Consoles-Fan
15/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Rainbow Six Siege
Eh mais...
Ils sont où les arc-en-ciel ?

A force, la série Rainbow Six semble faire partie du décor vidéoludique depuis toujours : sorti en 1998, le premier épisode de ce qui allait devenir une licence florissante nous mettait déjà dans la peau de forces spéciales dans le cadre d’opérations toujours très épineuses, dans lesquelles la moindre erreur était punitive. Presque 20 ans plus tard, ce nouvel épisode nommé Siege décide de se focaliser sur des parties au rythme bien plus rapide et brusque, en nous faisant vivre le moment critique des crises en milieu urbain : l’assaut.

JPEG - 40.6 ko

Rainbow Six Siege nous permet donc d’incarner les assaillants ou les défenseurs au moment où l’assaut avec autorisation d’ouvrir le feu est donné. Si les objectifs et les endroits diffèreront d’une partie à l’autre (une maison de banlieu, un bâtiment administratif...), l’idée sera donc à chaque fois de tenir bon..ou de ravager les lignes ennemies en forçant les défenses mises en place par l’opposition.

JPEG - 39.2 ko

Pour cela, le jeu nous permet de choisir parmi les différentes forces spéciales (et plusieurs profils de terroristes) du monde, chacune représentée par quatre membres aux caractéristiques bien distinctes. Vitesse de déplacement, matériel, armures, armes...chacun a ses "jouets" de prédilection que l’on pourra personnaliser au fil des victoires qui permettent d’accumuler la monnaie d’échange du jeu. Cette variété de personnages est vitale, puisque celle-ci permet d’avoir des équipes complémentaires : avoir quatre "tanks sur pattes" peut paraître une bonne idée pour charger de front, mais cela risque de tourner court si vos adversaires ont piégé la zone et se sont embusqués. Il faudra donc équilibrer la team avec un élément clé : la communication. Un sniper à l’extérieur et un ingénieur capable d’utiliser des drones de reconnaissance pourront servir d’yeux à un duo d’assaut constitué d’un soldat lourdement équipé en défense derrière lequel un soldat d’assaut pourra déchaîner les enfers.

JPEG - 59 ko

Quoiqu’il en soit, Rainbow Six Siege est conçu pour des affrontements nerveux, rapides : même une armure lourde ne vous protègera pas longtemps des balles, et l’isolation sera bien souvent synonyme de mise à mort par une équipe adverse coordonnée. La communication est en effet un facteur-clé. Déjà expérimenté lors de l’E3, c’est bien souvent l’équipe qui progresse de manière intelligente en couvrant les angles morts et en communiquant de manière efficace qui parvient à se débarasser de l’autre. Les cavaliers seuls sont bien rarement récompensés, et il faudra donc vraiment penser teamplay pour sortir vivant des quelques minutes que durent ces affrontements.

JPEG - 62.6 ko

La grande force de Rainbow Six Siege est donc clairement son multijoueur. C’est aussi naturellement sa faille pour les joueurs qui préfèrent jouer les loups solitaires : rarement récompensés en ligne, ils resteront également sur leur faim en terme de contenu solo avec seulement des défis, seuls contre l’IA. D’un autre côté, Counter-Strike n’a pas de mode solos...alors de quoi se plaint-on quand un jeu clairmeent conçu pour le multijoueur de confrontation décide de faire l’impasse sur un solo qui serait de toutes façons très secondaire ?

Graphismes : 17/20

Plus que la performance graphique (très correcte), on félicitera surtout le réalisme et la destructibilité d’une bonne partie des décors, qui peuvent rapidement transformer une maison anodine en véritable zone de guerre.

Gameplay : 16/20

Reprenant à son compte le concept de Counter-Strike (deux équipes qui s’affrontent à objectifs asymétriques), Rainbow Six Siege pousse celui-ci bien plus loin en y offrant une plus large variété dans les situations et les approches. Les maps ont d’innombrables méthodes d’approche, grâce aux gadgets de reconnaissance, le grappin, la destructibilité du décors et des portes...la même map offrira bien des manières différentes de briser le siège en fonction du comportement des deux teams.

Bande-son : 16/20

L’ambiance réaliste et oppressante est réussie. Ajoutez à cela un doublage de bonne facture et des bruitages sonores (notamment pour les armes à feu) de qualité, et vous obtenez un très bon FPS.

Durée de vie : 16/20

Si les maps auraient pu être plus nombreuses, force est de reconnaître que la variété est au rendez-vous. Le solo n’a pas non plus été oublié avec des entraînements plutôt poussés, mais qui restent au final qu’un apéritif avant de s’attaquer au online.

Conclusion : 16/20

Rainbow Six Siege a des allures de Counter-Strike des temps modernes : reprenant une formule assez similaire, le titre d’UbiSoft y amène surtout une grosse surcouche tactique grâce aux gadgets et aux nombreuses possibilités offertes par un level design bien ficelé. Le jeu devrait plaire aux acharnés des FPS en ligne, mais surtout à ceux ayant l’habitude de jouer avec leur amis comme frères d’armes, car la communication est ici clairement essentielle. Une belle réussite, à réserver néanmoins exclusivement aux joueurs en ligne, le solo ne servant vraiment que de training.


NOTE : 08/10