Consoles-Fan
22/06/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2959 articles en ligne

 
Mighty N°9
Quand j’étais petit,
je jouais déjà à Puissance 4

Mighty N°9 a été pas mal critiqué et je n’ai franchement pas trop compris pourquoi. Il faut prendre le jeu pour ce qu’il est, à savoir un titre qui fait honneur au jeu vidéo d’antant. Dire que le jeu propose un gameplay vieillot et dépassé n’est pas une critique, c’est un choix totalement assumé afin de retrouver des sensations certes un peu rigides à une époque où le gameplay des jeux vidéo étaient dosés au pixel près. On aime ou on aime pas tout comme on est hardcore-gamer ou pas.

04

Vous l’aurez compris, Mighty N°9 s’adresse au joueur chevronné, désireux de se frotter à une bonne difficulté et de se surpasser. Techniquement parlant, le jeu ne soufre d’aucun problème d’animation ou de modélisation. Ce titre en 2,5D offre par ailleurs une très belle profondeur de champs. Je n’ai pas trop aimé en revanche les phases intermédiaires scénaristiques pourtant doublées en français mais qui manquent cruellement de raccord graphique avec les personnages qui semblent figés en attendant que le texte défile.

Le principe de Mighty N°9 rappelle No More Heroes, un titre où il fallait éliminer des assassins les uns derrière les autres. Cette fois-ci, il s’agit d’éliminer des robots, les autres Mighty numérotés car ceux-ci semblent avoir été piratés. Bref, il y a de l’ordre à remettre au fil des niveaux qui s’enchaînent sans déplaisir.

03

Si le titre se veut inspiré de Rockman, il propose néanmoins une variante de taille car votre tir permet d’assommer un ennemi qu’il faut alors achever à l’aide d’un dash. Vous pouvez également continuer à tirer mais c’est nettement plus éprouvant. Le système de jeu offre un rythme intéressant. L’emplacement des ennemis vous obligera à effectuer un saut bien dosé tout en l’arrosant de tir. Cette technique a un peu tendance à rendre les déplacements maladroits et à casser votre élan mais là encore, ce choix nous replonge dans des sensations d’antant.

01

Mighty N°9 aura beau trouver des détracteurs, seuls les vrais le termineront : il s’accrocheront et jubileront lorsqu’ils auront franchi un nouveau niveau, stage et boss compris. Si la difficulté est en effet un vrai leitmotiv pour les joueurs chevronnés, le design character l’est beaucoup moins. Sous cet aspect, on peut carrément dire que les développeurs sont passés complètement à côté de la plaque. Certains personnages ressemblent à des baudruches gonflables et les boss sont juste moches la plupart du temps. Les décors sont inégaux mais au final assez peu variés. Dommage, c’est un peu là où réside tout l’intérêt d’un tel jeu. Sans une satisfaction minimale d’exploration ou d’exploit technique, le joueur aura peine à vouloir continuer. Il le faut bien pourtant car le titre reste pourtant un bel hommage à Megaman même si le jeu s’en différencie en terme de gameplay. La réalisation austère est au rendez-vous tout comme la difficulté. Le jeu regorge de pièges vicieux et c’est tant mieux puisque c’est exactement ce que j’attendais de ce Mighty N°9 ! J’aurais juste voulu qu’il soit plus sexy.

02

Graphismes : 68%
Une modélisation limitée mais des couleurs fort agréables ma bonne dame.

Animation : 70%
Un peu plus de folie dans les décors ne serait pas du luxe.

Jouabilité : 84%
Un gameplay dont l’originalité repose sur le fait qu’il faut assomer les ennemis avant de les dasher. Dans l’ensemble, le jeu est plutôt exigeant, à l’ancienne.

Bande Son : 79%
Très oldschool pour notre plus grand bonheur.

Intérêt : 90%
Un titre assez difficile qui s’adresse au gratin.

Note Globale : 77%
Vous voulez du challenge à l’ancienne ? Les jeux d’aujourd’hui sont bien trop faciles ? C’est le titre qu’il vous faut même si dans l’absolu ce n’est pas une pointure.


NOTE : 07/10