Consoles-Fan
19/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Gears Of War 4
Massacre
à la tronçonneuse

Après un premier Gears Of War très réussi mais qui n’était finalement que le remake du premier opus : Gears Of War Ultimate Edition, on attendait The Coalition au tournant avec cette fois-ci leur premier vrai Gears Of War, créé de but en blanc. Quelles sont les apports des successeurs d’Epic Games ? Feront-ils mieux ou moins bien ? Leur travail fait-il honneur à la licence ? Ont-ils choisi la continuité ou la fraîcheur ? C’est ce que je vous propose de découvrir maintenant.

04

Un changement de main implique forcément une remaniement : les développeurs veulent laisser leur trace, c’est certain. Cependant, le fan de Gears Of War ne sera pas déstabilisé. Il y a des idées nouvelles mais les fondations sont là. Le gameplay reste inchangé mais de nouvelles armes sont proposées. Le titre est aussi moins sombre, moins sale. Les décors sont inégaux. A l’intérieur, c’est assez quelconque ou presque mais en extérieur, quelle gifle ! Le niveau de détail est renversant avec des petites animations partout, une profondeur de champs impressionnante et des couleurs châtoyantes. Gears Of War est plutôt charmant, ce qui sonne faux au vu de l’aspect habituellement très bourrin de la licence. Mais rapidement, les décors bien crades reviennent au devant de la scène.

01

Sur le plan purement technique, Gears Of War s’avère impressionnant. Il est vrai que la série a toujours fait figure de démo technique et c’est une fois de plus le cas sur Xbox One. Certes, le titre ne propose que 30 frames par seconde stables mais le titre est d’une beauté incommensurable. Les effets spéciaux sont là en nombre et le bump mapping fait merveille. Les cinématiques et le jeu ne font qu’un. Les effets d’éclairage sont enveloppants et l’humidité est gérée avec grand talent.

05

Le jeu est d’une grande linéarité malgré la présence d’embranchements, une classique de Gears Of War qui a le mérite de proposer une certaine jouabilité dans quelques stages. Si le synopsis est difficilement critiquable et que l’on peut y retrouver une réponse à Uncharted pour tous ses nombreuses scènes scriptées, les dialogues sont assez plats et les tentatives de blagues sont lourdes et guère amusantes. Les dialogues sont bien trop déclaratifs qui accompagnent l’action feraient rougir de ronde Captain Obvious. "Oh, y’a un ennemi-là, encore une grosse brute, ...." Ca ne vole pas bien haut. Le public visé est-il si écervelé, si bourrin ? La qualité du jeu en multi, bien stratégique à souhait et qui fait appel à une grande dextérité jurerait du contraire.

06

La difficulté du jeu est progressive. L’introduction de boss de plus en plus impressionnant permet leur réintroduction plus tard dans le jeu comme ennemis lambda. La surenchère est de mise pour nous proposer des ennemis de plus en plus colossaux. Seule ombre au tableau, le titre est on ne peut plus prévisible avec des passages dans des couloirs tranquilles qui relient des arènes où l’on se doute à chaque fois que c’est le lieu du prochain affrontement. Cependant, les développeurs ont su user de cette répétitivité pour surprendre le joueur quelques fois, je ne vous en dis pas plus.

03

Notez enfin que la campagne est jouable en co-op mais que même si vous êtes un joueur solitaire, vous n’aurez pas trop à pester sur l’intelligence artificielle de vos co-équipier qui n’hésiteront pas à vous secourir si vous êtes blessé. J’ai par contre à un moment de la partie affronté tout seul un boss sans que mon équiper ne tire une seule balle : ça devait être jour de grève. Les ennemis ne sont pas en reste, ils n’hésitent pas à vous mettre la pression si vous vous approchez trop dangereusement d’eux. A noter qu’entre vermines et robots, le jeu propose des ennemis au design varié, soigné, mais qui n’apporte au final rien de bien différent en terme de gameplay. Les ennemis faibles sont rapides et foncent sur vous. Ceux qui sont armés jusqu’aux dents, sont par chance plus lourds et lents.

02

Graphismes : 93%
Très impressionnant techniquement, en particulier quand la météo s’affole.

Animation : 82%
30FPS stable en mode story mais 60FPS pour le jeu en ligne !

Jouabilité : 94%
La série a inventé un genre qui a servi de nombreuses fois comme source d’inspiration.

Bande Son : 90%
Un excellent doublage mais des textes qui mériteraient un meilleur travail d’écriture.

Intérêt : 90%
Des sensations de jeu excellentes malgré de nombreux passages très (trop) prévisibles.

Note Globale : 92%
Si Gears Of War 4 ne surprend pas, il fait le job et du point de vue technique, on en prend plein les yeux.


NOTE : 09/10