Consoles-Fan
24/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

3018 articles en ligne

 
Monster Hunter World
PSO
Sors de ce jeu !

Présenté en grande pompe à la conférence Playstation de l’E3 2017, Monster Hunter nous arrive aussi pourtant sur Xbox One, avec même une optimisation pour la Xbox One X. Vous pouvez choisir entre une meilleure résolution, un framerate plus fluide ou donner la priorité aux graphismes, c’est à dire afficher plus d’objets à l’écran tout en optimisant les effets d’éclairage.

05

Cet arrivage en masse en Europe sur nos consoles de salon est une opération séduction de la part de Capcom pour mieux imposer cette licence déjà très populaire au Japon et principalement sur console portable. Ce clône de PSO a en tous cas de sérieux arguments dans sa poche.

Premier argument, la bande-son puisque le jeu est intégralement doublé en français. Les puristes pourront même y jouer en japonais avec des sous-titres français ou même choisi la langue officielle du jeu, une langue qui semble phonétiquement relativement pauvre, il est vrai, grammaticalement limitée. Ca baragouine plus qu’autre chose mais cela a son charme.

Jeu en ligne oblige, Monster Hunter World propose une customisation vraiment très poussée des personnages. Techniquement, chaque personnage sera unique. On peut même choisir la position exacte des yeux et leur couleur. J’ai opté pour des yeux vairons, un vert et un bleu, pour une fois qu’un jeu le propose.

03

Si la customisation des personnages est poussée à l’extrême, le reste du jeu avec ses armes et ses accessoires offre également une expérience de jeu qui fleure bon les PSO et PSU d’antant. La relève est assurée. Pas de mag, sorte de petit robot accompagnant, ici, mais un petit animal de compagnie kawaii, autonome et vraiment de très bon secours. Ce dernier est aussi entièrement customisable et pourra être amélioré avec le temps en lui donnant les accessoires nécessaires. Leur maniement est varié et vous verrez que certains armes lourdes se laissent maîtriser plus difficilement. Le timing fera toute la différence, ce qui fait de Monster Hunter World à la fois un jeu grand public et un un jeu qui ne se laisse pas dompter si facilement que ça.

D’ailleurs, puisqu’on parle de forme, il faudra apprendre à identifier ce qui sert à quoi, comment on joue en multi, comment on lance tel ou tel type de quête, comment on se ravitaille, comment on évolue. Il y a tout un apprentissage à faire dans la base afin de bien comprendre la philosophie du jeu. L’échange en ligne via les joueurs des trucs et astuces font vraiment partie de tout le charme du jeu avec les anciens qui aident les nouveaux arrivants.

02

Si vos premières chasses peuvent sembler simples et linéaires, elles annoncent cependant vite la couleur avec le système qui pousse le monstre acculé à changer d’emplacement ou à rejoindre son nid pour reprendre des forces. Cette traque est follement passionnante et vraiment très bien amenée : c’est haletant à souhait. On ressent fortement les monstres poussés dans leurs derniers retranchement et donc le plaisir de chasse. Messieurs, dames, c’est du virtuel ! On se calme ! D’ailleurs, si tuer ces bêbêtes virtuelles vous perturbe, sachez que vous n’êtes pas obligé de le faire, vous pouvez aussi les capturer vivantes, mais c’est nettement plus compliqué !

A force de creuser, on peut dire que Monster Hunter World surpasse PSO sur quelques points. Par exemple, l’aventure est moins linéaire et consiste moins en une succession de couloirs qui avaient quand même fait, croyez-moi, le bonheur de bien des joueurs. Ici, le monde offre, outre une réalisation hors-pair, un univers peut-être un peu plus vaste, riche. S’il n’y a vraiment pas grand chose à redire sur la qualité du jeu, il faut quand même souligner que le titre de Sega proposait en son temps une ergonomie nettement plus claire. On se demande d’ailleurs ce que Sega fabrique. Les jeux à la Monster Hunter ont vraiment le vent en poupe et revenir avec un nouveau PSO ne serait que pure logique et stratégiquement très favorable. Il faut dire que Sega avait réussi à créer une interface vraiment simple pour tout ce qui concernait l’achat et la vente des équipement. Le système des missions étaient fort clairs et les joueurs se retrouvaient facilement dans le hub. Celui-ci était sans doute plus petit mais il était surtout bien plus efficace !

Si vous avez le choix, privilégiez la version Xbox One X du jeu nettement plus belle et plus stable. Capcom a fait vraiment du travail d’orfèvre en offrant aux joueurs un titre complet tant en terme de rendu qu’en terme de contenu, il n’y a donc absolument aucune raison valable de passer à côté d’un tel titre, à moins bien sûr de ne pas aimer les jeux vidéo.

01

Graphismes : 94%
Vraiment sublime, avec une véritable âme !

Animation : 92%
Ca bouge plutôt pas mal même en cas de surcharge à l’écran.

Jouabilité : 81%
L’interface est parfois peu claire.

Bande Son :92%
Grandioses

Intérêt : 97%
Un excellent titre avec, en théorie, une durée de vie infinie : les sensations de PSO sont là, ou presque, parce que c’est quand même un peu différent, il y a du meilleur, il y a du moins bien, mais dans l’absolu, on a vraiment un produit très similaire.

Note Globale : 95%
Très certainement une des excellentes surprises de ce début d’année. Capcom nous a pourri gâtés.


NOTE : 09/10