Consoles-Fan
15/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Valkyria Chronicles
Entre Sakura Taisen
et Skies Of Arcadia

Sorti en 2008 sur PS3, Valkyria Chronicles accuse son âge sur PS4. Supposé être en 1080P, il soufre d’un très fort crénelage. Les chargements deviennent quasiment inexistants. La modélisation est celle d’époque. En revanche, le jeu tourne désormais en 60 images par second et inclut tous les dlc sortis à l’époque. Notons enfin que le prix du jeu est très doux, ce dernier ne rivalise en effet plus avec les productions actuellement, mais il reste donc attractif d’autant qu’en terme de durée de vie, vous en aurez vraiment pour votre argent !

05

Si vous avez raté sa sortie sur PS3, et c’est vraisemblablement ce public qui est visé, vous pouvez foncer tant ce jeu qui lorgne pas mal sur Sakura Taisen est une référence en la matière. Si en revanche vous avez terminé la version PS3, vous pouvez vous procurer cette version améliorée, certes, mais pas ultime du coup, essentiellement pour le confort de la caméra. A vous de voir donc jusqu’où vous êtes un segalopin.

Pour ma part, j’ai pris grand plaisir à rejouer à ce grand classique tant, il faut quand même le souligner aussi, le jeu est hautement qualitatif. Petite piqûre de rappel.

04

Valkyria Chronicles utilise des textures crayonnées qui ont offert au jeu une ambiance toute particulière et très souvent plagiée par la suite. L’univers prend place dans un univers partiellement fantasmé, une Europe à l’aube de basculer dans la deuxième guerre mondiale.

Lorgnant sur le succès de Sakura Taisen, Sega se met à développer un nouveau tactitcal avec une ambiance plus militaire et réaliste mais au fond finalement toujours aussi colorée bien que plus pastelle.

03

Le jeu vous propose donc, tour à tour, de vous déplacer, de vous planquer derrière les décors dans le seul but de prendre l’avantage sur vos ennemis. Au départ, vous débuterez avec de l’infanterie mais bien vite, les choses deviendront plus complexes avec l’arrivée de tanks. Mais en tous cas, on reste dans des armements très conventionnels et réalistes.

Une fois que vous avez géré chaque éléments de votre infanterie, ce sera au tour de l’ordinateur de jouer. Si vous êtes bien positionné, vous serez capable de rétorquer de manière automatique. Il est donc important d’abandonner votre infanterie dans des lieux pas trop exposés car cela sera également déterminant dans le calcul des dégâts encaissés.

02

Lorsqu’un membre de votre bataillon est blessé, vous avez 3 tours pour le rejoindre et le secourir. Pour sûr, cela rend le jeu terriblement attachant et passionnant parce qu’on ne souhaite vraiment pas abandonner quelqu’un derrière nous.

Le fan service est au rendez-vous car vous pourrez reconnaître au fil du jeu des personnages issus de Skies Of Arcadia, sans doute le meilleur RPG de la Dreamcast, rien que ça les cocos. Notons enfin que le jeu est jouable avec les voix japonaises ou anglaises mais qu’il n’existe toujours pas de traduction en français.

L’approche en terme de gameplay est moderne, et de fait, Valkyria Chronicles n’accuse pas le poids des années en terme de gameplay et reste donc tout à fait un must du genre à l’heure actuelle. Si vous avez raté le titre à l’occasion, il est plus que temps de vous rattraper car si le titre n’offre rien d’étonnant pour une PS4, il est généreux en contenu et ce, à petit prix.

01

Graphismes : 67%
Très jolis mais dépassés pour de la PS4. L’aliasing est assez présent.

Animation : 80%
Beaucoup de détails un petit peu partout dans les décors et du 60 FPS mais il est vrai que la PS4 n’est pas surchargée de travail.

Jouabilité : 88%
Moderne malgré le poids des années : la qualité se lit avec du recul.

Bande Son : 95%
Sublime bande-son qui traverse les âges.

Intérêt : 97%
L’excellence de ce jeu m’étonne encore aujourd’hui : c’est un bijou inoubliable signé Sega.

Note Globale : 94%
A part le fait qu’il ne fait pas très PS4, Valkyria Chronicles est une expérience unique, un patrimoine à préserver. A essayer d’urgence si vous avez le coche à l’époque.


NOTE : 09/10