Consoles-Fan
16/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2888 articles en ligne

 
Sunset Overdrive
Boisson énergisante
pour jeu survitaminé

On s’attendait à du frais, et on a eu de l’épatant avec Sunset Overdrive : un jeu qui ne se prend vraiment pas au sérieux et qui mélange du Jet Set radio avec du Dead Rising.

Techniquement, Sunset Overdrive est très impressionnant. Le monde est ouvert tout en proposant un framerate stable qui culmine néanmoins à 30 images par seconde. Honorable pour un monde ouvert d’autant que les explosions s’enchaînent par tous les côtés.

Un système de tutorial progressif nous apprend peu à peu la richesse du titre qui vous encourrage au combat stylé et aérien. En Effet, plus vous combattez avec brio, plus vous remplissez une jauge qui booste vos capacités et vos armes. Si vous ne jouez plus bien, la jauge diminue. C’est un peu une jauge lié à un système de combo.

01

Les développeurs ont bien raison de vous encourrager à jouer dans les airs car vu que le monde est ouvert, vous allez pouvoir profiter du paysage bien plus que dans un jeu classique. L’intérêt est qu’il est du coup très facile de s’orienter dans la ville dans même consulter la map. Vous voyez un pont au loin ou un building qui a l’air sympa ? Ne vous inquiétez, pas, vous pourrez forcément le rejoindre en traversant la ville, à pied, ou même en nageant.

Mais cette ville n’est pas tranquille. Elle est peuplée de mutants qui ont été contaminées par une boisson énergisante fraîchement lancée sur le marché. Pas de chance, elle n’avait pas été testée sur des humains avant son lancement, et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela a mal tourné.

La mise en-scène est léchée et impressionnante avec une présentation des ennemis qui claque bien. Les armes sont originales est très nombreuses. Elle se débloquent en les achetant au magasin, ce qui encourrage bien évidemment le joueur à récolter les fonds nécessaires, sous forme de canettes, histoire de pouvoir essayer la toute dernière arme débile.

Lol Infini

02 Plein d’humour et bourré de références, Sunset Overdrive vous fera marrer plus d’une fois. Rien que les respawn, c’est toute une histoire. Les dialogues sont dans la lignée de Eat Lead The Return Of Matt Hazard. C’est totalement politiquement incorrect et cela se moque grandement de notre media préféré.

On pourrait croire que les missions sont répétitives car le jeu semble ne pas laisser place à grand chose d’autre que du bourrinage mais en réalité la scénarisation du jeu propose finalement tout le contraire sans jamais proposer pour autant trop de complexité dans le gameplay. Résolument Arcade, il est placé au service du fun mais offre quand même de belles possibilités en terme de progression grâce à un système de level up classique mais efficace que j’ai évoqué plus haut.

05 En fait, la variété dépend aussi directement des décors visités très différents. Il y a même un quartier japonais : cool ! Et il faut vous rappeler que le gameplay est directement lié aux décors puisqu’il est possible de rebondir et de grinder par dessus ou par dessous ceux-ci. Les zones de grind se situent à différentes hauteurs : il y a par exemple des cables, des barrières ou encore des rails. Dans ce dernier cas il n’est évidemment pas possible de passer par dessous. Je vois que y’en a qui suivent. Il est aussi possible de s’accrocher à des immeubles, de marcher sur les murs façon Prince Of Persia et Titanfall. Et comme il vaut mieux se battre dans les airs parce que c’est plus efficace et qu’au sol vous vous faites exploser en moins de deux, la composition des décors a une influence directe sur votre manière de jouer et chaque combinaison procure donc des sensations différentes. Il faudra réagir à chaque situation et faire preuve de flexibilité.

Les missions sont plutôt variées et proposent même des phases un peu plus stratégiques de Tower Defense avec placement de pièges. Bien qu’en ligne droite, le scénario se boucle en une dizaine d’heures et le jeu se termine donc avec un goût de trop peu. En effet, je n’ai pas eu l’impression de connaître tous les recoins de Sunset City. On est donc encourragé à revenir terminer les missions annexes d’autant que celles-ci sont bien présentées, avec des cinématiques et pas juste balancées à l’arrache.

L’humour, toujours l’humour

03 Je vous l’ai dit, l’humour est ominiprésent dans Sunset Overdrive et je dois bien dire que le travail d’écriture et de localisation en français est vraiment phénoménal. Les private jokes ne peuvent parfois être comprises que par des francophnes, qu’il s’agisse de jeux de mot ou de références culturelles. Franchement, j’ai explosé de rire plus d’une fois : j’ai cru par moment me retrouver à l’époque des excellents doublages délirants de l’époque de Nicky Larson et de Ken Le Survivant.

Le jeu prend pas mal d’éléments du jeu vidéo à contrepied. Ici, un mur transparent (qui fait généralement pester les joueurs) est même utilisé pour tuer quelqu’un !

Il est vrai que les décors soufrent parfois d’un peu de pop-up mais dans l’ensemble, Sunset Overdrive est vraiment classieux et ne soufre d’aucune baisse de framerate malgré des explosions dans tous les sens. Pour sûr, le jeu a été bien débuggé comme il faut.

04 Au fil du temps, vous récupèrerez de nouvelles facultés. Il sera possible d’effectuer des dash sur les rails, des dash aériens et même sur les murs, de sorte qu’il ne soit au final plus jamais vraiment nécessaire de poser un pied sur le sol :de quoi donner un sacré coup de vieux à Assassin’s Creed.

Il y a même un peu d’Evolve dans ce jeu ! Le personnage peut évoluer et choisir ses armes préférées. Par exemple Il peut opter pour des hélicoptères de soutien qu’il déploie pour surveiller des zones sensibles ou tout simplement comme soutien en puissance de feu au coeur de la bataille.

L’éditeur de personnage a en tous cas bien servi aux développeurs qui nous offrent ainsi une quirielle de personnages secondaires tout aussi réussis que le personnage que vous incarnez, là où beaucoup d’autres jeux passent par la case baclage.

Graphismes : 91%
Une finition impressionnante pour un jeu ouvert.

Animation : 91%
Rien à redire : quelle stabilité !

Jouabilité : 94%
Un gameplay très Arcade et pas très exigeant : les routines du jeu soutiennent largement les déplacements du joueur afin de privilégier l’aspect spectaculaire des déplacements.

Bande Son : 97%
Un travail d’écriture magnifique et le doublage efficace et drôle.

Intérêt : 93%
Vous avez dit exclusivité ? Pas taper ! Pas taper !

Note Globale : 93%
Mission accomplie pour Sunset Overdrive qui rejoint les autres killer applications de la Xbox One.


NOTE : 09/10