Consoles-Fan
19/08/2017

Auteur
  

2828 articles en ligne

 
NBA Playgrounds
Not
on fire

NBA Playgrounds est un jeu plein de promesses. Forcément, on ne peut pas s’empêcher à penser à NBA Jam et espérer retrouver le fun de l’époque. Mais NBA Playgrounds ne vous invite pas à jouer immédiatement. Il vous invite à chipoter en recevant d’entrée des packs de cartes à collectionner, exactement comme dans Plants VS Zombies Garden Warfare. On débloque donc des joueurs et on découvre en début de partie qu’il y aura beaucoup de contenu à débloquer, y compris de nombreux stages dépaysants avec des thématisations riches, variées, très réussies. C’est plutôt cool car on s’éloigne totalement des affrontements un peu austère en salle pour du basket de rue.

03

Ne pas parler de NBA Jam me semble impossible tant les jeux sont cousins, du moins visuellement. D’un point de vue du gameplay, c’est moins clair. Si vous vous attendiez à jouer à un titre très Arcade,passer votre chemin, le fun est nettement moins immédiat et ce n’est même pas au profit du plaisir de la simulation. NBA Playgrounds est justement inutilement compliqué. C’est très dommageable car les dunks nécessitent un timing peu clair qu’il faut maîtriser par tatonnement. Franchement, les joueurs méritaient mieux. D’autant que le jeu n’encourage guère à la progression avec ses temps de chargement inexplicablement longs.

Ne pas vouloir faire comme NBA Jam, dans l’absolu, c’est bien, mais NBA Jam ne détenait-il pas ici la recette du jeu de basket Arcade absolu ? Parce que sans vouloir faire mon vieux grincheux, on est face à un sous NBA Jam (de pacotille ?). Les premières minutes du jeu vous feront déjà regretter votre achat si c’est vraiment ce à quoi vous vous attendiez. Sinon, vous pouvez toujours rentrer dans une phase d’apprentissage propre à NBA Playgrounds. Si ça tombe, vous allez peut-être apprécier cette vision du jeu de basket.

02

L’IA se fait en tout cas bien plaisir car si jamais vous menez, vous sentirez un durcissement de la situation vraiment bien raide avec un système de points qui dépasse largement les règles de base, la faute à un système qui multiplie les points. En gros, aucun joueur n’est vraiment jamais à l’abris surtout lorsque l’IA vous met un panier à 9 points dans les dents.

Au final, je vous avoue avoir déjà mis NBA Playgrounds de côté. Les chances ce le redémarrer sont inversément proportionnelles aux chances de le désinstaller. A bon entendeur, salut.

01

Graphismes : 82%
Attrayant, et c’est bien ça le problème, ne vous laissez pas piéger.

Animation : 85%
Agréable dans son ensemble et son découpage de frames.

Jouabilité : 45%
Rèche, la faute à un système de timing totalement obscure.

Bande Son : 72%
Booom shakalaka.

Intérêt : 52%
Ca ressemble à du NBA Jam, ça a le goût de NBA Jam mais ce n’est pas du NBA Jam.

Note Globale : 55%
Déçu par le manque de fun du au gameplay pas du tout immédiat : dommage, l’enveloppe était pourtant belle.


NOTE : 05/10