Consoles-Fan
22/09/2018

Auteur
  

3015 articles en ligne

 
Annabelle
trouillomètre
à zéro

Un film d’horreur avec une poupée. Mouais. Déjà vu et franchement ça n’augure rien de bon. C’est sans doute ce que beaucoup diront. Je l’ai aussi pensé avant d’aller voir le film au cinéma.

Et pendant le début de la séance, je n’ai pas vraiment été rassuré. Certes, la poupée est vraiment glauque et malsaine. Oubliez le ridicule Chucky. Ici, elle vous glacera le sang. J’ose même pas imaginer qu’on puisse acheter un truc pareil à son gosse. Enfin bon, peut-être qu’à l’époque on trouvait ça joli et sympa à offrir pour un enfant.

Cette fois-ci, la poupée est un cadeau d’un mari pour sa femme. L’arrivée de cette poupée maudite dans la maison sera le déclenchement d’évènements étranges et le début d’une descente aux enfers psychologique.

Le début du film, donc, est un nanard parfait. Il ne fait que nous conforter dans nos convictions. Il ne se passe rien. Le film piétine. Même pas peur. Une fois le spectateur rassuré (pas sur la qualité du film mmm ?), c’est là que tout bascule. La tension s’installe. Elle ne s’en va plus.

Le film utilise de nouvelles ficelles et prend le spectateur à contre-pied plus d’une fois. Certains pièges sont désamorcés par le spectateur qui réalise par la suite que ce n’était qu’un leurre. Et vlan, c’est lorsqu’il relâche son attention que le coup de fouet résonne.

Après une montée en puissance exemplaire (je reproche quand même au réalisateur un début de film vraiment mou), Annabelle va vous crisper au fauteuil. L’adaptation en Blu-ray a été vraiment bien soignée avec une image sans grain. Si vous êtes équipé d’un bonne installation 5.1, vous allez flipper votre race.