Consoles-Fan
20/01/2018

Auteur
  

2889 articles en ligne

 
Project Zero : la Prêtresse des Eaux Noires
Le pré tresse des zoos noirs
On comprend mieux pourquoi ils ont mis le titre au féminin

Si la WiiU propose beaucoup d’excellents jeux inédits, il arrive que certains jeux soient destinés à un public averti. On pense à Bayonetta 2 ou plus récemment Devil Third. Cette fois-ci, les amoureux de productions japonaises et amateurs d’ambiance horifique seront comblés avec ce nouvel opus tiré de la licende Project Zero.

De sa construction très torturée, Project Zero n’est clairement pas à mettre en toute les mains, en particulier si vous n’aimez pas jouer dans le noir après minuit. Les âmes sensibles écartées, je peux tranquillement démarrer le test de ce jeu qui vous raconte l’histoire de Miu Hinasaki, une jeune fille ayant récemment disparu sans laisser de trace et qui se retrouve abandonnée dans un bâtiment qui lui est totalememnt inconnu et qui est rempli d’eau et de spectres. On a connu plus rassurant pour démarer une histoire.

01

Le jeu donne immédiatement le ton et stresse le joueur qui ne peut néanmoins s’empêcher de remarquer le look très réussi du personnage principal, modélisé telle une poupée de porcelaine. Mais un filtre au grain grossier a été rajouté sur l’écran rendant le mailaise encore plus présent.

Bien évidemment, le jeu se joue de nous avec des musiques angoissantes et des effets visuls très réussis. Les décors sont inégaux. Parfois, des textures floues situées trop près de la caméra viennent un peu gâcher l’ambiance.

02

Deux autres personnages, Yuri et Ren, venant se greffet à l’histoire, il ne faut pas avoir fait beaucoup de maths que pour conclure que vous incarnerez donc finalement 3 personnages et vous progresserez dans l’aventure avec chacun de leur point de vue.

Le concept de Project Zero vous met aux mains d’un appareil photo qui permet de voir des éléments paranormaux. Cela a toujours été le cas dans les Project Zéro mais cette fois-ci, le Wii U gamepad apporte un véritable plus puisqu’il s’agit de votre caméra obscura. Vous pourrez ainsi prendre des photos horizontales ou verticales, prendre des portraits ou choisir un plan américain.

03

Cette caméra vous dévoilera des objets invisibles à l’oeil nus, des indices où peuvent être cachés des objets spéciaux qui vous aideront à progresser dans l’aventure mais surtout, elle vous aidera à combattre les esprits car ceux-ci n’aiment visiblement pas beacoup être photographiés. Si le système de capture d’ennemi avec l’appareil photo peut sembler complexe, il n’en est rien. D’ailleurs les "combats" sont plutôt basiques et mous.

Répétitif à souhait (vous aimez les aller-retours vous ?) et désuet sur certains aspects comme par exemple la motion capture ou la lenteur de certains combats, Project Zero contentera cependant les fans pour son excellente ambiance. Mais à force, on s’y habitue et la peur finit même par disparaître. Dommage.

04

Graphismes : 84%
Un design character très réussi mais des décors inégaux de par la présence de quelques textures floues.

Animation : 70%
Plutôt raide.

Jouabilité : 94%
Le gameplay et le concept de Project Zero étaient déjà originaux mais ici, l’usage du Wii U Gamepad apporte vraiment quelque chose en plus.

Bande Son : 80%
Frémissante.

Intérêt : 76%
Trop répétitif et un peu pataud.

Note Globale : 78%
Erotisme et horreur font généralement bon ménage mais seuls les japonais auront droit à une expérience de jeu non-censurée.


NOTE : 07/10