Consoles-Fan
16/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Transference
Et si je mettais mon petit doigt
dans la prise électrique pour voir...

E3 2017. Ubisoft révèle Transference via un trailer un peu perdu dans la masse d’annonces. On y comprend pas grand chose (et la présentation à l’E3 2018 n’y changera rien) si ce n’est qu’Elijah Wood porte le jeu et que c’est vraisemblablement un jeu VR. Et là, surprise, le jeu est aussi prévu sur Xbox One.

04

02

Et à présent, c’est à mon tour de devoir vous expliquer ce qu’est Transference. On peut en tous cas comprendre que la communication sur ce jeu soit compliquée tant cette oeuvre est haut perchée. Il s’agit d’un jeu à la première personne pour lequel vous devez trouver des objets afin de les utiliser et débloquer de nouveaux espaces de jeu, en gros, les mécaniques sont basiques mais la logique du jeu est loin d’être classique. Il y a comme des univers parallèles à visiter et il faut en fait se faire à la logique du jeu qui est loin d’être évidente même si les possibilités limitées finissent par vous remettre dans le droit chemin.

Vous évoluez dans un univers digne de la littérature fantastique moderne, on nage en plein thriller horrifique, un univers palpable numériquement parlant mais dont une partie de la mémoire a été corrompue, ce qui vous empêche de progresser dans la partie. Vous zappez d’un univers à l’autre ou d’un état à l’autre en appuyant sur l’interrupteur de la pièce. Si le but était de décontenancer le jouer et de le plonger dans une douce folie, c’est plutôt réussi, surtout si vous disposez d’une PS4 et d’un casque VR puisque la version Xbox One, elle, en est fatalement privée.

01

Et franchement, dirigez-vous vers la PS4 car c’est vraiment plus une expérience qu’un jeu vidéo en soi et cela a été pensé spécifiquement pour le VR. On sursaute quelques fois mais surtout on finit le jeu en moins de 30 minutes sans le moindre game over puisqu’il n’est pas possible d’échouer. De ce fait, l’horreur ne joue plus qu’un rôle secondaire puisqu’on a rapidement plus vraiment peur de mourir. Dire que c’est un film jouable est sans doute très prétentieux, je parlerai plus d’expérience artistique déjantée dont on ne sort pas indifférent mais veillez quand même à ne pas payer le prix fort car cela reste quand même assez cher pour jouer les originaux.

Graphismes : 73%
Un style original aux couleurs très acidulées et irréelles.

Animation : 71%
C’est fluide dans son ensemble.

Jouabilité : 52%
Beaucoup trop ridige.

Bande Son : 81%
Trippant.

Intérêt : 27%
Vous vous souvenez de Batman : Arkham VR ? On a trouvé plus court.

Note Globale : 38%
Un concept pas inintéressant mais complètement miné par une durée de vie ridicule.


NOTE : 03/10