninja Storm nous a habitué à offrir une histoire si proche et fidèle au manga. Voir débarquer un épisode où les scénarios sont au mieux des arcs de flashback (le passé d’Itachi et la fondation de l’Akatsuki), les autres sont dignes d’OAVs moyens ou de hors-séries de l’animé. L’une des premières conséquences de cela : la disparition pure et dure des combats contre boss, ces affrontements démentiels contre un ennemi avec multiples barres de vie, QTE, et phases de jeux. Résultat, le titre s’avère bien plus prévisible et bien trop sobre en solo.

Graphismes : 15/20

Plutôt bien fichu encore une fois, ce nouveau Ninja Storm se repose néanmoins énormément sur Ninja Storm 3 : l’essentiel des environnements de combats en sont issus, et même l’exploration prend souvent place dans des endroits du précédent opus. En revanche, côté attaques spéciales inédites, le jeu s’offre quelques nouveaux coups spéciaux pour le moins spectaculaire, bien supérieur en qualité à ce que l’on a pu voir dans l’animé. En revanche, carton rouge aux freezes qui surviennent en plusieurs occasions lors des combats à 4 joueurs.

Gameplay : 13/20

Reprenant le gameplay pêchu des Ultimate Ninja Storm, les développeurs ont néanmoins mis de côté ce qui faisait tout l’épique de la série : les combats de boss. Certes, un rééquilibrage, l’arrivée des combats à 4 (avec un système de jeu plutôt intelligent), et un roaster démentiel font plaisir, mais sucrer ces combats titanesques est regrettable, surtout quand on voit que plusieurs combats auraient clairement pu être de cet acabit. De même, mettre les combats à 4 joueurs au cœur du mode principal du jeu s’avère déroutant, surtout que ceux-ci ne s’avèrent pas sans défauts.

Bande-son : 17/20

Carton plein sur ce point pour ce nouvel épisode : les voix (jap’ et anglaises) originales répondent présent, ainsi que la plupart des musiques. Ajoutez à cela des combats toujours aussi dynamiques et chargés tant en répliques qu’en bruitages directement issus de l’animé, et vous obtenez un résultat parfait pour tout fan de l’univers.

Scénario : 8/20

La note peut paraître sévère, mais punit ce qu’est le jeu : un OAV. Abandonnant toute logique liée à l’univers, celui-ci se contente de trouver une excuse pour rassembler un nombre de personnages ahurissant, mais qui n’auraient aucune raison de participer à un tel tournoi. Les "Histoires de Ninja" sont certes scénarisées, mais sont au final une succession de combats normaux entrecoupés d’extraits de l’animé. Seul l’histoire de MéchaNaruto s’avère au final intéressante, même si très prévisible.

Durée de vie : 12/20 Si les possibilités en ligne ont été revues à la hausse, les développeurs ont hélas totalement amputé la partie solo du jeu. A commencer par la disparition pure et dure du mode histoire, "remplacé" par quatre mini-histoires, TRES courtes (l’une d’entre elle n’est d’ailleurs qu’un extrait de l’animé…). Certes, débloquer l’intégralité du Roaster ainsi que toutes leurs versions prendra du temps, mais on ne peut que regretter d’avoir si peu à se mettre sous la dent après avoir joué à Ultimate Ninja Storm 3…

Conclusion : 13/20

Si vous recherchez le jeu Naruto le plus abouti en terme de roaster et de combats dynamiques, Revolution est probablement l’épisode qui l’emporte ici. Malheureusement, ces améliorations se sont fait au détriment total de l’expérience solo et du 1v1. On se retrouve avec un jeu dont le fond est effectivement une belle réussite (même si les combats à 4 s’avèrent pénibles), mais le contenu clairement insuffisant en comparaison avec Ultimate Ninja Storm 3. Il n’en demeure pas moins un titre sympathique, mais hélas trop dénué d’histoire pour vraiment marquer les acharnés de l’œuvre de Masashi Kishimoto.


NOTE : 07/10