Consoles-Fan
19/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Assassin’s Creed Odissey
Prométhée-moi
de faire un bon jeu

Le premier contact avec le jeu est inquiétant. La configuration du jeu rappelle étrangement celle d’Assassin’s Creed Origins. Il n’y a plus qu’à espérer qu’on à pas affaire à un data disk ! Les quelques minutes qui suivent ont de quoi rassurer. Le jeu démarre avec un terrain de bataille où perses et spartiates s’affrontent. On est plus proche d’un For Honor que d’un Assassin’s Creed et cela fait beaucoup de bien à la série qui semble en tous cas démarrer avec des ingrédients différents. Même les musiques sont un peu plus présentes qu’à l’habitude. Du temps d’Ezzio Auditore, elles étaient déjà remarquables mais restaient quand même en retrait de par leur douceur. Ici, les percussions font vibrer les murs de mon salon.

J’ai fait un accroc, Paul, à mon Panthéon

Cependant, une fois le jeu réellement lancé, on se rend bien compte que le jeu utilise le même moteur et les mêmes mécaniques de jeu. On retrouve par exemple les mercenaires qui cherchent à vous éliminer et le système de levels qui vous indiquent si la mission est conseillée ou non par rapport à votre expérience.

En fait, ce qui étonne finalement plus dans cet Assassin’s Creed, c’est l’écriture. Les dialogues sont piquants, intéressants et ne manquent pas d"humour. Les personnages sont charismatiques. Il y a un système de choix multiples, vos choix influenceront l’histoire sur certains aspects.

06

De plus, vous avez la possibilité de jouer en mode aveugle, sans aide à l’écran qui vous indique ou vous devez vous rendre. C’est pour les puristes. Cela se joue comme un RPG à l’ancienne ou il faut collecter les informations auprès des personnages non-jouables. Sauf qu’ici, l’aire de jeu est nettement plus grande que celle des vieux RPG. Parfois, autant chercher une aiguille dans une meule de foin. On va garder ça pour les puristes. Pour ma part, je n’ai malheureusement pas d’autre choix que de finir le jeu le plus rapidement possible et en ligne droite, il y a d’autres titres qui m’attendent. Et il faut dire qu’une fois de plus cet Assassin’s Creed est tentaculaire avec une obligation certaine d’effectuer une bonne part de quêtes annexes, histoire de farmer un peu, sans quoi la progression s’avère très difficile.

05

On est allé se faire voir

Outre les mission habituelles, la conquête des territoires, un classique dans Assassin’s Creed, consistera à affaiblir le pouvoir en place en tuant les dirigeants, en massacrant les soldats et en pillant les richesses. Une fois la région affaiblie, une bataille de conquête officialisera le changement de camps définitif. Missions en bateau, sous eau et les fameux mercenaires d’Assassin’s Creed Origins seront de retour. Il faudra aussi éliminer les membres du culte dont vous allez devoir découvrir l’identité afin de remonter toute la hiérarchie. Il y a enfin les fameux forts et autre campements qu’il faudra pacifier tout en pillant les richesses et brûlant les ressources.

04

Si on peut croire que la Grèce de Cassandra (désolé, je n’ai pas joué avec le personnage masculin) et l’Italie d’Ezio se ressemblent, il ne faut pas oublier que les époques sont différentes. Un lieu mêlé à un contexte laisse finalement un large choix aux scénaristes. Seul point commun que je peux retrouver au final, c’est la qualité des musiques si envoûtantes.

03

Et si les Cicones n’étaient que cinq ?

Cet Assassin’s Creed sera moins aérien. Les escalades sans fin de gigantesques monuments pour synchroniser les différentes cartes laissent place à des monuments moins imposants, situés dans les hauteurs mais pas toujours. Assassin’s Creed a beaucoup perdu en verticalité. Est-ce une parenthèse ? Est-ce un abandon ? En tous cas, escalader une statue de Zeus, m’accrocher à son prépuce et entendre Cassandra dire qu’elle ne devrait pas s’accrocher là m’a quand même bien amusé.

Au niveau des nouveautés, on notera une plus grande fluidité des déplacements quitte à manquer de réalisme. On franchit une montagne aussi rapidement qu’une étendue plate. Cela donne quand même pas mal de dynamisme au jeu puisque plus rien ne semble pouvoir perturber notre course. Il faut aussi noter la persistance des cadavres : ceux-ci ne s’effacent pas bêtement une fois qu’ils sont éliminés.

02

Cyclope, tu devrais arrêter de fumer

Au plus on avance dans l’histoire, au plus Assassin’s Creed Odissey se bonifie. On se demande presque à quoi rimaient les déclarations récentes d’Ubisoft qui concernaient le manque d’envie de se concentrer sur la narration car cet Assassin’s Creed montre en fait tout le contraire. Le titre est comparable à la trilogie italienne. Il offre un contenu de ouf, des musiques parfaites et une construction du monde à explorer absolument magique. Problème : comment lui succéder ?

01

Graphismes : 93%
Une réalisation aux petits oignons. Le design character de certains personnages secondaires n’est pas toujours heureux mais il faut reconnaître une personnalité certaine et ceux-ci ne sont pas bâclés au détriment du personnage principal.

Animation : 91%
Quelques petites baisses de framerate dans certaines phases d’animation (par exemple les oiseaux qui s’envolent) mais il faut vraiment chipoter car en contre-partie, les environnements sont très vivants.

Jouabilité : 97%
Jamais un Assassin n’aura été aussi agréable à jouer. Il y a une grande fluidité dans les déplacements et les reliefs du jeu quitte à manquer parfois de logique et les combats sont moins scriptés que jamais et donc bien plus passionnants.

Bande Son : 98%
Une qualité comparable à la trilogie d’Ezzio Auditore !

Intérêt : 98%
L’Assassin’s Creed le plus vaste jamais créé avec une notion d’horizontalité vraiment très développés : il y a un très grand nombre de quêtes et de gameplay différents proposés qui se diluent en parralèle au long du jeu. On notera des phases de combat épiques, des phases en bateau, des chasses à l’homme, des enquêtes... Jamais Assassin’s Creed n’aura autant été orienté RPG mais il gagne par conséquence un contenu d’une richesse exceptionnelle. La seule chose à améliorer pour la prochaine fois, une histoire distincte par personnage serait top !

Note Globale : 96%
THIS IS SPARTAAAAAAAAAA !

07

NOTE : 09/10