Consoles-Fan
27/05/2017

Auteur
  

2786 articles en ligne

 
Snake Pass
Pas de bras
pas de chocolat

Avec ses musiques à la Wonderdogs, Snake Pass vous met aux commandes d’un serpent, ce n’est pas très courant et on peut comprendre pourquoi vu le gameplay désorientant qu’il propose. Un serpent, ça rampe, ça ondule, ça glisse, ça s’enroule, bref, cela fait à peu près tout ce qu’on a pas l’habitude de faire dans un jeu vidéo.

01

Du coup, le jeu se retrouve plus basé sur l’adresse que sur la vitesse. Il faut s’accrocher et essayer de ne pas tomber pour grimper sur une plate-forme là où la plupart des jeux vous auraient simplement invité à sauter.

Pour accélérer, il faut onduler et donc on n’avance pas droit. Notre ami Noodle (si, c’est son nom) est accompagné et conseillé par un colibri très agile qui peut voler partout, du coup, on est en droit à se demander pourquoi ce n’est pas lui qui fait tout le job. Noodle est en effet très pataud, chute assez souvent. Heureusement, notre ami colibri peut parfois vous porter afin d’atteindre certains endroits inaccessibles.

02

Pour sûr, on ne peut pas reprocher à Snake Pass de ne pas être original mais sa prise en-main chaotique a de quoi déconcerter même si c’est le parti pris des développeurs de nous proposer cette gestion compliquée des déplacements, une sorte de puzzle pour atteindre les différents endroits du stage remplis de trucs à récupérer dont les 3 fameuses pierre-clés qui vous permettront de terminer le stage.

Il faut dire aussi que la physique est très aléatoire, ce qui n’aide pas le joueur à trouver des points de référence sur lesquels il pourrait se reposer. Apprendre à bien s’accrocher aux bambous fera partie de la clé de la réussite car si vous lâchez prise, la chute pourra être mortelle. Car le problème n’est pas seulement d’imaginer comment atteindre tel ou tel endroit, il faut encore mettre le tout en oeuvre en combinant au final un grand nombre de touches.

03

C’est le genre de titre qui se laisse parcourir mais pas maîtriser facilement. Récupérer tous les itemps vous demandera pas mal de temps tant le titre regorge d’embûches. Pour ma part, je n’ai pas tenté le 100%, déjà bien heureux d’arriver au bout d’un stage, un soulagement à mettre plus en concordance avec une frustration due au gameplay qu’une réelle difficulté. C’est sans doute pour cela que les développeurs ont choisi un environnement dou et visuellement non-agressif, histoire de ne pas mettre le joueur de trop sur les nerfs.

Snake Pass est original mais se renouvèle finalement assez peu, comme si la bonne idée de départ avait du mal à se faire décliner par les concepteurs qui ont également eu du mal à transformer l’essai de manière agréable et efficace.

04

Graphismes :81%
Des coloris dans la tradition de Rare.

Animation : 80%
Une bonne fluidité mais des environnements un peu chiche.

Jouabilité : 68%
Original mais finalement inutilement compliqué. Le moteur physique est bon mais difficile à appréhender.

Bande Son : 78%
Assez passe-partout.

Intérêt : 67%
Une expérience de jeu intéressante mais un déroulement lent.

Note Globale : 71%
Snake Pass explorer de nouvelles idées mais la maîtrise n’est pas au rendez-vous, la frustration ne peut l’emporter sur le plaisir de jeu.


NOTE : 07/10