Consoles-Fan
19/08/2017

Auteur
  

2828 articles en ligne

 
Binaries
dualité
orange et bleue

Minimaliste à l’extrème (on en finirait presque par regretter les jeux avec des gros pixels), Binaries a un look de jeu flash pour smartphone. Les deux couleurs prépondérantes sont l’orange et le bleu. Autrement dit, si vous n’aimez pas, c’est mal barré parce que les teintes restent les mêmes pendant tout le jeu.

01

Il faut dire que le jeu se base essentiellement sur ce concept de dualité de couleur. Vous devez diriger dans un décor une boule bleue et l’emmener à la ligne d’arrivée bleue. Vous devez faire de même avec la boule orange et la ligne d’arrivée orange. La difficulté repose sur le fait que vous dirigez les deux boules en même temps et que les décors traversés sont différents. Vous allez donc devoir bloquer une des deux boules quand vous le pouvez afin de décaler leur progression et ainsi clôturer le stage qui se limite à un écran de jeu. Parfois l’écran sera splitté, parfois les boules se promèneront sur le même écran. Attention aux obstacles car les piques bleues sont mortelles pour la boule bleue alors que l’orange, elle, peut les toucher sans danger. L’inverse est bien sûr aussi vrai.

02

Les sauts que vous pouvez effectuer sont de grande envergure car vous pouvez à la fois sauter loin et haut ce qui donne de la marche de manoeuvre, certes, mais une plus grande difficulté en terme d’observation. Vos yeux doivent être partout. En revanche, il est vrai qu’une fois que l’on appréhende un niveau, on comprend que certains passages sont plus périlleux dans une couleur que dans l’autre ou que l’on peut carrément délaisser une couleur le temps d’un mouvement, histoire d’assurer le coup. Le jeu s’amuse en tous cas à vous parler via des petits écrits répartis au fil des stages. Ils sont juste là pour vous déconcentrer avec leur ironie.

Avec Binaries, on obtient au final un titre plutôt intéressant qui mêle réflexion et agilité. Il faut comprendre ce qu’il faut faire, mais encore faut-il y arriver. Nous sommes dans du die and retry. Il est vrai qu’il arrive que ce que l’on a imaginé soit tout bonnement irréalisable. Cependant, le jeu n’est pas fermé : les stages peuvent se résoudre de différente manière. Il y a un chrono qui vous mettra le feu aux fesses : les perfectionnistes pourront donc tenter d’améliorer leur temps même si termine un stage procure déjà une grande satisfaction.

03

Graphismes : 33%
Dénué de style graphique, ce sont justes des formes géométriques bleues et oranges. Moi aussi je pourrais faire un jeu !

Animation : 55%
Ca ne rame pas mais il n’y a quasiment rien à animer à l’écran !

Jouabilité : 70%
Franchement, il fallait oser lancer un jeu avec une double gestion comme celle-là. Mine de rien, il a fallu se creuser la tête pour réaliser des stages possibles à terminer. En tous cas, cela ne se voit pas du premier coup d’oeil.

Bande Son : 61%
Elle se veut assez discrète et repose essentiellement sur les bruitages.

Intérêt : 76%
Parfois, le hasard vient s’en mêler, et c’est dommage mais dans l’ensemble il faut saluer l’originalité. Si vous aimez l’adresse avec un grand A, Binaries est fait pour vous.

Note Globale : 70%
Porté par son concept osé et dur à maîtriser, Binaries s’installer tranquillement dans le genre du die and retry tout en offrant une expérience de jeu vraiment unique.


NOTE : 07/10