Consoles-Fan
20/11/2017

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2872 articles en ligne

 
The Legend of Zelda : Breath of the Wild
Le dernier prodige
de Nintendo

Avec la licence Zelda, il y a comme un air de déjà-vu. Zelda a en effet été le titre qui a clôturé l’histoire de la Gamecube tout en lançant celle de la Wii avec le succès qu’on lui connaît. Nintendo retente le coup pour dire au revoir à la WiiU : ce sera en effet le dernier gros jeu de la console mais aussi le premier gros jeu de la Nintendo Switch. On lui souhaite le même succès que la Wii pour le coup.

04

Suite à la défaite de Link dans un combat épique et cinglant contre Ganandorf, la princesse Zelda a endormi notre héros afin que son corps et son esprit se repose et retrouve des forces. Lorsque Link se réveille, 100 ans plus tard, il est amnésique mais son esprit de justicier n’a pas dépéri.

Zelda, c’est avant tout une pléthore d’idées pour renouveler sans cesse le gameplay. Au sein des dongeons, Link découvrira de nouvelles facultés. Rien que la tablette qu’il transportera pendant toute l’aventure est un concentré de fonctions. Elle peut servir comme longue-vue afin de repérer dans les décors des endroits-clés à visiter. Vous pouvez aussi baliser ses endroits afin de les repérer plus tard. Elle vous mettra à la tête de bien des pouvoirs, elle accumulera tel un GPS les cartes des environs...

05

Il est vrai que toutes les idées du jeu ne sont pas nouvelles. La longue vue qui permet de marquer des endroits dans un monde ouvert, le pouvoir qui permet de figer des objets dans le temps, le magnétisme... Tout cela a déjà été rencontré, il est vrai, mais Zelda rassemble le tout de manière complète et magistrale. Mais Zelda apporte aussi sont lot d’originalité avec le système de cuisine qui permet de combiner des aliments en confectionnant des petits plats consommables apportant une valeur ajoutée en terme de nombre de petits bouts de coeur qu’ils régénèrent. Les plats peuvent avoir d’autres propriétés. Ajouter un piment dans un plat vous réchauffera et vous permettra de lutter contre le froid. Mais pour lutter contre le froid, allumer une torche peut-être aussi une solution. Le jeu vous laisse à chaque fois toute une série de choix pour affronter divers problèmes. D’autres ingrédients étranges vous permettront de fabriquer des remèdes. Les recettes et la cuisson apportent une synergie entre les aliments qui, séparés, n’auront d’autre intérêt qu’à remplir votre jauge de vie. Sachez enfin que refroidir des aliments peut avoir également des vertus. Et pour vous fournir en ingrédients, rien de tel que la cueillette, la chasse et la pêche. Les armes sont aussi des consommables : elles s’usent et cassent assez rapidement mais fort heureusement, le jeu est généreux également sur cet apect. Vous pouvez bien évidemment frapper les ennemis directement avec vos armes mais aussi l’utiliser comme projectile. Et l’on retrouve avec grand plaisir l’arc à flèche toujours très utile.

Link peut désormais escalader les bâtiments ou les reliefs abruptes comme dans Assassin’s Creed. Mais une jauge d’effort s’épuise avec le temps. Lorsqu’il nage ou court, cette même jauge est consommée. Aussi, il faut retrouver la terre ferme pour souffler un bon coup et ne pas lâcher prise ou se noyer. Certains petits boosts sont disponibles lorsqu’on nage ou l’on escalade mais ils utiliseront votre jauge de manière gourmande. Pour vous déplacez plus rapidement, des zones de téléportation existent : il faut dire que le monde à visiter est gigantesque et que tout faire à pied serait vraiment fastidieux. En revanche, Link ne saute plus automatiquement entre deux plate-formes : attention de ne pas tomber !

01

Techniquement parlant, Zelda n’étonnera sans doute pas au premier coup d’oeil. Le jeu offre une belle palette de couleurs et promet de très belles étendues à traverser. C’est en jouant que l’on se rend compte du niveau de finition absolument époustouflant. En terme d’animation, on est vraiment aux prises d’un dessin animé. Prenons par exemple la gestion exemplaire des fluides qui ne sont pas de simples déplacements de particules mais carrément toute une série d’animations en veux-tu en voilà offrant des visuels grandioses. Et si vous aimez les effets de particules plus classiques, soyez rassuré, il y en a aussi un peu partout ainsi que des effets de fumée, de lens... Dans les extérieurs, le pollen est brassé par le vent, offrant aux joueurs de beaux effets volumétriques lorsqu’il se déplace.

La végétation est riche et superbe et le monde est incroyablement cohérent et complet. On peut jusqu’à récupérer des champignons sur le flan de la falaise et les récupérer en chemin d’une longue escalade ou pourquoi pas récupérer des pommes nichées dans les arbres. Vous pouvez escalader les arbres pour les récupérer mais aussi frapper sur ces derniers pour les faire tomber. C’est un simple exemple pour illustrer le fait qu’une fois de plus, Zelda nous laisse libre de résoudre tout un tas de situation par nous-même. Le jeu est bien assez riche que pour se permettre ce luxe.

Les combats sont plutôt comiques et cartoonesques surtout lorsque Link est équipée d’une arme surpuissante. Surpris en pleine nuit, les ennemis se réveilleront mais devront d’abord récupérer leur arme. L’attaque des camps est très utiles pour récupérer de l’armement mais aussi de la nourriture : il y a généralement toujours un bon gros gigot en train de rôtir sur un feu de camps.

La première partie du jeu est un gigantesque tutorial qui vous permet de découvrir les bases du gameplay mais aussi les pouvoirs de Link. La quête peut sembler fade au premier car elle ne propose pas tout de suite de véritables dongeons, uniquement des petits sanctuaires qui se limitent à quelques petites énigmes simples. Il ne faut pas brusquer le joueur. Celui-ci aura bien le temps de découvrir toute la richesse et la difficulté de ce Zelda bien retord et du coup bien captivant et accrocheur. Plus tard, c’est une véritable traque aux sanctuaires qui démarre. Il va falloir les trouver en scrutant l’horizon avec votre longue vue, comprendre comment on y accède et surtout résoudre les énigmes variées afin de récupérer des emblèmes du triomphe qui s’échangent par 4 afin d’obtenir plus de vie ou d’endurance.

03

La direction artistique de ce Zelda est magnifique mais le level design n’a vraiment rien à lui envier tant le travail du relief est intelligent et la manière de l’aborder repose sur des choix cornéliens. Vaut-il mieux monter sur un cheval et aller plus vite qu’à pied mais dès lors faire des détours puisqu’on ne pourra pas gravir une montagne ? D’autres outils vous permettront d’effectuer de bien jolis raccourcis comme le paravoile. Transportez-vous vers une haute tour qui sert aussi de point de téléportation avant de vous élancez en paravoile dans la direction que vous souhaitez. C’est pratique et grisant à la fois. Mais la paravoile utilise votre endurance tout comme la nage et l’escalade. Aussi, booster votre jauge d’endurance peut-être un choix judicieux pour atteindre des endroits jusqu’alors inatteignable. Vous pouvez la réhausser en mangeant des mets dédiés ou augmenter la jauge à la place de votre jauge de vie : tout est affaire de choix. De plus, lorsque vous escaladez, vous avez intérêt à trouver la meilleure trajectoire possible. Celle avec des zones de repos mais aussi avec la plus faible inclinaison possible pour en n’augmentant pas votre trajet de manière drastique. Vous déplacer sur le côté ne consommera pas non plus autant d’endurance que si vous grimpez en ligne droite. Tout est dans le détail.

02

Et tant qu’à vous parler d’escalade, sachez qu’une surface mouillée est plus difficile à arpenter car une fois de plus, la gestion de la météo est au rendez-vous avec des changements drastiques d’ambiance graphique quand il fait nuageux, plein soleil ou lorsqu’il y a une éclaircie. Mêlez à tous cela la gestion des journées et vous obtenez un tout remarquablement cohérent avec des jeux d’ombre et de lumière, des changements de luminosité, des couchers et levers de soleil.

L’équipement est également étonnant car si les armures classiques de l’univers de Zelda sont de retour, elles comportement aussi des éléments de gameplay amusant. Une armure métallique vous protègera des fortes mais vous risquez d’être foudroyé en cas d’orage.

Avec ces personnages hauts en couleur, son univers qui donne le vertige et ses dongeons épiques structurés en différentes phases d’action, de réflexion et de combat de boss, Nintendo offre à la Switch un bien joli départ puisqu’il ne m’a rarement été donné l’opportunité de jouer à un titre aussi exceptionnel que ce Zelda.

Graphismes : 95%
Une vraie direction artistique : le jeu étonne à plus d’un niveau.

Animation : 91%
Le framerate trébuche parfois mais le titre étonne en terme d’animation. La végétation bien riche est brassée par le vent et peut-être entièrement coupée, arbres compris.

Jouabilité : 97%
A part la mécanique de gameplay liée au changement d’arme un peu douteuse (quand un arme se brise, elle n’est pas automatiquement remplacée par une autre arme de l’inventaire), il n’y a vraiment rien à redire tant le jeu étonne dans sa complexité qu’offre ce monde ouvert. Tout s’imbrique intelligemment, laissant la possibilité aux joueurs de vivre une aventure unique. C’est rondement bien mené, intelligent et surtout, les énigmes et les combats sont retords. L’accéléromètre est de temps en temps utilisé mais pour certaines énigmes, il manque d’optimisation.

Bande Son : 94%
Une ambiance exceptionnel avec un doublage réussi mais finalement assez limité. Link, lui, ne parle toujours pas.

Intérêt : 99%
Une durée de vie mémorable et une montée en puissance de l’univers qui va en étonner plus d’un rien que pour sa cohérence structurelle et esthétique. Le level design est exceptionnel : il y aura un après et un avant Zelda.

Note Globale : 97%
La saveur d’un Ocarina Of Time avec plus d’exigence dans les combats et les énigmes et les possibilités infinies offertes par un ce monde gigantesque.


NOTE : 09/10