Consoles-Fan
21/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3013 articles en ligne

 
Fire Emblem Warriors
Fan-Service ?
Non, vrai jeu !

Quand il s’agit de Fire Emblem, difficile pour moi de rester neutre : série de Tactical-RPG, elle fait partie du paysage vidéoludique depuis la NES, même si les épisodes n’ont commencé à arriver en Europe qu’avec la Game Boy Advance. Mais depuis, la licence a fait un sans-faute, offrant toujours un challenge bien épicé. Et après avoir offert à Link son épisode Warriors, Tecmo Koei offre le même traitement à la licence. L’occasion d’abandonner la stratégie pour le bourinnage jouissif.

JPEG - 49.5 ko

Fire Emblem Warriors est donc le croisement entre la série de tactical et Dynasty Warriors, la licence phare de beat’em-all de Koei. L’histoire de celui-ci se déroule dans un nouveau royaume où notre avatar, prince (ou princesse) de son état, se retrouve face à un danger inédit. Afin de vaincre, sa mission poussera notre protagoniste à s’allier aux héros d’autres mondes. Et autant le dire tout de suite : les nostalgiques de la première heure seront déçus par le casting qui se concentre sur les héros récents. Ainsi, la plupart des personnages viennent de Fire Emblem Awakening et Fates, même si quelques têtes emblêmatiques s’inviteront à la fête (Marth en tête).

JPEG - 79.7 ko

La prise en main ne devrait pas dépayser les amateurs des séries de Koei : un bouton d’attaque faible, une forte, un bouton d’esquive, et le bouton pour la furie. Les commandes sont simples, les combos également, directement repris des Dynasty Warriors. Néanmoins, la marque de la série Fire Emblem est bien là : le triangle des armes a son importance ! Les épées ont l’avantage sur les hâches, mais perdent face aux lances (qui elles-mêmes sont désavantagées face aux hâches). Mais l’on retrouve également la magie, mais aussi et surtout les unités aériennes et les archers. Attention à ces derniers si vous décidez de prendre des personnages aériens, car les dégâts infligés par les flèches aux unités volantes sont aussi indécents que dans les tactical !

JPEG - 79.1 ko

Mais ce Fire Emblem Warriors est aussi l’occasion de diriger plusieurs personnages lors d’un même combat. En plus de pouvoir changer de personnage à tout moment parmis 4, il est aussi possible de mettre les personnages en duo, afin de bénéficier de bonus de stats, mais aussi d’améliorer leurs relations pour obtenir items et dialogues bonus. Les items seront utiles pour améliorer les personnages : à l’instar d’Hyrule Warriors, il faudra en effet en consommer en masse pour octroyer aux personnages des dons passifs ou des avantages.

JPEG - 80.5 ko

Mais que serait un jeu Musou sans son côté grandiloquent ? Fire Emblem Warriors remplit clairement cette partie du contrat : si le jeu est un peu à la peine sur la New 3DS (poussée dans ses derniers retranchements), la version Switch, elle, offre du grand spectacle. A noter d’ailleurs que les attaques ultimes sont nombreuses. Il est possible d’en faire une avec un seul personnage, ou en duo avec un autre perso ayant aussi chargé sa furie. Enfin, il est possible de déchaîner le personnage grâce à une autre jauge. Non seulement celle-ci permet d’augmenter grandement toutes les stats du perso, mais il conclura sa furie avec une attaque ultime à la zone d’effet monstrueuse. Finir à moins de 1000 KOs sera probablement exceptionnel.

JPEG - 86.1 ko

Et à l’instar de Hyrule Warriors, il faut avouer qu’en plus, les développeurs ont assuré un fan service de monstre. Entre les voix, les tenues (qui évoluent avec le changement de classe, mécanique aussi phare des Fire Emblem !), les personnages, mais surtout une campagne longue et des Chroniques qui ouvrent encore plus d’heures de jeu, Fire Emblem Warriors offre une durée de vie en trompe-l’oeil : alors que l’on pourrait penser le roaster un peu réduit aux dernières générations, on se rend compte que celles-ci ont été choyées, bien plus qu’on ne l’aurait cru, avec un nombre de batailles à livrer tout simplement hallucinant si l’on veut tout obtenir...

Graphismes : 12/20 (3DS) 17/20 (Switch)

C’est forcément le grand écart côté réalisation entre d’un côté une New 3DS qui est forcée de cracher ses tripes, et une Switch qui fait tourner bien plus agréablement le jeu. Distance d’affichage, fluidité, finesse des personnages et décors...la console hybride de Nintendo s’imposera naturellement comme le bon choix pour tous ceux ayant celle-ci.

Gameplay : 17/20

Reprenant le concept de base des Musou (combos de coups faibles pouvant se finir avec des forts, attaques spéciales, furie...), le jeu se dote d’une surcouche d’éléments issus de Fire Emblem (triangle des armes, montée de niveau, personnages en duo...). Le résultat est plus que plaisant, même si l’on reste bien simple comparé à un épisode canonique.

Bande-Son : 18/20

Les fans seront aux anges : entre les doublages japonais (à télécharger gratuitement) pour l’intégralité du casting, et des musiques directement issues (ou reprises) des épisodes canoniques, Fire Emblem Warriors est un délice sonore.

Scénario : 15/20

Difficile de justifier le festival de fan-service de cet épisode, autrement qu’en prenant un prétexte classique : suite à l’arrivée d’un nouveau méchant, celui-ci provoque une collision entre les mondes dont sont issus les différents héros, qui se rassemblent pour lutter contre la menace. Néanmoins, cela donne lieu à de nombreux dialogues sympathiques et quelques cutscenes bien mises en scène.

Durée de vie : 20/20

A l’instar de Hyrule Warriors, cet épisode Musou de Fire Emblem est juste incroyable en contenu : en plus d’une campagne déjà plus que satisfaisante, il faudra composer avec les Chroniques qui offrent des défis plus exigeants et variés.

Conclusion : 16/20 (3DS) 18/20 (Switch)

Si vous avez le choix de la console, Fire Emblem Warriors sur Switch est tout simplement un des meilleurs "Musou" jamais sorti. Avec un contenu hallucinant en termes de durée de vie et une profondeur de gameplay étonnante pour un beat’em-all, il devrait plaire aux amateurs du genre et faire vibrer la corde nostalgique des amoureux de la licence. Cependant, même la version New 3DS s’en sort avec les honneurs, même si l’aspect graphique en prend forcément un gros coup, différence de puissance oblige. A essayer !


NOTE : 09/10