Consoles-Fan
24/10/2017

Auteur
  

2858 articles en ligne

 
The Long Journey Home
Long, mais long...
Voyager dans l’espace de planète en planète, c’est votre rêve ? Il sera à moitié réalisé ici.

Aaaah l’espace !

Un vaisseau, un équipage, une mission. Voilà la trame principale de TLJH (de son petit nom).



JPEG - 137.3 ko
Tout commence par la composition de votre équipage. Quatre membres à choisir parmi différentes classes. Archéologue, pilote, ingénieur, botaniste, physicien théorique, astronaute, chercheur, agenda des missions, cadre d’entreprise et enfin observatrice civile. Chacun possède des caractéristiques bien précises et est, plus ou moins, important dans la bonne évolution de votre mission. Mais vous ne devrez en choisir que quatre avec vous. Eh oui, c’est comme ça.

Votre peine ne sera pas finie, car vous devrez ensuite choisir le bon vaisseau ET un explorateur (qui vous permettra de descendre sur les planètes que vous allez explorer.

L’éditeur Daedalic a d’ailleurs prévu le coup puisque depuis le jeu, vous avez une assistance qui vous envoie vers une page YouTube comprenant trois tutos.

Ship & crew : comme son nom l’indique, vaisseau et équipage.

Flight School Solar System : comment vous déplacer dans les galaxies.

Lander Mission : comment accomplir et réussir vos missions.

JPEG - 428 ko

Dit comme ça c’est tout bête et pourtant c’est loin d’être le cas. Le jeu possède énormément de paramètres qu’il faut prudemment prendre en compte avant de se lancer corps et âme dans l’aventure. Je reviens une dernière fois sur la composition de votre équipage. Si dès le départ vous n’avez pas un équipage fiable, c’est l’ensemble de vos missions qui seront en péril. C’est plus ou moins pareil pour votre vaisseau.

Choisissez, mais choisissez bien !

Je ne vais pas m’étendre sur les différentes classes afin de savoir si un tel est plus badass que l’autre. Ça n’aurait pas de sens. Le but d’avoir autant de possibilités c’est aussi d’augmenter la rejouabilité. Et a priori c’est malin de leur part, car assez souvent vous allez vous dire, comme moi ‘raaaah j’aurai pris l’autre là cette mission serait déjà finie !!!’ (notez bien les trois ‘ !!!’).

JPEG - 127.5 ko

Alone Lost In Space ?

Une idée GÉNIALE de ce soft ce sont les explorations que vous allez faire. Vous pourrez soit les faire en solo dans votre coin. Soit inviter vos amis avec un code généré par le soft, un mot de passe en fait. À partir de là, l’autre sera invité à vous rejoindre dans votre voyage et prendre part à l’aventure. BRAVO !

You will survive !

Pour ce qui est du jeu et de l’avancement dans celui-ci, c’est plus complexe qu’il n’y paraît. Il y a énormément de tutos sur la toile qui vous conseille tel ou tel combo de personnages, avec ce type vaisseau et tel explorateur, et de commencer par visiter telle planète avant les autres. Mais sincèrement, le plaisir du soft, c’est de tester par vous même, à votre sauce. Et vous aurez une immense satisfaction à la fin de vous dire ‘Hey j’ai réussi !’.

D’un point graphique, si vous voyez à quoi ressemble No Man Sky, vous avez le level design du jeu dans la tête. C’est loin d’être moche, c’est ce qu’on appelle du ‘low-poly’ . Il faut aimer, mais on peut reconnaître un charme à ce style.

JPEG - 417.5 ko

On the road again !

Ce qui fâche dans le jeu, ce sont certaines phases de gameplay qui sont ULTRA ennuyeuse et répétitive. On a parfois l’impression de ne faire que du farming de planète en planète. Dommage. 
Que dire aussi des séquences de pilotages entre les planètes… On ne peut malheureusement pas les éviter.

Donc quand vous devrez partir de votre ‘Farming’ pour aller vers une autre destination, vous savez que vous passerez par une longue phase spatiale. Vous pourrez même y rencontrer des vaisseaux ennemis. Mais le plus souvent, vous prendre la fuite (option implantée dans le jeu).

Graphismes : 16/20

Je suis d’accord, ça ne peut pas plaire à tout le monde mais il faut avouer que le design low-poly a beaucoup de charme.

Animation : 14/20

Ça bouge bien pour le peu d’éléments qui demandent de bouger.

Jouabilité : 12/20

il faut savoir qu’au départ le jeu était tellement difficile que l’éditeur à sorti un patch pour le rendre plus accessible. Mission à moitié réussie.

Bande Son : 14/20

Les bruitages sont bons. On ne peut pas dire que le titre décolle ou détonne à un moment précis par sa bande-son.

Scénario : 15/20

Il y a de très bonnes idées. Se faire aider par un ami, les phases d’explorations mais tout ça est tellement redondant qu’on se lasse rapidement.

Note globale : 12/20

Il y avait une bonne idée, il y a eu des demandes de joues (suffit de voir la page Steam du titre). Le mode histoire a été ajouté mais ça ne suffit pas. La difficulté et la lassitude du jeu pourrait en dérouter plus d’un. Dommage


NOTE : 06/10