Consoles-Fan
22/11/2017

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2872 articles en ligne

 
Marvel VS Capcom Infinite
Bullet hell
et gros lasers

Après une remasterisation de Marvel VS Capcom 3, la série s’envole vers de nouveaux horizons.

04

Si les Marvel VS Capcom ont toujours été des jeux soignés, c’est encore une fois le cas bien que les décors déçoivent sur deux plans. Il y a en général des décors proches puis des décors lointains et entre les deux, généralement rien. Le titre ne propose pas dès lors des animations renversantes. Les jeux de baston ont souvent été, de par leur nature et leur ring limité en taille, des démos techniques impressionnantes avec un maximum d’animations dans tous les sens. Ici, le jeu est nettement plus discret. On croirait presque que les personnages évoluent dans des stages et que les programmeurs ont décidé que certaines zones seraient les zones de combat. Dans un sens, c’est plus homogène, plus cohérent, mais étrangement, cette volonté d’habiller le jeu est un peu le talon d’Achille du titre qui a un peu de mal à trouver son effet waouw. En fait, Marvel VS Capcom Infinite est joli mais est dénué de tout charisme. Et si le mélange prenait dans des jeux typés Arcade, vouloir raconter une histoire regroupant des univers aussi différents que Rockman, Ghouls and Ghosts, Devil May Cry, Dead Rising, Captain America, Iron Man, Spiderman crée finalement un mélange qui donne la nausée.

Contre toute attente, Marvel VS Capcom Infinity m’a déçu, sans doute parce que ce n’est pas vraiment un Marvel VS Capcom. On retrouve bien l’aspect shoot-them-up, mais on sent que les programmeurs sont dans la retenue. Ce qui est positif, c’est qu’on ressent qu’il y a un effort pour donner du corps à la série. Ce qui est négatif, c’est que l’on passe d’un jeu nerveux, très orienté Arcarde, pêchu comme pas deux, beau comme là-bas dis, vers une sorte de grenadine dans laquelle on aurait mis trop d’eau. Les phases scénaristiques intermédiaires sont en effets sans intérêt. On veut juste jouer. On veut juste passer à la suite. Un Marvel VS Capcom, c’est quoi. C’est plein de tout. La carte de la surrenchère. Où sont passés les 56 personnages jouables de Marvel VS Capcom 2 ? Ici, il n’y en a plus que 30. Certes, le roster est varié et fleuri, mais quand même, la tendance est à l’économie...

03

Evoluer, c’est bien, sauf quand c’est maladroit. Les éditeurs japonais devraient se cantonner à faire du jeu japonais plutôt qu’à essayer d’imiter les européens. Prendre le canevas d’un jeu de baston comme Mortal Kombat X ou Injustice 2 pour pondre un scénario d’une indigence rare, je n’en vois vraiment pas vraiment l’intérêt.

Du coup, voir un des meilleurs cross-over de jeu de baston se précipiter dans le genre sans grande réussite fait mal au coeur. La maîtrise n’est en effet pas aussi évidente que pour les jeux de NetherRealm Studios d’autant que les cinématiques sont même coupées par des temps de chargement assez longs, coupant tout l’effet recherché.

Bien entendu, l’intérêt de la méthode est de vous faire toucher à un peu tous les personnages du jeu tout au long de l’histoire au lieu de jouer avec le même du début du jeu jusqu’au générique de fin, façon jeu d’Arcade classique.

02

Marvel VS Capcom Infionity offre une réalisation excellente mais les décors ne sont pas inoubliables et le design character est plus que douteux. C’est beau mais c’est face, car il y a un vrai manque d’imagination et de talent dans ce titre. La direction artistique semble au point mort. Et là aussi, le constat peut sembler dur mais pour une licence qui a basé sa réputation sur du déluge d’effets spéciaux, on peut dire que Marvel VS Capcom Infinity manque totalement le coche.

Reste une durée de vie du mode histoire vraiment plus qu’honnête, en tous cas bien plus longue que celle des opus précédents. Mais qui joue à un jeu de baston pour son histoire, surtout quand elle est si médiocre. Si toutes les ressources se sont concentrées là-dessus pour oublier tout le reste, il manque quelque chose au tableau.

01

Graphismes : 68%
Un design character complètement à l’ouest.

Animation : 76%
Ca explose de partout sans jamais frémir. Néanmoins, j’attendais encore plus de déluge.

Jouabilité : 82%
Accessible et toujours aussi proche du shoot-them-up, il est clair que c’est ici le point le plus positif du jeu. Heureusement, le coeur n’a pas été oublié.

Bande Son : 71%
Trop plan-plan.

Intérêt : 63%
J’ose le dire, je ne me suis pas amusé. Il aurait juste fallu que Capcom se cantonne à ce qu’il fait de mieux plutôt que d’essayer de s’occidentaliser une fois de plus.

Note Globale : 60%
Voilà en tous cas une bien mauvaise surprise. Le titre est inintéressant, il n’impressionne guère. Les personnages sont moches et les décors manquent cruellement de personnalité. Espérons que la série ne prenne pas un mauvais virage et qu’il s’agit juste d’un accident industriel.


NOTE : 06/10