Consoles-Fan
17/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2888 articles en ligne

 
F1 2015
Vroum vroum...
...mais électrique !

Si un sport a étonnamment évolué ces dernières années, c’est bien la Formule 1 : avec l’avènement des moteurs hybrides, la F1 a changé radicalement d’aspect, même si la compétition fait toujours rage, entre les pilotes mais aussi entre les différents constructeurs. Et comme la majorité des sports, c’est donc chaque année que nous avons droit à une nouvelle adaptation vidéoludique de la discipline, cette fois sur la nouvelle génération de consoles. Mais est-ce que le jeu a autant évolué que ça ?

Première surprise : F1 2015 ne propose pas une, mais bien deux saisons de Formula One : si la saison qui vient tout juste de démarrer est bien entendu au programme, celle de 2014 est également présente, afin de revivre (voir de ré-écrire) les moments forts de celle-ci. Licences obligent, vous aurez donc le choix parmis toutes les écuries compétitrices, mais aussi parmis les pilotes qui concourent sur les circuits aux quatre coins du monde.

JPEG - 68 ko

Le jeu commence en offrant aux joueurs la possibilité de personnaliser tous les paramètres de difficulté et de conduite. On est en territoire connu ici, puisqu’en plus de l’IA, on retrouvera les habituelles possibilités d’ajuster toutes les aides à la conduite. Si les puristes joueront donc en retirant l’intégralité de celle-ci, il est plaisant de pouvoir se lancer tête baissée sur un circuit sans devoir gérer l’adhésion des pneus, le timing du freinage ainsi que l’intensité de celui-ci, etc. De fait, le jeu peut adopter une tournure très arcade ou au contraire se rapprocher d’un réalisme très poussé. Le mode carrière invite d’ailleurs au même choix, puisqu’il sera possible d’ajuster la durée des courses, entre 25 et 100% de la course pourra être parcouru afin de ne pas répéter inlassablement les mêmes gestes pendant une quarantaine de tours.

JPEG - 63.9 ko

Cependant, ce réalisme est un peu entâché par une réalisation un peu décevante : même si le jeu est clairement plus beau que les dernières versions sorties sur la génération précédente, F1 2015 ne tient pas vraiment la comparaison avec les ténors du genre que sont Forza 5 (sorti en même temps que la console !) ou même Project Cars. Un peu regrettable, surtout que les modèles de voitures sont forcément moins variés. Idem pour les environnements qui sont corrects, sans plus. En revanche, on ne pourra pas critiquer le jeu côté ambiance : que ça soit le son des moteurs hybrides (qui donnent l’impression d’être dans une ruche géante), les commentateurs ou le staff qui nous soutient lors des courses ou aux stands, il faut bien avouer que le travail accompli de ce côté-là est plutôt bon. On regrettera ceci dit que l’équipe ne donne pas plus de la voix, le bruit des moteurs ayant tendance à recouvrir les voix de votre crew.

JPEG - 58.2 ko

Côté conduite, les véhicules se prennent en main plutôt bien. La fluidité apportée par la next gen peut surprendre à la première accélération tant l’on a vraiment l’impression de filer à toute allure sur les circuits. Attention donc aux virages serrés, qui pourraient bien vous surprendre en arrivant plus vite que prévus ! Si la maniabilité avec assistance peut être un peu barbante (freinage automatique...), celle sans aucune aide s’avère, elle, technique au possible, poussant au perfectionnisme sur chaque prise de risque dans les cordes. Les sensations de la F1 sont bien là, et l’on retrouve toute la technicité de ce sport mécanique quand il s’agit de tenter un dépassement, qui s’avère bien souvent très périlleux, où la moindre erreur peut coûter cher à cause des dégâts ou des sanctions. Mais après tout, c’est de la Formule 1, et c’est bien là ce que l’on demande !

JPEG - 46.1 ko

Graphismes : 13/20

Le passage de la Xbox 360 à la One se fait en douceur. Beaucoup trop : certes, l’on gagne en fluidité et en finesse, mais pas tant que ça, surtout quand on prend le temps de s’attarder sur les environnements.

Bande-son : 16/20

Il faut bien avouer qu’en jeu comme en vrai, la Formule 1 a adopté une sonorisation beaucoup moins assourdissante avec l’avènement des moteurs hybrides. Passé du rugissement des moteurs surpuissants aux ronronnements électriques des nouveaux monoplaces a de quoi surprendre, mais cela retranscrit au final la réalité du sport à l’heure actuelle. Ajoutez à cela des commentateurs français plutôt compétents pour introduire les courses, et vous obtenez un tableau presque parfait, si ce n’est que l’on a parfois du mal à entendre notre staff technique par-dessus les moteurs.

Gameplay : 15/20

F1 2015 propose une expérience entièrement customisable, comme ses prédécesseurs : niveau d’IA, assistances de trajectoires, de freinage, et autres sont au programme, afin de choisir le parfait équilibre entre arcade et simulation.

Durée de vie : 16/20

En reprenant non pas une, mais deux années de Formule 1 (celle de 2014 déjà achevée, ainsi que celle de 2015 tout juste entamée), F1 2015 offre un contenu plutôt conséquent. Libre à vous de rejoindre une écurie, et il est possible pour les plus acharnés de courir sur l’intégralité de la course. Les moins endurants se contenteront d’un 25% ou de 50% de la longueur totale normale de la compétition tant les courses peuvent alors sembler interminables aux néophytes.

Conclusion : 14/20

Un peu trop proche de l’ancienne génération. C’est ce que l’on retiendra de ce F1 2015, qui rattrape une réalisation en-deça de ce que l’on a l’habitude de voir sur Xbox One par un contenu très généreux. Avec deux saisons complètes de Formule 1, une ambiance de pit et de commentateurs plutôt convaincante, ainsi qu’un haut niveau de personnalisation de prise en main devraient convaincre comme chaque année les amoureux du sport automobile de se plonger corps et âme dans l’aventure en monoplace.


NOTE : 07/10