Consoles-Fan
18/07/2018

Auteur
  

2984 articles en ligne

 
Assetto Corsa
Forza, Corsa...
...décidément, l’Italie et les voitures...

Alors que l’éternelle guerre "Gran Turismo vs Forza Motorsport" s’est enfin un peu apaisée, voilà que 505 Games décide de rajouter de l’huile sur le feu en éditant Asseto Corsa, l’une des références de la simulation automobile sur PC. L’occasion de découvrir cette nouvelle concurrence, qui essaie clairement de s’affirmer dans le domaine de la simulation pure et dure.

Assetto Corsa nous offre donc la possibilité de participer en tant que pilote à de nombreuses courses à travers le globe. Utilisant de véritables circuits, le jeu bénéficie également de nombreuses licences automobiles. Cependant, l’accent ici est mis sur la qualité et non la quantité : avec moins d’une centaine de voiture et ses vingt-cinq circuits, cette simulation de sports mécaniques se concentre sur une chose, le réalisme.

JPEG - 72.6 ko

En effet, dès le premier tour de piste au volant de notre fière Fiat 500, force est de reconnaître que le jeu s’avère très exigeant dès les réglages intermédiaires de simulation. Il va falloir apprendre à négocier ses virages correctement pour ne pas finir dans le décor. D’autant plus qu’une partie des courses se font en contre-la-montre, catégorie dans laquelle chaque seconde en sortie de piste est synonyme de pénalité. Car le contre-la-montre d’Assetto s’avère étonnant : ici, il n’est pas question d’un nombre de tour pré-défini. Au contraire, il s’agira ici d’en faire le plus possible dans un temps donné. A chaque point de passage, vous récupérez quelques précieuses secondes et validez vos points. L’idée, plutôt arcade, détonne un peu dans la simulation, mais s’avère au final plaisant et stressant, forçant à des prises de risques dans l’espoir d’atteindre un point de contrôle de plus.

JPEG - 40.3 ko

Les courses en elles-mêmes, en revanche, s’avèrent plus classique. Principale particularité néanmoins : la majorité d’entre elles exigent du joueur une voiture spécifique. Tous sont mis sur un pied d’égalité, puisque seuls les réglages au stand peuvent varier. Le nombre de fait réduit de véhicule (moins d’une centaine) permet en revanche aux développeurs de compenser en offrant une modélisation exemplaire. Si l’on est habitués à avoir des carrosseries très jolies, il faut néanmoins souligner le travail d’orfèvre réalisé sur les vues intérieures, offrant un cockpit vraiment réussi à chaque véhicule.

JPEG - 51.4 ko

Et même si le nombre de véhicules est limité, Assetto Corsa fait l’effort de la variété en offrant un large panel de véhicules : alors que l’on commence avec des citadines peu adaptées à la course (une Fiat 500 ? Vraiment ?), on arrive rapidement à du beau monde. Alfa Romeo, Ferrari, Lamborghini, Chevrolet...si l’Italie semble sur-représentée, c’est bien normal : le jeu nous vient de ce pays, et on dirait bien que les développeurs sont fiers des mécaniques locales ! Les autres pays ne sont néanmoins pas en reste, même si l’on pourra regretter l’absence de bien des marques européennes, avec par exemple une absence totale de voiture françaises.

JPEG - 44.2 ko

Néanmoins, si le jeu s’avère splendide sur PC, n’est pas Forza Motorsport qui veut sur Xbox One : sorti en 2014 sur PC, le jeu paraît peu optimisé, un peu bâclé sur Xbox One. Outre certains effets d’ombre et de lumière un peu cheap, on notera surtout de manière bien plus gênante des ralentissements parfois aléatoires qui impactent sévèrement la maniabilité...et ça, c’est très gênant quand un jeu vous demande autant d’exigence sur la conduite.

JPEG - 49.4 ko

Graphismes : 15/20

Beau, le jeu impressionne surtout par sa modélisation des voitures et de leur intérieur. Néanmoins, le jeu s’avère encore très largement perfectible : en plus d’ombres peu convaincantes et une végétation un peu trop sommaire, on se plaindra surtout de chutes de framerate sans raisons à certains moments, au point de rendre le jeu pénible à jouer. Ralentissements qui disparaissent d’eux-mêmes sans crier gare et sans raison valide non plus.

Bande-son : 15/20

Les bruits des moteurs s’avèrent plutôt réussis. L’absence de musique lors des courses renforce l’immersion, mais peut s’avérer un peu opressante. Les bruitages des impacts sont en revanche peu convaincants.

Gameplay : 16/20

Poussé à fond en mode simulation, Assetto Corsa s’avère encore plus exigeant qu’un Forza. Ceci dit, jouer à Assetto Corsa ne prend de véritable sens qu’avec un volant, dans la mesure où le jeu se veut une vraie simulation. Gestion de l’usure des pneus, de l’ABS, de l’essence, des trajectoires...les sorties de piste sont sanctionnées TRES durement en chronométré (alors que l’on y perd déjà beaucoup de temps), et il faudra même parfois respecter les drapeaux de signalisation pour ne pas subir de pénalités suite à un accident sur le circuit.

Durée de vie : 15/20

Sans être aussi long qu’un Forza ou qu’un Gran Turismo, le jeu offre néanmoins une belle durée de vie. Nous faisant partir d’une Fiat 500 pour couvrir l’essentiel des véhicules existants jusqu’à la Formule 1, le jeu offre un panel plus large d’évènements...mais un choix de voiture plus limité.

Conclusion : 15/20

Sans révolutionner le genre, Assetto Corsa se positionne sur le secteur de la simulation pure et dure. Exigeant, impitoyable, il faudra apprendre à négocier chaque virage et maîtriser son véhicule sur le bout des doigts pour espérer arriver à des résultats décents. Le jeu manque de finition, mais n’en demeure pas moins une réussite à laquelle devraient s’essayer avant tous les fanatiques de sports mécaniques qui trouveraient Forza Motorsport ’trop arcade’, même poussé dans ses règles simulations au maximum. A savourer avec un volant pour de vraies sensations.


NOTE : 07/10