Consoles-Fan
23/02/2017

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2743 articles en ligne

 
Assassin’s Creed The Ezio Collection
Au voleur
A l’assassin

La trilogie d’Ezio fait office de référence pour beaucoup de joueurs. Du coup, comme il n’y a pas de nouvel Assassin’s Creed cette année, Ubisoft s’est sans doute dit qu’il y avait un manque à combler en sortant la compilation italienne d’Assassin’s Creed.

01

Il est vrai qu’elle a posé les bases en faisant intervenir les courtisanes, les mercenaires, la possibilité de recruter des assassins. Il est vrai que d’un point de vue histoirique, c’est dans doute la plus documentée, la plus intéressante, celle qui offre une logique scénaristique, où l’on apprend plus sur Desmond. Celle finalement qui garde une certaine cohérence avant qu’Ubisoft ne décide de couper le fil pour permettre aux joueurs occasionnels de jouer à un Assassin’s Creed sans avoir fait les autres. Il est tout aussi vrai que c’est la série qui a proposé les musiques les plus ennivrantes de la série et qu’en terme d’exploration des bâtiments et d’énigmes, c’est la plus mystique, la mieux travaillée, la plus mystérieuse. Son univers est incroyable et pour une petite cinquentaine d’euros, Ubisoft vous propose de revivre tout cela ou de la découvrir, sait-on jamais.

Si vous n’avez jamais joué à cette trilogie, comment dire, vous êtes passé à côté d’un titre vraiment formidable et vous pouvez directement arrêter de lire : achetez le jeu et jouez. C’est tout. Si vous avez, comme moi, terminé les trois jeux, je vous propose d’analyser ensemble les apports de cette version d’autant que je vous rappelle qu’il existait une compitation regroupant déjà cette trilogie ainsi que le premier Assassin’s Creed et le troisième.

02

Mais avant de vous parler des jeux, parlons tout d’abord de deux bonus offerts pour l’occasion. Il s’agit de deux courts-métrages signés Ubisoft. Le premier, Assassin’s Creed Lineage, est intégralement filmé de manière tout à fait classique mais la vidéo rame à mort, ce qui gâche pas mal le plaisir de la découverte. Le second Assassin’s Creed Embers, relate la fin de la vie d’Ezio. C’est un film d’animation en 3D toute dégueulasse et l’animation n’est plas fluide non plus. En gros, à part l’aspect curiosité pour le fan absolu, ça n’a absolument aucun intérêt. Sachez enfin que les films ne sont pas lus comme vi vous aviez mis un blu-ray dans votre console puisqu’il n’est pas possible d’avancer, reculer, revoir une scène ou que sais-je. Le moindre bouton enfoncé vous fera sortir du visionnage et il faudra recommencer à zéro. Quelle interface fantastique.

Voyons donc si du côté des jeux, cette compilation s’en sort mieux et tire partie de la puissance de la Xbox One puisqu’elle offre déjà moins de contenu qu’une autre compilation existante.

03

Eh bien, pour tout vous dire, cette compilation est bonne mais elle aurait pu être encore mieux. J’aurais aimé un meilleur framerate. Celui-ci n’a en effet pas été amélioré. En revanche, en terme d’affichage, c’est très joli même si le poids des années est parfois trahi par certaines textures. Mais dans l’ensemble, les 3 jeux tiennent la route. Le plus ancien a forcément plus de peine que le plus récent mais franchement, la conversion est réussie en terme d’affichage. Le contenu est plus qu’honorable puisque tous les DLC sont au rendez-vous que vous vous recevez au final 3 jeux et leurs season pass pour le prix d’un seul, dans leur meilleure version actuelle même si j’aurais apprécié un framerate de 60 images par seconde. En attendant, le charme de l’époque italienne de la série opère toujours avec des musiques somptueuses, les meilleurs de la série et un sens de la mise-en-scène moderne, poussée, absolument magnifique. Il est clair que si Ubisoft doit se ressourcer pour un nouveau Assassin’s Creed, il serait bon de repartir sur ces bases-là

04

Graphismes : 75%
Malgré un lissage certain, le coup de vieux se fait ressentir, essentiellement pour le premier titre de la trilogie et essentiellement du côté de la modélisation des personnages. Côté décors, le titre s’en sort plutôt bien.

Animation : 70%
On avait mérité tellement mieux.

Jouabilité : 72%
Une certaine raideur s’installe vis-à-vis des Assassin’s Creed plus récents.

Bande Son : 97%
Certainement les meilleurs musiques de la série, une oeuvre magistrale.

Intérêt : 97%
Non seulement les trois jeux sont excellents, une référence, mais avec toutes les dlc, vous voilà partis pour plus d’une centaine d’heures de jeu.

Note globale : 83%
L’adaptation n’est pas parresseuse, du travail a été abattu, clairement, mais elle n’est pas non plus courrageuse : cela aurait pu être encore mieux. Reste que cette trilogie est composée des meilleurs Assassin’s Creed et que si vous n’y avez jamais touché, il serait peut-être plus que temps de rectifier le tir.


NOTE : 08/10