Consoles-Fan
15/12/2017

Auteur
  

2878 articles en ligne

 
Super Lucky Tails
Toute ressemblance avec Sonic
serait purement fortuite

La première fois que j’ai vu passer la queue de Super Lucky Tails à l’E3, j’ai cru pendant deux secondes au retour de Conker. Surtout après que Phil Spencer nous parle d’une exclusivité pour la Xbox One. Eh bien non, même si la licence n’est pas inconnue puisqu’un premier jeu est déjà sorti sur VR, elle n’est pas super connue non plus. Et pour moi, ce jeu avec des jetons à récupérer et des lettres pour écrire LUCKY, ressemble à du Crash Bandicoot, Sly Racoon, Ratchet and Clank, Jak and Dexter... Bref, tout ce que j’adoooooore... Je plaisante. C’est un peu comme si Microsoft avait jugé bon devoir proposer une alternative à tous ces classiques de la Playstation. Et pour sûr, l’imitation est à s’y méprendre. Le jeu est peut-être encore plus enfantin et mignon.

01

C’est donc dans un jeu de plate-forme à l’américaine pour enfants que nous nous plongeons aujourd’hui, mais pas n’importe lequel puisque le titre propose une réalisation nettement amélirée sur Xbox One X. Au menu, de la 4K donc et du 60 FPS. Du moins, on pourrait croire qu’on y a droit au vu de la modélisation sommaire mais esthétique du jeu. Si la finesse est effectivement au rendez-vous et que le jeu propose bien la fluidité annoncée, c’est au niveau de la constance qu’on repassera. Je l’avais déjà relevé à l’E3 et mis en garde les développeurs. Désolé mais les baisses de framerate, avec ce type de réalisation, sur une machine d’une telle puissance, sont quand même inexplicables même si elles ne sont pas nombreuses au final. Forza Motorsport 7 ou Call Of Duty WWII y parviennent bien, eux !

02

Heureusement, Super Lucky Tails se rattrape sur bien des points. Tout d’abord, finir un stage et récupérer les items clé, des trèfles à quatre feuilles, l’équivallent des lunes de Mario Odissey, demande du challenge, de la dextérité, de la patience, de l’investissement. On ne vous les balance pas gratuitement à la figure, si vous voyez ce que je veux dire.

03

Le jeu propose des phases de gameplay en 3D mais aussi en 2D. Ces phases bien plus précises sont largement plus agréables. De plus, n’ayant plus de problème de caméra à gérer, on sent que les développeurs se sont plus lâchés sur ses phases où ils se sont sentis sans doute plus confortables. Il y a en effet un grand nombre d’animations et d’effets dans les décors. Mais dans l’ensemble, on peut reprocher au jeu de proposer en guise de fond une couleur dominante : par exemple le noir, et cela fait vide.

Et ce Super Lucky Tails est plein de surprise et de challenges variés comme un labyrinthe en vue aérienne ou encore des petits énigmes sympathiques. Tout a été fait pour renouveler constamment l’expérience de jeu et que vous passiez un bon moment.

04

Il y a des phases de réflexion mais aussi des phases de course automatique où il faut pouvoir sauter en rythme. La récolte des trèfles à quatre feuilles vous permet bien évidemment de débloquer de nouvelles zones. Et ceux-ci s’obtiennent de différentes manières. Il y en a un pour conclure le stage, un facile à avoir mais bien caché et il faut quand même réussir un petit passage du premier coup. Enfin, les toutes les lettres du mot "Lucky" sont à récupérer pour en obtenir un de plus, et ce, dans chaque stage.

Finalement, Super Lucky Tails a tout d’un Mario. Il a quelques ratés comme une certaine pauvreté graphique dans les arrière-plans. On peut lui pardonner ses problèmes de framerate qui restent rares. En revanche, il faut se féliciter de la prise en main et de l’excellent dosage de difficulté même si parfois on se sauve in extremis grâce au saint-esprit dans un cafouillage monumental. Pour sûr, le joueur est parfois aidé. Dans les phases en 3D, le jeu peut manquer de visibilité, la faute à une caméra pas complètement libre. De fait, on peut être gêné par certains éléments du décor et dans d’autres cas, c’est la profondeur qu’on aura parfois du mal à jauger. Dans les phases en 2D, je n’ai par contre rien à redire, c’est réglé comme du papier à musique.

05

Finalement, ce petit jeu qui m’avait tapé dans l’oeil et puis déçu au premier abord est bien plus accrocheur qu’il n’y paraît. On pourrait même croire à un jeu Rare dans l’absolu, s’il n’y avait pas ses quelques petites faiblesses. On y joue en tous cas sans déplaisir, que dis-je, avec plaisir même.

06

Graphismes : 82%
Simples mais colorés et trognons. Une 4K visible mais pas transcendante.

Animation : 78%
Quelques petits ralentissements, ce qui est bien dommage pour un titre amélioré par la Xbox One X.

Jouabilité : 90%
De vraies bonnes idées de gameplay bien compilées. La caméra n’est pas totalement libre et cela peut poser problème mais cela permet aux développeurs de corser un peu l’aspect recherche.

Bande Son : 72%
Enfantins mais marrants

Intérêt : 88%
Je pensais pas en trouver autant sous la pédale. Super Lucky Tails est une bonne surprise de par la diversité de ses stages. Les décors sont par contre un peu redondants et réutilisés outrancièrement.

Note Globale : 83%
Une très bonne compilation de talents.


NOTE : 08/10