Consoles-Fan
21/02/2017

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2743 articles en ligne

 
World Of Final Fantasy
Final Fantasy en super deformed ?
C’est un monde, tiens !

Alors que tous les regards sont tournés vers Final Fantasy XV, un autre rpg signé Square Enix, plus classique dans son style mais débridé dans sa forme, plus niche dans l’absolu également, tire son épingle du jeu en proposant des combats au tour par tour gérés par une ligne du temps à la Grandia (si ce n’est que la barre est verticale à la place d’être horizontale) mais avec des raccourcis manettes gérables grâce au stick analogique, bien modernes et agréables. World of Final Fantasy et ses couleurs pastelles et acidulées en octobre sur PS4, PS Vita et c’est tout.

03

Il est donc possible de savoir quel sera le prochain qui attaquera. Ils se déplacent sur la ligne du temps plus ou moins rapidement. Il est donc possible de dépasser ou d’être dépasser mais je n’ai pas réussi à repousser un adversaire en effectuant une grosse attaque, ce qui ne veut pas dire que cela n’arrivera pas dans le jeu final. Pour le savoir, je vous donne rendez-vous lors du test.

Mais pour avoir pu m’essayer au jeu pendant environ deux heures, je peux déjà vous dire que le titre ravira plus d’un fan tant l’esthétique est réussie. Des personnages rondouillards et sympathiques et parfois même en mode SD déambuleront dans des dongeons labyrinthiques variés comme de sombres cavernes ou des plaines brassées par le vent. La caméra généreuse n’hésite pas à offrir des mouvements qui révèlent la grandeur du monde visité. Cependant, celle-ci est sur rail et le joueur est très limité dans sa manipulation.

Les combats interviennent au hasard au fil de vos déplacements. Ceux-ci sont plutôt jolis à regarder mais les personnage ne se déplacent quasiment pas sauf lors de l’exécution de coups magiques. Dommage, le visuel est au rendez-vous mais le tout manque d’une certaine dynamique. Même dans Lunar, on faisait mieux.

02

Le gameplay est plutôt réussi avec des petits monstres à placer sur la tête de Lann et Reynn, les deux protagonistes de l’histoire. Ces petits monstres s’appellent des Myrages, qu’il est possible de les faire évoluer et ils boostent vos capacités. Elles s’additionnent. Si un de vos personnages meurt et que vous le ressucitez, il faudra à nouveau utiliser un tour de combat pour linker le Myrage à votre personnage. Stratégiquement, vous pouvez aussi vous désunir. Vous vous retrouvez dès lors avec un plus grand nombre de personnages à gérer mais ils sont plus faibles. En revanche, ils peuvent vous permettre d’utiliser plus d’itemps de votre inventaire lors d’un même tour de combat. On peut en effet facilement passer de 2 à 6 personnages jouables mais gare aux gros boss qui frappent fort et qui sont capables de tuer en un seul coup un de vos personnages volontairement affaiblis.

A noter tout de même que le rythme des combats est très lent mais qu’il y a moyen d’accélérer sa vitesse grâce à une gâchette qui accélère en fait tout le jeu pour jouer à finalement à vitesse normale (sic).

01

Les Myrages ont aussi une autre utilité car leur poids et leurs compétences vont vous permettre d’actionner certains switchs pour débloquer votre progression. Ils font donc office de clé.

Si World Of Final Fantasy a des allures bien enfantines, n’allez pas croire que le jeu est simple et que votre aventure se limitera à une promenade. Il faudra prendre soin de farmer et de booster toute votre équipe si vous ne voulez pas être ridicule en face des boss.

A première vue, World of Final Fantasy est aussi captivant que réjouissant. Captivant parce que la construction des évènements et de l’histoire est une réussite. Réjouissant parce que c’est un genre qu’on ne voit plus guère dans les productions modernes, et c’est un grand tord. World Of Final Fantasy prend donc le pari de séduire les vieux briscards.