Consoles-Fan
19/12/2018

Auteur
  

3061 articles en ligne

 
Homefront The Revolution
Le tout est de voir
si on garde le "R"

Homefront, c’est un peu la licence maudite du jeu vidéo. Bien que le premier titre ne soit pas mauvais du tout mais quand même un peu court, il n’a pas reçu un très bon accueil commercial. La licence créée par THQ s’est retrouvée dans l’escarcelle de Crytek après la faillite de THQ.

01

Fort de son moteur Cryengine, le développement démarre plutôt bien. Les développeurs sont en effet connus pour leurs exploits esthétiques dans les jeux vidéo avec Crysis et Rise. Mais en difficulté financière, Crytek revent à Deep Silver la licence qui est confiée à Dambuster Studios. Le développement a beau être périlleux, celui-ci part sur de bonnes bases et cela se voit. Le jeu est en effet plutôt joli en terme de textures et d’effets d’éclairage. L’animation faciale est en revanche un peu vieillotte mais dans l’ensemble, techniquement, Homefront The Revolution ne s’en tire pas trop mal. Pour ma part, j’estime que le principal problème en terme de réalisation réside dans le framerate du titre stable mais insuffisant. On note aussi des freezes pas très heureux pendant les chargements.

02

Ce qui est dommage pour Homefront, c’est que le reboot est du coup un peu manqué, la faute aux complications liées au développement. Changer de main a rarement apporté quelque chose de bon. Mais on peut dire que la casse est quand même assez limitée de par la bonne facture des graphismes et la présence d’un gameplay classique mais qui fonctionne bien.

La bande-son est excellente et les dialogues pas trop mal fichus : l’ambiance générale est plutôt bonne avec le fetour des méchants nord-coréens au centre de l’aventure.

Les missions sont variées mais pourtant monotones et les décors sont eux aussi assez lassants car souvent grisonnants. Mais ce qui fâche vraiment, ce sont les innombrables bugs qui vous font mourir sans même comprendre ce qu’il s’est passé.

03

Mais d’un autre côté, on ne peut pas dire que j’ai joué à Homefront avec déplaisir. Que du contraire. La customisation des armes est assez poussée. On se retrouve vite dans un monde ouvert à la Far Cry ou à la Assassin’s Creed avec des territoires à prendre. Ce n’est pas toujours épique mais cela a le mérite de vouloir relancer la licence qui n’était jusqu’alors qu’un FPS complètement linéaire. Notons enfin la gestion (trop rapide) du jour et de la nuit.

La récupération d’armes et d’autres objets se fait via une fouille minutieuse de chaque cadavre. Cela casse largement le rythme des assauts car une simple clic ne suffit pas : vous devez attendre une microloading représenté par un cercle rouge qui se remplit autour du bouton x virtuel visible à l’écran : un choix curieux et mauvais.

Puisque le monde est ouvert, avoir un véhicule ne sera pas de trop pour vous déplacer rapidement sur la carte. Les développeurs ont choisi la moto. Elle se conduit facilement même si on a un peu l’impression de déplacer une caméra rapide sur la carte. Néanmoins, la présence de nombreux tremplins et autre plans inclinés vous permet de prendre des raccourcis en traversant littéralement des immeubles. Voilà un véhicule doublement utile.

04

Graphismes : 88%
Bump mapping efficace, modélisation correcte, effets d’éclairage grandioses.

Animation : 68%
Pas assez fluide à mon goût.

Jouabilité : 72%
Une prise en main immédiate même à moto : les sensations sont très Arcade.

Bande Son : 82%
Des musiques pas faramineuses mais un doublage assez réussi.

Intérêt : 61%
Malgré un développement houleux, le jeu est passé entre les mains de grands studios de développement comme Crytek plutôt doués pour nous en mettre plein la vue. Pourtant la réussite technique n’est pas complète et les problèmes de construction se font ressentir dans ce développement à relais.

Note Globale : 69%
Ce n’est pas le FPS de l’année, certes, mais j’y ai joué au final sans déplaisir, un peu comme le premier Homefront. Reste à voir quel sera l’avenir de cette licence : un véritable reboot et des développeurs de renom seront sans doute nécessaires pour espérer voir Homefront enfin arriver sur le devant de la scène. C’est d’ailleurs exactement ce qui avait été tenté avec Crytek mais les ennuis financiers de ce développeur a transformé cet essai en acte manqué.


NOTE : 06/10