Consoles-Fan
19/10/2017

Auteur
A Lire Egalement

  

2854 articles en ligne

 
Warriors All stars
A trois,
tout le monde court dans tous les sens

Je ne suis pas forcément fan de musou mais certains d’entre eux comme N3 : Ninety-Nine Nights m’ont bien plu quand même, de par leur aspect un peu plus kawaii que le côté fort sérieux des samourais.

01
08

Et donc, voire ici débarquer dur Dead Or Alive, du Ninja Gaiden, du Deception, de l’Atelier Sophie mais aussi divers personnages issus d’univers plus mignons que Dynasty Warriors ou Sengoku Musou (ces licences sont malgré tout également représentées ici) avait de quoi me réjouir même si Koei Tecmo nous propose ici un titre au fan service assumé avant tout. Et depuis quand ce n’est pas bien le fan service ? A un moment, il faut accepter ce que l’on est. Et devinez quoi, surfant sur le succès récent de Nioh, le personnage principal du jeu, William Adams, est aussi de la partie. Bref, la soupe est servie.

03

D’un point de vue de la réalisation, c’est d’ailleurs fort plaisant à voir. Les musous sont réputés pour le monde qu’il y a à l’écran et un peu moins pour les décors. Ils surfent aussi un peu trop sur le copié-collé. Ici, le grand nombre de personnages jouables offre une belle variété visuelle tout en gardant une homogénéité. Le choix des couleurs plutôt pastelles y est grandement pour quelque chose.

07

Les affrontements se déroulent de manière assez classique, c’est bourrin, comme d’habitude, mais ça détend. Le concept est de conquérir des zones et de faire tourner l’affrontement à votre avantage jusqu’à la victoire. Si on y prend pas garde, des retournements de situation peuvent survenir. Mais la motivation première des programmeurs est de nous balancer tout azimut un mélange incohérent de personnages issus des licences les plus diverses, et ce, pour notre plus grand plaisir.

06

Malgré des décors bien finalisés et diversifiés, une pléthore d’ennemis et une modélisation appliquée, la PS4 n’est jamais surchargée même en cas de coups spéciaux que l’on peut balancer à profusion. Bonheur. A l’écran, c’est le déluge et pour avoir choisi la croupière Rio comme personnage préféré, j’ai été servi avec du lancer de dés, de jetons de casino, du jackpot ou encore de la roulette qui fait faire quelques tours de carrousel aux ennemis. C’est débile. J’adore.

05

Il y avait moyen de prendre le jeu plus au sérieux mais fallait pas compter sur moi pour ça. Fallait pas que les développeurs me laissent le choix ! Il est vrai que le jeu mélange des genres diamétralement opposés, créant des contrastes plutôt rigolos. En revanche, le plaisir restera solitaire puisque le titre ne propose pas de mode multijoueurs.

04
02

Graphismes : 80%
Un character design excellent, qui part dans tous les sens, mais excellent, mais qui part dans tous les sens, mais excellent...

Animation : 80%
Fluide mais c’est le calme plat dans les décors, tout se déroule sur le champs de bataille.

Jouabilité : 82%
Malgré un côté bourrin, le jeu propose pas mal de coups spéciaux.

Bande Son : 83%
Elle soutient bien l’action. A noter que les voix japonaises ont été conservées : excellent choix !

Intérêt : 83%
Une durée de vie colossale.

Note Globale : 81%
Enfin un musou débridé.


NOTE : 08/10