Consoles-Fan
19/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2888 articles en ligne

 
GTAV
Je voulais juste
une petite vie bourgeoise

GTA par-ci, GTA par-là. Impossible de ne pas avoir entendu parler de la sortie de GTA V ce 17 septembre tant les media, tous les media, se sont emparés du phénomène. Mission communication réussie pour Rockstar, mais qu’en est-il vraiment du jeu ?

01

Au début, je n’aimais pas GTA. Je n’y suis venu qu’au 4ème opus et j’ai pris énormément de plaisir à la découverte de ce monde ouvert. Alors, ce 5eme opus, je l’attendais évidemment au tournant mais comme il était un peu trop gourmande pour les anciennes générations de console (surtout en terme de framerate), j’ai attendu bien sagement après ma version Xbox One.

L’attente valait clairement le coup car désormais GTA V ne bronche plus trop. Tout n’est pas parfait mais pour un monde ouvert, la fine équipe de Rockstar a fait des miracles. D’autant que l’écriture est largement maîtrisée malgré de sérieuses complications dans l’aventure puisqu’en plus de devoir gérer un monde ouvert, vous avez la possibilité désormais de jouer avec 3 personnages dont les destins vont se croiser.

02

Vous zappez et effectuez ainsi les missions dans l’ordre qui vous arrange même si certains passages scénaristiques se resserrent et vous obligent de terminer certaines missions avec l’un ou l’autre de nos affreux jojos. Mais dans la pratique, chacun vit sa petite vie à Los Santos, une ville qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Los Angeles et ses faubourgs.

Du côté du contenu inutile et donc complètement indispensable, Rockstar a réussi à se renouveler tout en se faisant plaisir et en continuant à critiquer la société d’aujourd’hui. C’est parfois un peu gras mais c’est toujours finement trouvé.

Les missions principales vous permettront donc d’avancer dans l’histoire avec un rythme pas toujours égal. Certaines missions sont très simples, d’autres demandent une habilité parfois rebutante. Rien de tel qu’une petite mission secondaire pour se calmer un petit peu et booster ses compétences.

03

Le contenu est fort riche et la découverte de Los Santos est vraiment passionnante. On peut flâner dans les rues et découvrir moultes activités. Bref, mener sa petite vie pépère entre deux ou trois crimes.

La zone à explorer est bien grande et cela n’a pas empêcher les développeurs de créer un titre techniquement superbe. Les environnements sont variés, la gestion de l’éclairage est vraiment réussie et même les vagues de l’océan sont superbes. Le tout nous est présenté dans un framerate d’une stabilité insolente. C’est joli, c’est fouillé, et cela rend l’univers de Los Santos très cohérent.

Le jeu est tout sauf linéaire. C’est donc un véritable tour de force que réussit ici Rockstar en terme d’écriture puisque les embranchements sont nombreux et peuvent être joués dans le désordre sauf bien entendu quelques missions principales : un minimum de cohérence s’impose. Pourtant, l’ensemble reste d’une logique implacable.

04 Mais GTA V est loin d’être exempt de défauts. Plus d’une fois, j’ai eu l’impression que les missions étaient conçues pour vous faire découvrir les bonnes idées des programmeurs du jeu. Je comprends qu’ils veuillent les exploiter et nous les présenter mais ce l’introduction n’est pas toujours très fine. Ensuite, en terme de missions secondaires, eh bien je trouve qu’il n’y en a pas des masses. Sur ce point, il est vrai qu’il est difficile de passer derrière Far Cry 4. Oui, ok, c’est un remake de GTA V sortir avant Fat Cry 4 mais quand même : après avoir terminé le jeu, il n’y avait plus tant que ça à faire. Enfin, si le framerate est très correct pour un monde ouvert, il est parfois instable. En revanche, certains éléments du décor apparaissent vraiment tardivement. Cela peut être de la végétation comme des effets d’éclairage.

Au final, avec une ville plus horizontale et moins verticale que dans le 4eme opus, Rockstar a réussi de ne pas tomber dans la répétition en nous proposant un GTA encore différent. Certes, il y a la marque bien présente mais la construction de l’histoire et les idées d’habillage sont renouvelées. C’est peut-être là la force de GTA, être capable de rester moderne épisode après épisode.

Graphismes :88%
Très bonne adaptation et une excellente réalisation au vu de la taille de la carte.

Animation : 86%
Ici aussi, le travail est grandiose mais pas impeccable. Cependant, pour un monde ouvert, je ne pense pas avoir vu mieux jusqu’à présent.

Jouabilité : 94%
La conduite est fort différente d’une voiture à l’autre et le maniement des personnages est simple et intuitif.

Bande Son : 96%
Dialogues excellents et une bande-son aussi riche que variée.

Intérêt : 95%
Une aventure excellente et trois histoires croisées à suivre : vraiment, ce GTA a mis les petits plats dans les grands.

Note Globale : 93%
Un classique incontournable même si j’ai eu l’impression que GTA IV allait un peu plus loin en terme de contenu (faux sites internet, etc) rendant l’univers cohérent.


NOTE : 09/10