Consoles-Fan
11/12/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3056 articles en ligne

 
NBA 2K17
Le gros ballon dans le panier...
...c’est pas si compliqué !

Comme chaque année, les simulations sportives reviennent. Néanmoins, celles sur le Basketball ont connu une histoire un peu mouvementée : NBA Live a totalement disparu des radars, au profit d’une nouvelle série : NBA2K. Cela, c’était il y a déjà bien des années...et force est de constater que manette en mains, l’on comprend bien vite pourquoi personne ne vient se frotter à ce poids lourd de la simulation.

NBA 2K17 est donc la nouvelle itération de la simulation de 2K. Au coeur de celle-ci : le mode MyCarreer. Vous mettant aux commandes du "Président" (un personnage créé de toutes pièces par vos soins), il vous faudra faire vos preuves au cours d’une saison universitaire avant de vous en aller jouer avec les grands de la NBA. Mais avant de vous lancer dans ce mode (ou n’importe quel autre), passer par la case entraînement/tutorial sera probablement indispensable.

PNG - 331.4 ko

En effet, même si le jeu s’avère très intuitif à prendre en main, il faut bien avouer que la richesse du jeu est impressionnante : les commandes sont très, TRES riches. Tirs au sol, en suspensions, dunks, faces défensives, rebonds, dribles...il y a beaucoup à maîtriser avant de se lancer. Certes, il est possible d’apprendre sur le tas, mais cela se fera dans la douleur. Passé cette phase d’apprentissage, le jeu offre des possibilités tellement riches qu’il donne le tournis.

PNG - 236.6 ko

Et cette sensation est amplifiée par le mode carrière : si les choix au départ sont plutôt limités (les cinématiques s’enchaînent sans décisions, et on vous laisse juste choisir votre équipe préférée et l’université pour laquelle vous souhaitez jouer), les possibilités se démultiplient une fois drafté. On passe alors dans un mode où le monde devient social (grâce à votre téléphone) et où de nombreux évènements sont prévus dans votre calendrier. Libre à vous d’aller aux entraînements ou aux évènements organisés par des marques, mais soyez prêts à en affronter les conséquences (surtout si vous n’allez pas aux entraînements). Le système de progression se fait par une monnaie, acquise en fonction de vos actions pendant le match et de votre note finale. Celle-ci s’avère souvent très sévère : si monter à B ou A s’avère bien complexe, il est en revanche très facile de voir votre note se dégrader en faisant n’importe quoi ou à force de maladresses.

PNG - 252.4 ko

Les pièces acquises permettent de personnaliser votre personnage, mais également votre matériel ou même votre stade pour les autres modes. En effet, la monnaie est partagée entre les différents modes, et il faudra donc voir ce que vous souhaitez en faire. A noter que celle-ci ne permet pas pour autant de complètement "casser" votre personnage comme on pourrait le craindre : en plus de monnaie, il faudra également débloquer des palliers de progression en prenant part aux entraînements.

PNG - 325.5 ko

Résultat, on se prend vite au jeu. D’autant que ce mode demandant de se focaliser sur un seul personnage est aussi une bonne occasion de voir l’IA opérer. Celle-ci est efficace, construit ses attaques et fait un marquage agressif, en venant parfois à faire des fautes volontaires pour casser une occasion de contre en surnombre. Il faudra donc composer avec cela, et ce quelque soit le mode de jeu. Et c’est une bonne chose !

PNG - 282.7 ko

En plus de cette richesse, il est de bon ton d’insister sur le degré de finition du soft : graphiquement, le titre en jette. La modélisation des joueurs est exemplaire, et inclut même la transpiration, de plus en plus visible au fil du match. Les terrains ne sont pas en reste avec des arênes lumineuses, brillantes, comme on le voit à la télévision. Le show à l’américaine est retranscrit fidèlement, le tout avec une fluidité exemplaire. Alors oui, on pestera contre l’attente à chaque chargement...mais quand on voit le résultat, on se dit que ça en valait la peine.

Graphismes : 17/20

Il faut bien l’avouer : NBA 2K17 en jette. Graphiquement, le titre pousse très loin la modélisation des sportifs, et le public, même s’il est encore un peu trop robotisé/cloné, s’avère plutôt dynamique (bien que trop synchrone). Les cinématiques du mode MyCarreer, réalisées avec le moteur du jeu, sont également de bonne facture.

Gameplay : 18/20

Difficile de ne pas être conquis par la prise en main de la série de 2K : très technique, celle-ci demeure accessible, même s’il faudra des heures et des heures de jeu pour en comprendre toutes les subtilités. Défense et attaque doivent être maîtrisés pour parvenir à quelque chose de correct sur le terrain, et l’IA est capable de vous en faire voir de toutes les couleurs en reproduisant très rarement deux fois la même combinaison. Un seul bémol : des temps de chargements vraiment insupportables.

Bande-son : 17/20

Les musiques choisies sont sympathiques. La bande-son est un mélange de musiques déjà connues ou de titres qui ne tarderont pas à l’être. Côté voix et commentateurs, l’ensemble est en anglais. La majorité sont sous-titrées, sauf pour les commentaires sportifs. Un peu dommage pour les anglophobes.

Durée de vie : 19/20

Construire sa propre équipe, vivre la carrière de son propre joueur, ou simplement jouer en prenant une équipe (nationale ou NBA) donnera à tous les amateurs de basket tout ce qu’ils désirent : une expérience inépuisable, compétitive ou solo.

Conclusion : 18/20

2K continue de régner en maître absolu sur le basket-ball. On comprend les réticences de la concurrence à venir se frotter au maître quand l’on voit le degré de maîtrise atteint par NBA 2K17. A la limite de l’irréprochable, le contenu gargantuesque garantit des heures de jeu à tous, du moment qu’ils aiment le basket sous une quelconque forme. En ligne comme en local, en partie rapide ou en carrière (TRES) longue...il y a de quoi faire ! LA référence, tout simplement.