Consoles-Fan
22/06/2017

Auteur
  

2797 articles en ligne

 
101 Ways to Die
Comment bien vivre
sa mort ?

Comme le nom de ce jeu l’indique, le sujet est grave puisque vous allez devoir étudier 101 façons de mourir dans ce jeu de réflexion qui est en réalité un anti-lemming. En effet, dans Lemmings, il fallait vous arranger pour que tout le monde survive en plaçant des accessoires dans les décors. Ici, tout le monde doit mourir grâce aux pièges que vous allez utiliser un peu partout. Et tout comme dans Lemmings, vos cobayes vont se déplacer de manière bêbête du point de départ vers l’arrivée.

02

Et pour y arriver, vous allez avoir à disposition toute une série d’armes et de mécanismes qui vont vous aider à sceller le sort de vos malheureuses et innocentes victimes, les Splatts. Au menu, vous pourrez utiliser du slime pour les faire glisser, des mines pour les explorer, des souffleries pour les faire s’envoler, des ressorts pour les faire sauter ou encore des téléporteurs, des gâteaux en guise d’appat, et vous pourrez profiter de certains éléments du décor comme des piques accérées ou des boules à débloquer qui dévallent les pentes en écrasant tout sur son passage.

Au fil du temps, les énigmes vont êtres plus compliquées à réaliser. Il faudra trouver la bonne combinaisons diabolique mais parfois aussi activer vos pièges diaboliques avec le bon timing. Le concept est amusant mais parfois hasardeux. Il n’est pas rare de réussir via une réalisation bien différente de ce que l’on avait plannifié dans notre tête. Cette dualité crée des situations parfois cocasses, pitoresques et finalement souvent drôles. Mais avec la difficulté croissante, le jeu sera également moins exigeant. Vous pourrez parfois réussir une missions en ayant laissé échappé un ou plusieurs Splatts. A vous de pousser le vice jusq’au bout en réessayant un stage pour améliorer votre résultats qui se traduit en étoiles qui ne sont autres que la clé pour débloquer des niveaux supplémentaires.

Notons quand même des problèlmes de collision et des menus un peu trop réactifs, ce qui les rend parfois peu clairs et pas vraiment ergonomiques.

Généralement, le jeu vous demande d’éliminer certains cobayes d’une certaine manière. C’est finalement une façon de vous informer sur la manière d’aborder un stage. Plusieurs types de Splatts, plus ou moins résistants, plus ou moins rapides, feront leur apparition dans le jeu. L’intérêt est bien entendu de casser le rythme et de vous forcer à concentrer votre force sur les plus résistants.

La thématisation des niveaux n’est pas renouvelée, le jour se voit juste confronter à de nouvelles structures. Les morts sont bien gores mais pas vraiment violentes de par la nature un peu délirante des pièges qui peuvent rappeler Worms sous certains aspects.

01

Graphismes : 62%
C’est tristounet tout en gardant une colorimétrie agressive pour l’oeil.

Animation : 73%
Rien de bien particulier vu la réalisation mais il y a quand même pas mal de de petites animations partout dans les décors. Essentiellement de la ventilation.

Jouabilité : 85%
Le jeu propose une interface claire et vous laisse le temps qu’il faut pour préparer votre plan machiavélique.

Bande Son : 57%
Tchac boum et ambiance lugubre pas bien terrible.

Intérêt : 82%
Un concept de jeu plutôt rigolo et qui offre une durée de vie importante.

Note Globale : 74%
Après plusieurs tentatives, vous finirez bien par boucler les stages. Le jeu fonctionne par tâtonnement mais on prend un malin plaisir à exterminer ces bestioles zombifiantes.


NOTE : 07/10