Consoles-Fan
19/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3012 articles en ligne

 
Lara Croft and the Temple of Osiris
Du sable
dans les chaussures

Non, ce n’est pas un Tomb Raider. C’est un Lara Croft. Dans la pure ligée de Lara Croft and The Guardian of Light. A la différence que l’on peut cette fois-ci jouer à 4 en local ou en ligne et que le contexte choisi est la mythologie égyptienne, un choix très évident et plaisant à la fois.

04

Alors que l’Egypte était prospère sous le reigne d’Osiris, son frère Seth le tua et pris sa place mais grâce à un sceptre magique, Isis, l’épouse d’Osiris, le ressucita juste le temps qu’il faut pour lui donner un enfant Horus. Fou de rage, Seth s’empara du sceptre, découpa Osiris en morceaux et enferam Isis et Horus dans le tombeau.

01

Même si ce n’est donc pas un Tomb Raider, c’est la talentueuse équipe Crystal Dynamix qui est aux commandes. Le jeu est entièrement modélisé en 3D mais la vue proposée en dehors de queluqes plans de cinématique est celle de cette bonne vieille 3D isométriqueque tout le monde connaît. Je suis faussement gentil avec elle car en réalité, je déteste ce genre de vue qui décale de 45 degrés le stick analogique. On appuie en biais pour aller en biais, c’est à dire pour avancer en réalité. La caméra offre aussi rarement des effets incroyables mais en revanche, donne au joueur une vision plus large qu’en vue à la troisième personne, ouvrant ainsi la porte aux énigmes plus réfléchies et moins hasardeuses puisqu’il faut parfois user de stratégie et faire appel à la co-opération des joueurs, bien forcés de voir à tout moment ce que vous faites pour co-opérer correctement : par exemple, s’il faut actionner 4 switchs en même temps et dans des pièces différentes. Et c’est bien à ce type de jeu que l’on a affaire. Ceux qui ont joué à l’opus précédent ne devraient donc pas être surpris.

03

Certes, ce Lara Croft ne baigne pas d’originalité mais c’est du concentré de bonnes idées. Leviers, bombes à retardement, boules à véhiculer dans les niveaux, armes de toute sorte, switch à actionner, miroirs à diriger pour manipuler un rayon et toutes les combinaisons de tout cela que vous pouvez imaginer. Tout a été fait pour offrir au joueur une expérience de jeu tantôt posée, tantôt stressante. Il y a de l’action et de la réflexion. Les affrontements sont intéressants car tirer fait ralentir votre personnage alors que les ennemis sont plutôt véloces. Il faut donc accepter le fait de s’arrêter pour prendre un peu de recul avant de canarder à nouveau. Le level design est plutôt malin et le joueur se retrouve rapidement piégé dans une aventure qui nécessite pas mal d’exploration et de fouille si vous souhaitez tout débloquer. Vous pouvez par exemple exploser les sols pour découvrir des gems, récolter des masques, allumer des vasques ou encore découvrir les trésors que renferment les coffres. Comme je vous l’ai dit, rien n’incroyablement original, mais le tout est bien agencé et vous empêche d’avancer en ligne droite juste pour terminer des stages pas super étendus géographiquement parlant. L’illusion est là et elle rend la progression très intéressante car on apprivoise les niveaux plus qu’on ne les traverse.

02

La difficulté est très progressive, le temps de vous laisser le temps de vous familiariser avec toutes les possibilités de gameplay qu’offre le jeu. Des niveaux bonus réellement intéressants récompenseront les joueurs assidus. J’ai pour ma part adoré les boss avec toute une série de technique à adopter pour les battre. Crystal Dynamix s’est vraiment cru pour Treasure pour le coup. Vous savez quoi ? Ce jeu assume en fait son statut de jeu vidéo. Il est bourré d’anciennes routines de jeu aujourd’hui disparues de la plupart des jeux "modernes". Lara Croft and the Temple of Osiris est une gourmandise qu’il serait dommage de ne pas dévorer.

Graphismes : 78%
Je ne suis pas fan de 3D isométrique mais celle-ci est réalisée en véritable 3D avec pas mal de cinématiques en temps réel.

Animation : 88%
Je n’ai pu tester que le mode solo et le framerate était presque tout le temps constant.

Jouabilité : 95%
Clairement le point fort du jeu : les énigmes sont géniales et font appel de manière équilibrée à tous les éléments de gameplay que l’on apprend au fur et à mesure.

Bande Son : 92%
Excellent doublage et excellentes musiques.

Intérêt : 95%
Je m’attendais à du lourd après le tout premier opus très réussi sur Xbox 360 et là, j’ai eu une enclume.

Note Globale : 93%
Lara Croft and the Temple of Osiris n’a qu’un grand tord, c’est qu’il risque d’être pris pour ce qu’il n’est pas : un Tomb Raider. Le jeu surfe sur la licence mais n’a en vérité absolument rien avoir. Mais si cela peut aider à rendre les consommateurs un peu curieux, c’est tout bénef car il serait vraiment dommage de passer à côté d’un titre aussi intéressant.


NOTE : 09/10