Consoles-Fan
20/08/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2998 articles en ligne

 
007 : Espion pour Cible
Goldeneye 2
Le personnage de Ian Fleming est de retour...

RareWare a quitt

La fin des daubes ?

Après un Tomorrow Never Dies infâme et un The World is not Enough très moyen, Electronics Arts nous ressort un opus de 007, mais le problème c’est qu’ils développent les jeux plus vite que les films se réalisent donc c’est un opus qui n’a aucun rapport avec aucun film qui nous est ici donné. EA a dû donc créer un scénario de toute pièce, nous devrons donc ici retrouver Zoé Nightshade, agent de la CIA, qui a été enlevé alors qu’elle faisait une enquête sur les rapports entre Identicon, centre de recherche biogénétique basé à Hong Kong et sa société mère, Malprave Industries. Cette mission vous baladera un peu partout sur le globe, vous pourrez visiter le métro de Hong Kong en voiture ou infiltrer une ambassade à Prague, bref comme dans tout les James Bond on voyage beaucoup et principalement dans des pays à tendance communiste.

Mais c’est mignon tout ça !

Graphiquement c’est vraiment splendide, on se croirait sur pc. Le décor fourmille de petits trucs bien cools comme le fait de pouvoir casser les lampadaires, les plates bandes, les fenêtres, les extincteurs… Les développeurs ont vraiment fait attention au détail comme lors des courses poursuites au lieu de mitrailler comme un bourrin les véhicules ennemis, il suffira de tirer sur une des roues pour voir le véhicule dévier de sa trajectoire et se fracasser contre un mur. Les personnages sont superbement modélisés, on peut juste regretter le fait que James Bond ne ressemble vraiment pas à Pierce Brosnan. Le jeu est entièrement en français et les voix de M ou de Q sont les mêmes que dans les films ce qui renforce encore plus l’immersion dans le jeu, tout comme la musique et les bruitages qui sont d’excellentes factures. L’animation est elle aussi plutôt bonne si on excepte quelques ralentissements quand on slalome dans les rues de Hong Kong en tirant des missiles. Le seul « défaut » serait la jouabilité qui est parfaite lorsque l’on est en voiture ou dans un poste fixe (comme à l’intérieur du tank où on ne dirige que la tourelle et la mitrailleuse) mais lors des phases de fps, deux problèmes subsistent : Tout d’abord le changement d’armes et de gadget se fait avec la minuscule croix donc c’est assez dur en plein combat de changer d’armes, et les déplacements latéraux se font avec le stick jaune tout comme l’orientation de la vue, ce qui fait que des fois lorsque l’on veut faire des pas sur le côté on dirige en même temps le regard vers le haut, mais bon après 2 ou 3 heures de jeux on a pris le coup de main et on n’y pense même plus.

:Macédoine :

Les missions sont très diversifiées ; on a des phases de bourrinage à la Soldier of Fortune, des phases de shoot immobile comme dans certains passages de Half-Life, de l’infiltration à la Rogue Spear (en beaucoup plus soft quand même) ou des phases de course poursuite à la Driver ou InterState ’76. Le mélange est vraiment excellent et même si la durée de vie ne suit pas vraiment, on se refait des missions comme celles à Prague ou dans les rues de Bucarest avec plaisir. Au niveau de l’arsenal, vous aurez l’embarras du choix. Au début vous n’aurez que votre pistolet d’or (à ne pas confondre avec le golden gun, une balle du pistolet d’or ne tue pas directement en mode solo) mais votre armement augmentera au fur et à mesure avec des pistolets à fléchettes, des fusils d’assault, des mitraillettes… Plus d’une vingtaine d’armes seront à votre disposition pour mener à bien votre enquête, mention spécial au Frinesi, un fusil à pompe bien classe et bien sympathique. James Bond oblige, les gadgets sont également de la partie avec un grappin, des lunettes infra-rouge, un laser, le Q-Jet (un propulseur vertical)… Nos amis tunning-man ne sont pas en reste puisqu’ils auront le loisir de conduire une BMW 750iL, une BMW Z8 et une Aston Martin DB5 (La marque présente dans Die Another Day) chacune équipée de gadget facilitant la conduite comme les roquettes ou les missiles. Malprave a aussi son petit arsenal personnel composé d’au moins 30 hélicoptères et une légion de garde dotée d’une I.A très travaillée avec plein de détails comme lorsqu’ils seront trop blessés ils essayeront de fuir pour appeler leurs potes.

Plus mieux à plus

Le multijoueurs est comme le reste du jeu c’est-à-dire excellent, jusqu’à 4 simultanément ou avec des bots, sur des maps variant d’un château, à un port en passant par une ville et avec toutes les armes et gadgets du jeu, ce mode relance l’intérêt du jeu notamment grâce au niveau dans la gare où la seule arme disponible est le SWZ SSR4000 (un fusil de sniper) et où il faut protéger son passager en snipant l’adversaire, vraiment stressant mais génial.

Pour conclure, Espion pour Cible est la digne suite de Goldeneye c’est-à-dire un jeu excellent aussi bien seul qu’à plusieurs, un des meilleurs jeux sortis sur GameCube avec Monkey Ball et Beach Spikers.

 Technique 92% : Parfait sauf 2-3 ralentissements par-ci par-là

 Fun 95% : On prends un plaisir fou à conduire une voiture de sport dans les rues de Bucarest ou d’infiltrer une ambassade gorgée de terroristes.

 Durée de vie 85% : Le jeu peut se finir très rapidement mais les missions sont tellement interessantes, tout comme le mode multijoueurs que l’on y revient toujours

 Note Finale 9/10

LorentzKiele


A noter que la suite est d
NOTE : 09/10