Consoles-Fan
27/05/2017

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2786 articles en ligne

 
Halo Wars 2
Quand le Master Chief est pas là...
...on a toujours le reste des Spartans !

Sorti en 2009, Halo Wars avait créé la surprise en offrant aux amateurs de la licence Halo un épisode où l’on se chargeait cette fois de diriger une armée dans un jeu de stratégie étonnament riche pour un jeu console. Huit ans plus tard, Microsoft remet le couvert, en mettant cette fois aux commandes de l’épisode l’équipe de Creative Assembly, responsable des Total War.

JPEG - 34.7 ko

Halo Wars 2 reprend l’histoire du Spirit of Fire, un vaisseau amiral qui s’est égaré dans l’espace suite aux évènements du premier épisode. Ressortant de stase après presque 30 ans, le vaisseau se retrouve à proximité d’une planète sur laquelle l’UNSC s’est retrouvée confrontée aux Parias, une armée rebelle des Covenants dont le leader s’avère sans pitié. Alors que les évènements se passent donc bien après les évènements de la majorité des jeux Halo, nous voici donc replongés dans un conflit Covenant/UNSC dont il faudra ressortir vainqueur au bout d’une campagne plutôt musclée et variée.

JPEG - 60.2 ko

Ce second opus reprend les codes de son aîné, sans rien révolutionner véritablement à la formule. A dire vrai, les deux factions ont simplement été rééquilibrées et ont désormais un système de gestion des ressources identique afin que les parties soient plus équitables qu’autrefois. Les nouveautés seront surtout à chercher du côté de l’ergonomie, encore améliorée par rapport au premier opus, grâce à une gestion de groupes plutôt efficace : après avoir sélectionné plusieurs unités, il est possible de les assigner à un raccourci lié au pad directionnel, ce qui permet de diviser ses troupes en plusieurs unités pour déplacer certaines spécifiques en plein combat sans devoir galérer dans la pagaille pour faire battre en retraite les troupes qui n’ont pas l’avantage.

PNG - 355 ko

En plus d’un mode RTS plutôt classique, les escarmouches multijoueurs sont aussi l’occasion de découvrir un mode assez original : le mode Blitz. Pouvant rappeler étrangement Clash Royale par certains aspects, celui-ci se permet le mélange des genres, avec la création d’un deck. La gestion des ressources y est simplifiée, accélérée, et il faudra se contenter de dépenser les ressources acquises afin de jouer ses cartes pour bénéficier de renforts au moment opportun. Les combats en ligne sont alors beaucoup plus rapides qu’en parties normales. Au point de réaliser que les parties plus classiques prennent au final beaucoup de temps, la faute à des moments un peu mous lors du développement des bases quand l’on n’essaie pas de rusher le camp adverse.

PNG - 290.7 ko

De fait, entre son mode solo plutôt intéressant par ses missions variées et son utilisation intelligente des différentes troupes, et son multijoueur plutôt bien ficelé, il est dur de trouver des choses à reprocher à cette mouture RTS de l’univers Halo. On pourra probablement pester contre le peu de factions à disposition (deux), et le manque de différences marquantes entre celles-ci, ou encore la prise en main au pad qui reste tout de même moins intuitive qu’une manette. Mais en-dehors de ces défauts tout relatifs, la mission est clairement remplie, surtout du côté visuel. L’univers du Master Chief et sa direction artistique est une fois encore clairement identifiable. L’univers créée à l’origine par Bungie continue de s’étendre et se dévoile sous un jour nouveau, en bénéficiant en prime de nombreuses cinématiques qui viennent ajouter encore à la richesse du lore. Certes, les nouveaux s’y perdront un peu, mais c’est le prix à payer pour avoir un jeu qui parlera vraiment aux fans de la licence.

JPEG - 87 ko

Graphismes : 16/20

Pour un RTS, Halo Wars 2 a le mérite d’afficher des unités très détaillées : l’ensemble de l’univers de Halo est représenté ici fidèlement, que ça soit les véhicules, les différentes races et soldats, ainsi que leurs animations. En quelque sorte, un Halo avec une vue du ciel.

Gameplay : 15/20

Même si la maniabilité a été optimisée pour la manette, la stratégie temps réelle reste un genre qui mise avant tout sur la réactivité et la précision. Et même avec tous les aménagements consentis ici, il faut bien avouer que la prise en main au pad n’atteint toujours pas l’aisance du combo clavier/souris. Le jeu n’en reste pas moins agréable à prendre en main.

Bande-Son : 17/20

Entre un doublage vraiment convaincant, et des escarmouches qui font parler la poudre, Halo Wars 2 s’en tire très bien sur le plan de l’ambiance sonore. Les musiques font également écho aux compositions de la série originale, et ont parfois des vrais morceaux de bravoure.

Scénario : 16/20

Prenant le pari de l’isolation du reste de la série, Halo Wars 2 nous raconte l’histoire d’un vaisseau qui se retrouve complètement oublié, des années après la fin des guerres menées par le Major. Le résultat s’avère plutôt convaincant, rondement mené par des cinématiques qui risquent néanmoins de dérouter un peu ceux qui n’auraient pas fait la campagne du premier opus.

Durée de vie : 16/20

Comptez entre huit et dix heures pour venir à bout de la campagne solo. Ajoutez à cela un online plutôt conséquent, avec notamment un mode Blitz pour le moins rafraîchissant, et vous obtenez une durée de vie plutôt conséquente pour un jeu du genre.

Conclusion : 16/20

Faire le difficile face à Halo Wars 2 serait vraiment malvenu : certes, le jeu n’est pas le RTS idéal, et la prise en main manette reste moins naturelle que le combo clavier/souris, mais il n’en demeure pas moins riche en possibilités, et parvient en plus à faire le grand écart en offrant à un RTS une très bonne histoire qui vient compléter l’univers Halo. Résultat, on ne pourra que le recommander chaudement aux amateurs de Master Chief appréciant également les jeux de stratégie. Surtout que le scénario leur est plus ou moins dédié.


NOTE : 08/10