Consoles-Fan
16/10/2018

Auteur
  

3031 articles en ligne

 
Overcooked
Quand il faut sauver le monde...
..en cuisinant des burgers !

Si les jeux de cuisine étaient encore rares il y a quelques années, plusieurs licences sont venues se positionner sur ce marché. Néanmoins, Overcooked vient apporter au genre (et au multijoueur) un titre totalement déjanté et jouissif. Si vous aussi vous avez déjà rêvé de sauver le monde grâce à vos talents culinaires, il est temps de s’intéresser à ce jeu !

JPEG - 73.6 ko

Overcooked nous met aux commandes de cuisinniers de l’extrème : pour sauver le monde d’une menace apocalyptique, il vous faudra maîtriser le noble art culinaire dans des situations de plus en plus inattendues et saugrenues. Votre noble quête vous amènera aux quatre coins du monde. Rien ne sera impossible : sur l’autoroute en bus, dans l’espace, dans un volcan, ou une maison hantée...il faudra apprendre à improviser et surtout coopérer avec vos compères pour réussir à livrer à temps les commandes !

JPEG - 74.8 ko

Comment ce pitch saugrenu se traduit-il en jeu ? En vue de dessus, chaque joueur contrôle un cuistot. Toutes les cuisines disposent de caisses dans lesquelles vous trouverez les ingrédients, des planches à découper pour préparer les aliments, des moyens de les cuire, un évier (pour la vaisselle !) et une zone pour envoyer en salle. Les commandes sont affichées en haut de l’écran, et il faudra donc préparer les recettes en rassemblant et cuisinant les ingrédients demandés pour en faire un plat. Une fois mis dans une assiette, il faudra alors le déposer pour envoi en salle. Plus la recette est réalisée rapidement, plus gros sera le pourboire. A l’inverse, si vous ne parvenez pas à livrer dans les temps, une pénalité sera infligée.

JPEG - 52.4 ko

Le problème, c’est que si chacun peut faire ses propres plats, il est clair que cela est totalement inefficace : chaque recette requiert plusieurs ingrédients, qui ne se trouvent pas nécessairement au même endroit. Pire, il n’y a pas assez de marmitte ou de plan de travail pour tout le monde, ou la cuisine est parfois agencée de sorte à ce que certains joueurs n’y aient même pas accès. Une seule solution : la coopération. On se retrouve donc, en fonction de la configuration de la cuisine, à se répartir des rôles généralement classiques, mais parfois saugrenus. Faire rouler des oignons au sol vers les autres joueurs pour que ceux-ci les coupent ferait probablement criser Gordon Ramsey, mais si ça marche, pourquoi pas ?

JPEG - 67.2 ko

Evidemment, il faudra faire attention à la cuisson : si tout pousse à la vitesse, il ne faudra pour autant pas confondre avec précipitation. Chaque recette a son temps de cuisson propre, indiqué par une jauge. Il est évidemment interdit de servir quelque chose qui n’est pas complètement cuit, mais il faudra également éviter de crâmer vos plats...faute de quoi la cuisine finira en flammes, forçant un des compères à jouer des l’extincteur et à délaisser marmittes et couteaux, faute de quoi l’incendie se propagera à la cuisine entière !

JPEG - 83.8 ko

Résultat, le chaos à l’écran est à la hauteur de celui dans votre salon : tout le monde crie, les ingrédients volent dans tous les sens, les marmittes tombent à l’eau (et les commis avec !), le tout dans des cris d’horreur quand une commande est sur le point d’expirer. Evidemment, cela devient encore plus épique quand le level design lui-même vous trolle. Attendez de voir des rats venir piquer tout ce que vous préparez, ou des tables hantées bouger pour bousculer la configuration du niveau pour comprendre à quel point le jeu est génial. D’autant que la difficulté est au rendez-vous, même si parfois inégale : certains niveaux demanderont une maestria de tous les instants tandis que d’autres, même parmis les plus avancés, vous donneront leurs trois étoiles (signe de réussite complète) un peu trop facilement.

Graphismes : 15/20

Non, le jeu n’est pas un canon de beauté. Mais il est parfaitement fluide et le style enfantin et tout mignon est une réussite complète. On apprécie également la lisibilité, grâce notamment aux bulles qui permettent de savoir exactement ce que l’on a préparé jusqu’à présent.

Gameplay : 18/20

Jouer à Overcooked seul n’a aucun sens. A plusieurs en revanche, le jeu atteint un degré de fun tout simplement phénoménal. Prévu uniquement en local et pour provoquer des rires et des cris, le jeu part d’un principe de base simplissime (on prend les ingrédients, on les coupe, on les cuit, on assemble le plat, et on expédie) mais y apporte tellement de variations que chaque niveau déclenche une nouvelle surprise ou crise de rire. On regrettera peut-être juste que le système de sélection d’objets ne soit pas toujours précis, surtout quand on commence à accumuler les recettes en cours et les plats inachevés.

Bande-son : 16/20

Les petites musiques sont plutôt sympathiques, chaque "univers" ayant sa propre variante de la musique de base. Certaines partent même dans le ridiculement épique, avec choeurs...alors que l’on est en train de découper des tomates et de la salade pour faire des hamburgers. Ca n’a aucune sens et c’est drôle.

Scénario : -/20

Vous êtes cuisinier, et vous devez apprendre à coopérer et cuisiner afin de vaincre le grand monstre de spaghetti et son appétit infini. Pour cela vous allez voyager dans le temps pour apprendre à cuisiner pizzas, hamburgers et soupes à l’oignon. Vraiment.

Durée de vie : 14/20

Comptez environ 5-6 heures de jeu pour arriver au bout du titre avec toutes les étoiles si vous avez une bonne coordination avec vos amis. C’est plutôt décent pour un jeu qui a une grosse replay value grâce à sa bonne dose de fun.

Conclusion : 17/20

Cuisiner à plusieurs n’aura jamais été aussi ridicule et drôle qu’avec Overcooked. Avec son gameplay aux petits oignons, ultra-simple à trois boutons et son rythme effrené, le jeu offre aux curieux un des jeux coopératifs les plus déjantés de ces dernières années. Au fil des niveaux, le jeu parvient à se renouveller sans répit grâce à de petites merveilles de level design qui rendent chaque niveau différent. Addictif, fun et hilarant, c’est une véritable perle indé comme on les aime.


NOTE : 08/10