Consoles-Fan
26/09/2017

Auteur
  

2845 articles en ligne

 
Star Trek : Bridge Crew
Pour des raisons indépendantes de notre volonté,
ce test ne sera pas traduit en Klingon.

Star Trek : Bridge Crew était attendu au tournant, et pour cause, le jeu est développé par la même équipe que l’excellent Werewolves Within (RedStorm + Ubisoft Barcelona), sans doute le meilleur jeu du Playstation VR. Le titre va-t-il proposer autant de possibilités ? Rien n’est moins sûr.

05

Déjà, il faut aimer Star Trek et son vocabulaire sous peine d’être un peu paumé au départ. Les joueurs avec qui j’ai joués semblaient en effet très à l’aise dans le vaisseau. Ce n’était clairement pas mon cas mais il faut bien l’avouer, je ne suis même pas indifférent à cette licence, elle m’insupporte carrément. Mais si le jeu est bon, pourquoi pas...

Star Trek propose en fait aux joueurs de collaborer afin de réaliser diverses mission, pas très nombreuses mais plutôt longues. Les missions sont longues et pas vraiment trépidantes : en fait je me suis vraiment ennuyé comme devant la série ou les rares films Star trek que j’ai pu voir. On rentre ou pas dans le trip. Pour ma part, j’ai vraiment du mal.

02

Par contre, pour avoir discuté avec des fans de la série, il paraît que c’est génial. Mais je ne vois pas où. L’action est lente, on exécute un ordre une fois toutes les 10 lunes. Gare à l’endormissement. Le jeu repose du coup essentiellement sur les discussion entre les joueurs. On dirait en fait un chat à 4 où on sollicite de temps en temps notre intervention.

Si l’équipe n’est pas complète, les joueurs peuvent changer de place. Seul, le capitaine pourra donner des ordre et les officiers dirigés par l’IA les appliqueront. A noter que le jeu ne propose aucun personnage de la série, c’est plutôt étrange pour un titre sous licence.

03

Chacun est à son poste mais l’action ne décolle jamais. Dans la pratique on choisit d’appuyer sur des boutons sur un écran avec quelques variations sur la manière de faire, tel un tableau d’éveil pour bébé. C’est sûr, ça fait pas rêver. Et pourtant, c’est ça. Quand on est pas fan de Star Trek, c’est compliqué de se prendre au jeu : les moments creux où il ne se passe tout simplement rien sont légions. Peut-être que les fans de Star Trek vont trouver ça génial mais je vous assure qu’un gamer qui cherche du challenge, du timing, de l’action risque de se retrouver dépité. Imaginez un peu que l’on doit se diriger d’un point à l’autre, cela prend une plombe. Tirer un missile ? Pas mieux ! Pourtant il y a des choix à faire puisqu’il faut répartir ses ressources : on ne peut pas tout activer en même temps.

01

Le seul point positif que je relève est la communauté vraiment très sympa, un peu comme celle de Werewolves Within, alors on finit par passer de bons moment sur le jeu même en occupant une position très extérieure au trip, la faute à une conception vraiment axée sur le geek absolu de Star Trek. Vous l’aurez compris, le titre s’adresse vraiment aux fans de la série et seulement eux : un refus d’ouverture qui pourrait se payer cher sur un support qui reste encore niche : mettre une niche dans la niche n’est-il pas au final suicidaire, pas si sûr au final car le titre d’Ubisoft semble trouver son public d’initiés, les autres comme moi, auront du mal même si l’effort à consentir pour maîtriser le jeu n’est au final pas si énorme que ça, et alors c’est l’aspect répétitivité qui est rapidement mis en cause.

04

Graphismes : 78%
Un environnement spatial joli mais on reste confiné dans le vaisseau. Heureusement, il y a une vue extérieure libératoire.

Animation : 75%
Une gestion du Playstation move alléatoire.

Jouabilité : 68%
Des moments trépidants où on est bien occupé mais la majorité du temps, on attend que quelque chose se passe.

Bande Son : 65%
C’est pas fou fou.

Intérêt : 65%
Pour les fans de Star Trek, point final.

Note Globale : 67%
Manque de peps et de fraîcheur pour cette expérience visuelle finalement assez limitée et qui tourne autour du maniement d’un vaisseau. Il faut suivre certaines règles pour triompher, pour le reste, la coordination est la clé et le coeur du jeu.


NOTE : 06/10