Consoles-Fan
25/06/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2964 articles en ligne

 
Postal Redux
Des armes, un cinglé...
...et du sang.

Postal. Tombée dans l’oubli, cette série s’était fait un nom pour sa violence et son approche très malsaine de la folie meurtrière. Vingt ans plus tard, le jeu de Running with Scissors est de retour dans une version "Redux" qui permet de découvrir une version rafraîchie de Postal. L’occasion de revenir sur un titre à ne pas mettre entre toutes les mains.

Postal nous met aux commandes du "Postal Dude", un homme anoonyme portant manteau et chapeau. En guise d’introduction, on nous apprend que le monde a sombré dans la folie et doit être purifié. Convaincu du bien-fondé de ses actions, notre "héros" va donc devoir se frayer un chemin à travers des niveaux où forces de l’ordre, armée, et même civils essayeront de vous faire la peau.

JPEG - 90.1 ko

La prise en main de cet épisode Redux a été clairement revue depuis la sortie de l’original il y a vingt ans de cela. L’original se servait du clavier pour des déplacements dans des environnements en 3D isométriques, tandis que la souris servait au tir. Si l’idée était bonne, les manettes modernes sont nettement mieux adaptées à ce genre de combinaison...d’autant plus que Postal nous demandait de choisir entre tirer et se déplacer. Cette rigidité aberrante en 2016 a heureusement été supprimée, rendant le jeu bien plus dynamique, mais aussi sans doute plus simple puisque nos ennemis n’en profitent pour ainsi dire jamais.

JPEG - 66.6 ko

Côté armes et HUD, le jeu est resté simple : comptez une petite dizaine d’armes à feu et de jet (mine, grenade...) qui vous permettront de vous frayer un chemin dans des niveaux où pratiquement tout le monde veut votre peau. Et de toutes façons, même ceux ne la voulant pas peuvent être abattus de sang-froid. A noter d’ailleurs de ce côté-là que le jeu était sans doute à l’époque un précurseur avec la possibilité d’exécuter les ennemis mis à terre mais pas encore morts. Chaque arme dispose de sa mise à mort propre, évidemment sanglante.

JPEG - 68.8 ko

A noter cependant une surprise de taille pour ceux ayant joué à l’original, il y a vingt ans : les développeurs de Running with Scissors ont changé la fin du titre, pour éviter de heurter trop son public. Et à raison : si le jeu est volontairement trash et provoc’, il a hélas été rattrapé par la réalité, puisque le jeu se terminait à l’époque par une tentative de massacre dans une école...ceci dit, ne croyez pas que le jeu n’en soit pas moins choquant, et la nouvelle fin créée à l’occasion de ce remake s’avère assez dérangeante également.

JPEG - 61.5 ko

Graphismes : 13/20

Cette "Redux" edition ne mettra pas votre ordinateur à genoux. Basiquement, le jeu a conservé son côté très old school. La vue de haut, des environnements essentiellement en 2D...rien de mirobolant, mais l’ensemble s’avère néanmoins une bonne actualisation de l’original. Sans en dénaturer le travail, ce remake s’offre une belle amélioration côté animations.

Gameplay : 16/20

Brutal, violent, sanglant. Le jeu s’avère être un défouloir de haute volée, old school mais modernisé. Transposé du combo clavier/souris à un twin-stick shooter, la prise en main est bien plus dynamique, rendant la formule répétitive mais efficace.

Bande-son : 15/20

Les répliques du Postal Dude ont été réenregistrées. Les musiques et sons d’ambiance sont glauques au possible. L’ambiance ici est dérangée, mais prenante.

Scénario : -/20

Le monde va mal et le Postal Dude décide de régler lui-même les problèmes de notre société en faisant justice lui-même. Evidemment, cela en fait un psychopathe de premier ordre qui devra faire face à la police, le FBI, l’armée, une fanfare, des mineurs...vous cherchez du sens ? Passez votre chemin.

Durée de vie : 9/20

Le jeu peut se rusher en une demi-heure une fois pleinement maîtrisé. L’ajout d’un mode challenge permettra aux amateurs de score attack ou de speed run de se donner à coeur joie sur le jeu, mais Postal est court.

Conclusion : 14/20

Dérangé et dérangeant, Postal revient dans un remake toujours aussi violent, mais à la prise en main modernisée pour permettre aux "plus jeunes" (18+ tout de même !) de découvrir un titre qui avait fait couler beaucoup d’encre à sa sortie. Simple, brutal, répétitif, le titre s’avère un bon défouloir malsain pour ceux qui aiment les twin-sticks shooters.


NOTE : 07/10