Consoles-Fan
20/11/2017

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2872 articles en ligne

 
Yakuza 0
Espérons qu’ils ne se prennent
pas un zéro au test

Il aura fallu deux ans à Sega pour porter ce jeu en Europe. Certes, il y avait pas mal de boulot de traduction au programme, une traduction pas toujours si aisée, certes, mais quand même. En tous cas, ne vous attendez pas à trouver du français dans les sous-titres, faudrait tout de même pas exagérer. Néanmoins, si le japonais vous rebute pour jouer à Yakuza, l’accès est désormais plus simple d’autant que l’anglais ne demande pas une maîtrise de fou non plus.

01

L’histoire se déroule toujours à Kamurochô. La modélisation du quartier est toujours aussi léchée, les visages des personnages toujours aussi soignés. Posé, le titre se positionne une fois de plus en un Shenmue-like avec une évolution poussée du scénario et des phases de combat en guise de transition pour un résultat à la durée de vie plutôt élevée. Pour sûr, on en a pour son argent : c’est à la fois joli, bien fini et long et pour un peu que vous soyez un amoureux de la culture niponne, vous devriez coller assez rapidement. Et comme pour nous faire oublier ce quartier dans lequel tous les épisodes de Yakuza se déroulent, Sega a enfin décidé de nous faire voyager un peu plus en nous faisant visiter Soutenbori inspiré du fameux Dotonbori d’Osaka alors que Kamurocho est un clin d’oeil à Kabukicho, le quartier chaud de Tokyo. L’astuce est de nous faire suivre deux personnages simultanément pour deux histoires croisées.

02

Je ne veux pas vous révéler le scénario du jeu puisqu’il fait vraiment partie du coeur de l’expérience Yakuza. Le titre du jeu vous indique cependant que, fatalement, Sega ne va pas faire dans la dentelle et vous proposera du contenu plutôt adulte avec des phases assez dures et d’autres plus légères liées au monde de la nuit. Ne vous étonnez donc pas de vous retrouver avec un mini-jeu de karaoke qui va côtoyer les codes d’honneur des yakuzas.

04

La qualité de la série n’est plus à prouver mais avec Yakuza Zero, Sega offre aux joueurs sans doute son meilleur épisode. Pour ma part, j’ai aimé justement ce déplaysement qu’apporte le Dotonbori, Sega ayant enfin décidé à quitter le quartier historique de la série, sans l’abandonner.

03

En terme de contenu, Yakuza est plutôt riche tant le jeu propose un bon paquet de missions. Les combats de rue sont aussi nombreux et viennent rythmer l’histoire de manière parfois même très amusante avec des poivrots qui vous bousculent maladroitement et qui cherchent la bagarre. On notera que les décors sont toujours interactifs et permettent de fracasser vos ennemis dans ceux-ci, avec éclat.

05

Comme un bon Yakuza qui se respecte, il va falloir conquérir des territoires et gérer des établissements spécialisés avec des hôtesses qui seront ravies de discuter avec vous.

Sur le plan technique, c’est du tout bon malgré le fait que le jeu a pris son temps pour débarquer du Japon. Non pas que le jeu soit impressionnant en soi mais il est détaillé et fleure bon l’authenticité. En tous cas tous les amoureux du Japon le dégusteront comme il se doit.

06

Graphismes : 90%
Un peu dépassé techniquement mais il a de beaux restes. Les décors sont très détaillés.

Animation : 90%
Une bonne fluidité générale.

Jouabilité : 90%
Le gampelay évolue encore dans Yakuza pour proposer un résultat très intuitif, très beat-them-all à l’ancienne.

Bande Son : 93%
Des doublages d’excellente qualité.

Intérêt : 94%
Yakuza 0 est sans doute l’épisode le plus varié de la série en terme d’environnements à visiter. Tous les amoureux du Japon devrait en tous cas se lancer à l’eau.

Note Globale : 93%
Un titre sérieux et pourtant si léger qui a sa propre vision du monde ouvert, une vision très décalée de la vision occidentale mais qui fonctionne tout aussi bien.


NOTE : 09/10