Consoles-Fan
13/12/2018

Auteur
  

3056 articles en ligne

 
Overwatch
Les grandes espérances
seront-elles désabusées ?

Waouw. La première fois que j’ai vu un trailer, cela m’a fait un effet waouw. J’ai vraiment attendu Overwatch. C’était plus que ça même, du désir, de l’envie. Il faut dire qu’en terme d’habillage, Blizzard a mis les petits plats dans les grands. Et justement, il est temps de passer à table.

05

Avec ses allures très Disney-Pixar, Overwatch aura su me séduire rapidement. Non seulement le character design est une franche réussite. Mais en plus, l’animation est absolument exceptionnelle, y compris en phase de jeu. Les personnages ont un comportement très cartoon ultra rafraîchissant et en plus, le jeu tourne en 60 FPS alors qu’il est sublime en terme de décors. Ca doit être ça le talent. D’autant que tout est fait avec goût. Il y a beaucoup de personnages jouables et tout sont intéressants et variés à prendre en main. Tous ont leurs caractéristiques mais dans l’ensemble, on repère 4 grandes classes : des attaquants, des défenseurs, des soutiens et des gros bourrins.

04

Le jeu vous fera voyager avec ses zones multiples et des règles du jeu d’escorte, de défense ou de prise de territoire. Les modes de jeu sont assez peu nombreux et il faut espérer que Blizzard fera quelques ajouts par la suite. Dans l’esemble, Overwatch est très propre mais il faut bien avouer quand même que le framerate est élevé et stable u prix d’une modélisation parfois sommaire des décors, là où les armes et les personnages ont par contre bénéficié de très grand soin. Overwatch est un joli bonbon à tiroir avec découverte sur découverte et un humour assez présent : la référence à Ikea est plutôt marrante mais je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir tout ça.

03

Overwatch, c’est un peu l’occasion pour Blizzard de sortir de sa zone de confort. Cela faisait combien de temps que Blizzard n’avait plus créé d’univers original, mmm ? Ils n’ont en tous cas pas perdu la main car si le jeu propose une belle prise-en-main, la marge de progression est bien là même si on regrettera un déséquilibre flagrant entre les personnages du jeu. Espérons qu’une mise-à-jour vienne régler tout cela au risque de croiser en ligne toujours les mêmes équipes.

02

Si Overwatch satisfait sur bien des points tant la qualité de la prestation est au rendez-vous, il faut aussi avouer que le jeu fonctionne en mode zéro prise de risque. En effet, que ce soit du côté mode de jeu ou level design, on nage en pleine zone de confort. Oui, mais voilà, c’est vraiment bien orchestré. Les ambiances des décors sont très réussies et les sensations de jeu sont variées. Les décors misent souvent sur l’ouverture, donnant un aspect très arène avec peu de zones clostrophobes. Overwatch n’est donc pas un jeu étonnant mais il est très jubilatoire de par sa direction artistique digne des plus grands studios d’animation, sa musicalité irréprochable et ses sensations de jeu impeccables.

01

Attention cependant, le jeu est dédié au mode en ligne. Si vous êtes un joueur solitaire, passez donc votre chemin.

Graphismes : 92%
Le design character rhâââââ lovely.

Animation : 87%
Hyperfluide mais un léger tearing à signaler parfois.

Jouabilité : 94%
Des sensations pures.

Bande Son : 95%
Du grandiose à la Disney.

Intérêt : 90%
Vraiment à conseiller pour tous les publics, du hardcore-gamer au casual gamer, du plus jeune au plus âgé : Overwatch ratisse large et le fait très bien.

Note Globale : 92%
J’ai placé de grandes espérances en Overwatch dès les premiers trailers dévoilés. Il est vrai que c’est le plus souvent comme cela qu’on finit par être déçu lors de la sortie du jeu mais Overwatch nous dispense d’une telle maîtrise que Blizzard a écarté le moindre risque.


NOTE : 09/10