Consoles-Fan
16/12/2017

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2879 articles en ligne

 
Assassin’s Creed Chronicles : India
Assassin’s Creed 2.5D...
Une formule qui marche moins que l’open world ?

Après un épisode Chronicles : China, UbiSoft avait promis deux autres aventures pour nous dépayser à travers le globe. Chose promise, chose dûe, et c’est Assassin’s Creed Chronicles : India qui débarque en premier sur nos consoles. L’occasion de redécouvrir la licence dans une discipline plutôt compliquée : le platformer die’n’retry.

JPEG - 77.1 ko

Assassin’s Creed Chronicles : India nous amène aux commandes d’Arbaaz Mir, un assassin indien qui protège les intérêts du pays à sa façon, contre des templiers omniprésents par le biais de la Compagnie des Indes Orientales.

JPEG - 76.8 ko

Il vous faudra donc vous infiltrer au travers de plusieurs niveaux, en évitant soigneusement les gardes. Car si la série "mère" fait la part belle aux conflits ouverts, ici, être repéré sera bien souvent synonyme de mort. Entre une barre de vie famélique qui se vide en trois-quatre coups, et des gardes impitoyables qui ont tendance à vous harceler même hors de leur champ de vision, il faudra bien faire attention à vos décisions.

JPEG - 68.4 ko

Côté prise en main, le titre reprend l’essentiel d’Assassin’s Creed China : ici, vous dirigerez donc votre assassin sur un ou plusieurs plans en 2D, entre lesquels il faudra parfois jongler pour tromper la surveillance des gardes. La panoplie de mouvements du parfait assassin est de retour, avec la possibilité de grimper un peu partout, et même d’utiliser un grappin pour pouvoir s’accrocher à certains plafonds.

JPEG - 66.2 ko

Le problème malheureusement du titre est de se frotter sans doute à une concurrence bien trop violente pour pouvoir prétendre à mieux : l’essentiel des mécaniques souffre de la comparaison avec Mark of the Ninja, sorti pourtant il y a plus de trois ans. Parfois un peu balourd dans ses déplacements, notre assassin doit aussi composer avec une intelligence artificielle qui se révèle bien trop efficace une fois mise en alerte. Certes, le jeu pousse à la discrétions, mais on aurait aimé pouvoir échapper à la vigilance des gardes en cas d’échec plutôt que de devoir recharger sa sauvegarde ou attendre le game over...

Graphismes : 14/20

Le rendu global du jeu est pour le moins plaisant. Certains modèles 3D sont assez basiques, mais la direction artistique s’avère sympathique, avec une volonté de rester à mi-chemin entre le dessin et la 3D sans pour autant verser dans le cel-shading. Les animations des gardes sont en revanche bien trop peu variées.

Gameplay : 13/20

Difficile et répétitif, cet épisode China a le mérite d’étoffer un peu la recette de China même si le passage à la 2.5D rend forcément le jeu beaucoup trop dirigiste comparé aux épisodes en open-world. On pourra également émettre des réserves sur les gardes, à l’IA tantôt moyenne, tantôt digne d’un Terminator en chasse.

Bande-Son : 16/20

Les compositions de cet épisode, à l’inspiration fortement orientale, sont vraiment plaisantes à écouter. A cela s’ajoutent les dialogues doublés lors des ’cut-scenes’.

Scénario : 10/20

On aurait aimé davantage que des archives Animus et des écrans fixes pour nous faire le récit du jeu. Certes, ces écrans fixes sont jolis, mais quelques dialogues de plus n’auraient pas été de refus pour mieux comprendre les enjeux de l’histoire.

Durée de vie : 12/20

Le jeu propose bien quelques défis annexes ainsi qu’un mode de difficulté supérieur, mais il faudra vraiment aimer le scoring sur ce genre de jeux pour y revenir avec plaisir. Le mode principal, réalisé sans trop mourir, ne devrait prendre que quelques heures.

Conclusion : 13/20

S’essayant pour la seconde fois au die’n’retry platformer en 2D, la série Assassin’s Creed semble encore avoir du mal à trouver ses repaires : délaissant une nouvelle fois l’intrigue ’moderne’ qui n’avance décidément plus, le jeu propose néanmoins une belle difficulté, en partie dû à une IA pour le moins impitoyable avec le joueur. A ne recommander qu’aux fans acharnés de la série qui savent apprécier un jeu où le game over vient régulièrement titiller les nerfs.


NOTE : 07/10