Consoles-Fan
19/08/2017

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2828 articles en ligne

 
Berserk : Band of the Hawk
Dynasty Warriors....
...PEGI 18 !

Berserk. Monument du manga commencé en 1989, n’a étonnamment pas donné lieu à beaucoup d’oeuvres vidéoludiques. C’est aujourd’hui rattrapé par Tecmo Koei qui confie à Omega Force la responsabilité d’adapter à la sauce Musou une oeuvre aussi mature que violente. Et force est de reconnaître que le mariage des genres marche plutôt bien cette fois-ci.

JPEG - 60.4 ko

Berserk nous conte les pérégrinations de Guts. Nouveau-né trouvé dans les entrailles de sa mère morte (d’où son nom, qui veut dire "tripes"), celui-ci n’a connu que la guerre, élevé dans une bande de mercenaires. Abordant des thèmes froids et durs, la série continue son chemin encore aujourd’hui. Mais en attendant les prochains chapitres, il est temps de prendre les commandes de Guts dans ses aventures, qui s’étaleront de sa jeunesse à son départ du Continent dans l’espoir de trouver la paix en terres elfiques. Le jeu couvre donc de nombreux arcs narratifs et nous amènera à rencontrer les personnages les plus marquants de la série, Casca et Griffith en tête.

JPEG - 58.7 ko

Comme tous les "Musou", ce Berserk est donc un Beat’em-all de masse. Les ennemis pullulent sur le champ de bataille, et il faudra s’appliquer à les disperser à grands renforts de moulinets dévastateurs d’épée. On retrouve le système habituel de combos des créateurs à bases de coups rapides que l’on peut conclure par un coup plus brutal dépendant du nombre de combos entrepris auparavant. Certains sont plutôt adaptés au contrôle des foules en produisant de larges attaques, tandis que d’autres s’avèreront plus adaptés pour concentrer un maximum de dégâts sur une cible unique, chose utile quand l’on affronte un général adverse.

JPEG - 59.1 ko

Cependant, là où les Dynasty Warriors peuvent avoir un certain côté stratégique (si si, on vous assure), celui-ci est bien plus effacé dans Berserk : celui-ci ayant tendance à faire cavalier seul, on se retrouve bien souvent à s’acharner seul contre tous. Heureusement, Guts peut compter sur quelques spécificités de gameplay, à commencer par des armes secondaires. On mettra rapidement la main sur des couteaux de lancers, mais aussi sur le fameux bras mécanique du héros, lui octroyant une arbalète à répétition et un canon ( !). Mais surtout, l’on pourra compter sur la Furie : l’équivalent de la jauge Musou est ici bien plus développée que dans les Dynasty Warriors. Une fois pleine, activer la furie permet de doper temporairement toutes les capacités de Guts. Défense et attaque sont revues à la hausse, alors que les chances d’être interrompus en plein combo se réduisent drastiquement. De plus, une seconde jauge se remplit alors : celle de Coup Mortel. Une fois pleine, vous pourrez alors déchaîner la colère de l’épéiste en dévastant d’un swing titanesque tous les ennemis à proximité. Plus loin dans le jeu, il sera même possible de laisser Guts s’emporter dans la furie Berserk. Prenant presque l’aspect d’une bête sauvage, il sera alors doté d’une palette de coups plus courte, mais bien plus rapide et léthale. Le résultat est spectaculaire, d’autant qu’il obtient alors un nouveau Coup Mortel encore plus démentiel !

JPEG - 82.1 ko

Le résultat à l’écran est réussi, d’autant que les développeurs n’ont pas hésité à mettre un mode "gore" qui, même s’il passe pour une version édulcorée de l’animé, permet de bénéficier de démembrement et de giclées de sangs plutôt réussies lors des furies. Un bon point pour une adaptation d’un des mangas les plus lugubres de Dark Fantasy, où sont abordés des thèmes qui sont évidemment laissés de côté dans le jeu pour ne pas trop choquer. Néanmoins, en plus de cette demi-censure, on notera aussi et surtout le fait que la PS Vita crache ici ses tripes : le jeu étant cross-platform PS4/Vita, on sent bien que la console portable n’a pas la puissance pour assumer un jeu où s’accumulent déluge d’hémoglobines et de membres, ennemis innombrables et attaques spectaculaires. Les ralentissements arrivent fréquemment (surtout lors des Death Blows), et les ennemis ont tendance à apparaître ou disparaître sous notre nez...comme à l’époque des Dynasty Warriors sur Playstation 2.

JPEG - 78.7 ko

Graphismes : 14/20

On retrouve dans cette version PS Vita les limitations que l’on pouvait rencontrer à l’époque Playstation 2 des premiers Dynasty Warriors : la console est clairement en difficulté pour suivre le rythme et le nombre de personnages à afficher à l’écran. Résultat, ceux-ci disparaissent parfois subitement de notre champ de vision. Pire, les fury donnent lieu à des ralentissements rendant l’action peu lisible. En revanche, il faut bien avouer qu’il est plaisant de voir les TRES nombreuses cinématiques, directement issues du dernier animé sorti sur la série.

Gameplay : 15/20

Dans le plus pure style du studio, le gameplay des Dynasty Warriors trouve ici un écho puissant et particulier : plus violent et gore, le jeu s’en révèle plus spectaculaire. Certes, cela ne masque toujours pas le système habituel de combos assez limité, mais Guts étoffe son panel de possibilité au fil du scénario, jusqu’à débloquer armes secondaires et la furie du Berserk qui s’avère plutôt monstrueuse.

Bande-son : 17/20

Difficile de faire la fine bouche ici : avec les voix et musiques originales de la série, l’on est en terrain familier et plutôt classe.

Scénario : 17/20

Reprenant plusieurs tomes entiers de l’intrigue des mangas, Band of the Hawk se permet en plus de remettre l’aventure dans le bon sens chronologique. Avec ses extraits de l’animé, ses voix originales et ses coupes/ajustements pour dynamiser le tout, le jeu se laisse suivre avec grand plaisir et pourrait bien donner envie aux néophytes de s’essayer à ce manga.

Durée de vie : 16/20

Comptez une bonne dizaine d’heures de jeu pour finir le mode histoire. Ajoutez à cela le mode Endless Eclipse et sa centaine de niveaux (et un bon paquet de quêtes). Et mettre la main sur tous les Behelits pourra vous prendre du temps.

Conclusion : 16/20

Berserk se prête étrangement bien au style Musou : violent, défoulant, Band of the Hawk s’avère une très bonne adaptation du manga de Dark Fantasy. Jouer Guts dans cet univers violent et impitoyable est un vrai plaisir, et l’on s’attache aux personnages. Le point d’orgue de l’aventure, soutenu par des séquences cinématiques directement issues de l’animé s’avère sanglant et triste. On en vient à sincèrement espérer que les développeurs remettront le couvert une fois la série terminée pour nous offrir le reste des aventures de Guts. Certes, la version PS Vita souffre de lacune techniques évidentes, mais elle n’en demeure pas moins très agréable à parcourir.


NOTE : 08/10