Consoles-Fan
17/01/2018

Auteur
  

2888 articles en ligne

 
Paperbound
Quand Super Smash Bros rencontre
Tower Fall et Puppeteer

Une fois n’est pas coutume, on va commencer avec les points qui fâchent histoire de s’en débarasser. L’écran de sélection des personnages aurait pu présenter l’ensemble des personnages. On ne peut les voir simultanément, juste un par un. L’écran de sélection des stages est réparti en livre, c’est original mais du coup la navigation est brouillonne puisqu’il faut tourner les pages et sauter de livre en livre de manière plutôt désordonnée. C’est tout. Place aux bonnes choses à présent.

01

Vous l’aurez compris, à part l’interface qui mériterait à gagner en lisibilité (à force de vouloir faire original on perd de la clarté), Paperbound est une excellente surprise pour le Playstation Store. Les personnages ont un design plutôt varié et qui manque d’une certaine cohérence mais ce n’est pas plus mal car dans ce cas précis, il est important de ne pas confondre les personnages plutôt petit à écran et qui sautent dans tous les sens. Il est possible ainsi de marcher sur tous les murs et les décors du stage tout comme il est possible d’inverser la gravité un peu comme dans Ori. Cela a l’air compliqué comme cela mais en réalité, c’est vraiment très simple à prendre en main. Après, il faut essayer d’éliminer votre adversaire en frappant ou en tirant le premier (avec l’analogique - attention les munitions sont limitées). Autrement dit, il faut bien faire attention avant de se découvrir puisque vous pourriez-vous faire tirer dessus. Mais comme dans Tower Fall, une munition lancée est une munition perdue qu’il faut donc aller ramasser. Vous, ou un ennemi. Garde au retour de flamme donc si vous manquez votre cible.

02

03 Le jeu est très rapide et on gigotte dans tous les sens et bien entendu les coups vaches sont les bienvenus. En inversant la gravité, on peut ainsi sauter sur des ennemis de manière innatendu et leur donner un coup fatal. Mais ce n’est pas tout, une fois que vous avez atteint votre quota d’ennemis à tuer, il faut encore arriver à vous enfuir du stage sans se faire tuer par un ennemi. Sinon, il faudra à nouveau tuer quelqu’un pour que le portail de fuite s’ouvre. Ce principe qui s’inspire de Titanfall est excellent d’autant que vous pouvez être certain que tous vos adversaires vont se concentrer sur vous pour vous empêcher de fuir. Sans ce barrage, ce serait votre victoire assurée et la fin de la partie. Je ne vous raconte même pas comme c’est intense quand plusieurs personnes ont atteint leur quota et que le portail s’ouvre tour après tout pour l’un et pour l’autre lorsqu’il reprend la main en tuant un ennemi. Le suspens est à son comble et les situations peuvent se renverser sans arrêt : génial !

Les modes de jeu sont vraiment tarte à la crème mais cela fonctionne bien. Il y a le mode "versus classique", "le dernier survivant" qui parle de lui-même et "vive le roi" qui consiste à garder la couronne le plus longtemps possible, et pour se faire, il faut être celui qui a le plus de points. Autrement dit, tout le monde veut votre peau mais en même temps, vous n’avez pas d’amis dans le jeu puisque tuer n’importe quel concurrent peut vous faire gagner des points.

04 Ces modes sont jouables chacun pour soi ou par équipe. En équipe, un mode supplémentaire "capturez la plume" vient aggrémenter le tout.

Ce qui est assez rigolo, dans ce jeu, c’est que les coups que l’on donne ont une certaine latence qui peut coûter cher au vu de la rapidité des déplacements des personnages. Il faut être le premier à frapper l’autre mais si on rate son coup, on est quasiment certain de mourir car l’autre qui se sera encore rapproché ne va certainement pas vous rater :)

Les stages sont déclinés en nombreux thèmes et leur level design offre une expérience à chaque fois originale. On fait rapidement le tour de Paperbound mais la replay value est gigantesque. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire.

Graphismes : 78%
¨Les différents designs ne sont pas hallucinants mais au moins ils sont variés et se prêtent de manière intelligence au gameplay (je pense au character design qui part dans tous les sens pour gagner en lisibilité)

Animation : 75%
C’est fluide, rien d’incroyable ma bonne dame.

Jouabilité : 92%
Du gameplay immédiat malgré son concept de gravité qui semble complexe mais qui ne l’est point.

Bande Son : 91%
Egalement un très bon point du jeu : agréable et pêchu.

Intérêt : 96%
Vous aimez les bons jeux multijoueurs comme Bomberman, TowerFall, Kung Fu Chaos, Pac-Man VS, Nidhogg. Des jeux sur lequel vous pouvez passer des soirées entières sans vous lasser ? Vous pouvez désormais compléter votre collection avec Paperbound !

Note Globale :93%
Difficile de lâcher les manettes : un titre idéal pour une soirée entre potes. Nul doute qu’il s’inscrira parmi les classiques.


NOTE : 09/10