Consoles-Fan
24/01/2018

Auteur
  

2890 articles en ligne

 
Tron Run/r
Sans jambes
ni bras

Disponible depuis un petit moment sur Steam et sur PS4, Tron/r arrive finalement sur Xbox One. Tron est une ancienne licence de Disney du début des années 80 qui a été réactualisée dans une suite en 2010. La licence s’est illustrée de nombreuse fois dans nos salles d’Arcade et sur nos consoles de salon. Le dernier jeu en date, dont l’ambiance est plutôt inspirée de Tron:Legacy est un runner comme son nom l’indique mais offrant diverses composantes.

00

Il y a en effet, en gros, trois modes de jeu. Le premier se déroule à pied. Armé de votre disque, vous allez pouvoir détruire des éléments du décor et les ennemis. Vous pouvez bien évidemment vous déplacer à gauche, à droite, et sauter. Entre chaque stage, vous pouvez acheter divers accessoires pour modifier les compétences de votre personnage. Si dans l’absolu, le jeu est assez joli et fidèle de l’aspect néon de Tron, je regretter que cette course soit si lente. Elle n’en est pas moins difficile, mais je m’attendais à quelque chose de plus décoiffant.

Il faudra dès lors se pencher sur le deuxième mode de jeu où vous pilotez un cycle, les fameuses moto de Tron qui laissent des trainées infranchissables derrière elles. Question vitesse, c’est déjà une autre histoire. On se retrouve propulsé dans un jeu qui vous invite à franchir la ligne d’arrivée alors que vous avez bien trop peu de temps à votre actif. Il n’y a qu’un seul moyen de s’en sortir : emprunter les zones de boos et récupérer les bonus temps. Vos concurrents sont essentiellement là pour vous gêner car ils réduisent vos possibilités de déplacement en tentant de vous coincer. En appuyant sur le bouton X à proximité, vous pouvez les détruire. Il est possible de déraper afin de rectifier sa trajectoire idéale.

01

Je trouve ma part cette version du runner plus amusante de par le fait qu’elle est plus nerveuse que l’autre mais dans l’absolu, ne faut-il pas avant tout se féliciter de la présence de plusieurs modes de jeu. D’autant qu’un runner se contente généralement d’un mode infini qui évolue un tant soit peu. Ici, il y a des stages. On voit le nombre de mètres qu’il reste à parcourir afin de valider sa progression. Rien d’extraordinaire en soi mais pourquoi les autres runners ne proposent-ils pas ce modèle de progression finalement plus classique mais aussi plus accrocheur.

Vous êtes un fan du modèle original ? Pas de problème puisqu’il est aussi possible de joueur dans un mode infini alléatoire dans le mode survie.

02

Graphismes : 72%
Je préfère le style graphique plus épuré du jeu de cycle que celui du jeu de disques plus chargé, plus fouillé à l’écran. Le choix des couleurs n’est d’ailleurs pas toujours très heureux.

Animation : 83%
Rien à redire sur le framerate ce qui est quand même fondamental pour ce type de jeu supposé en mettre plein la vue.

Jouabilité : 70%
Assez basique et basé sur les réflexes.

Bande Son : 72%
Des choeurs électroniques pour une bande-son grandiose mais finalement assez nineties.

Intérêt : 73%
Un runner avec du contenu et des challenges variés pour le genre.

Note Globale : 76%
Un bon petit jeu pour ceux qui aiment le genre tant il essaye de le dépoussierer. 19.99€ me semble néanmoins un poil élevé au vu du contenu.


NOTE : 07/10