Consoles-Fan
17/11/2018

Auteur
  

3049 articles en ligne

 
God Wars
Coup de foudre :
les dieux inculpés !

J’ai lancé le jeu sans configurer les langues. C’est dans ces moments là qu’on se rappelle l’importance de laisser la langue originale, le japonais, disponible. Je trouve le doublage anglais vraiment foireux mais rassurez-vous, le japonais est disponible. En revanche, seul le doublage en anglais est présent, et encore, pas tout le temps. Pour les séquences animées, on s’en passera : pas pratique pour comprendre ce qu’il se passe du coup.

00

God Wars passe avec une bonne base. Le jeu est vraiment charmant malgré une 3D isométrique (pour le positionnement de la caméra car il s’agit bien de 3D temps réel) que je n’adore pas. Le style trognon et rondouillard de ses personnages servent avec brio et grâce un japon traditionnel et ses histoires mélancoliques. Le jeu va jusqu’au bout des choses dans le respect des traditions, jusqu’à un système d’offrande lorsque vous vous rendez au temple et qui vous permet de booster vos statistiques.

05

Les musiques très réussies me rappellent sous certains aspects (pour le côté grandiose sans doute) un certain Sakura Taisen. Les graphismes colorés bénéficient de belles touches acidulées. C’est vraiment très agréable à regarder même si l’animation des personnages lorsqu’ils changent de niveau se font en une seule frame, d’un coup sec,c’est vraiment dommageable de ne pas avoir pris la peine de réaliser certaines phases d’animation.

04

Le concept n’est pas forcément neuf mais il est vrai que l’usage du relief pour prendre l’avantage sur un ennemi est très bien exploité. Un coup porté d’en bas sera moins fort qu’un coup porté d’en haut. La position est aussi importante puisque vous pourrez prendre l’avantage en attaquant de derrière ou de côté.

God Wars : Future Past est un titre classique mais il prend ce qu’il y a de mieux dans ce qui existe et cela fait vraiment super plaisir à voir car les développeurs se sont vraiment bien appliqués. C’est propre, léché, envoûtant et comme je dis toujours, on s’en fiche si la révolution n’est pas là : un jeu classique mais beau comme Apollon et qui utilise une recette compète, efficace, qui fonctionne, c’est déjà très très bien. Le titre impose sa stratégie comme une évidence et emmène le joueur vers une difficulté progressive et agréable.

03

Les premiers combats ont d’ailleurs l’allure d’un tutorial aussi didactique qu’intéressant. Vous découvrirez l’extrême richesse du gameplay avec par exemple la possibilité de sauter par-dessus des points d’eau mais ceux-ci vous freinent en grappillant des cases de déplacement. Des pièges peuvent modifier votre état. Par exemple, si vous devenez confus, vous ne pourrez plus opérer le moindre mouvement. Il existe bien entendu des antidotes. A chaque état son remède et la multiplication des situations complexifient de manière agréable la tactique.

La prudence reste de mise. Avancer trop rapidement ou se séparer peut vous coûter cher car vous pouvez rapidement vous faire submerger. Lorsqu’un de vos personnages est à terre, il est possible de le ranimer un nombre limité de fois. Le nombre de tours pour ressusciter quelqu’un est également limité. Il va en tous cas falloir consommer des fioles et autres mixtures pour parvenir à boucler un stage. Pensez à vous ravitailler dans les boutiques entre deux combats.

01

Graphismes : 96%
Magnifique !

Animation : 95%
Un sens du détail affolant.

Jouabilité : 95%
Classique mais vraiment complet et bourré d’idées avec une mise en oeuvre impeccable.

Bande Son : 97%
Les sons du Japon traditionnel : sublime !

Intérêt : 97%
A dévorer de toute urgence !

Note Globale : 96%
Absolutely fabulous !


NOTE : 09/10