Consoles-Fan
22/10/2019

Auteur
  

3124 articles en ligne

 
My Hero One’s Justice
Faux départ
ou volupté ?

J’étais plutôt impatient de tâter de ce nouveau jeu de baston signé Namco Bandai. Le jeu m’avait fait très forte impression à l’E3 et je suis franchement ravi de cette version finale.

04

Il faut dire que le jeu me rappelle pas mal de titres anciens comme Rival Shool ou encore Groove On Fight tant les coups sont délirants pour ne pas dire complètement barrrés. Le jeu se joue comme un Power Stone. Vous êtes libre de courir dans un ring fermé mais assez petit pour ne pas se chercher pendant des heures. Les coups spéciaux sont frappadingues. L’animation des personnages est ultratravaillée et comme le character design est à la fois typé et magnifique et que le je jeu nous offre un framerate constant de 60 images par seconde, on s’en prend plein les mirettes. Il est vrai que les décors sont assez simplistes voire vides mais il y a pas mal d’éléments destructibles qui rajoutent énormément de dynamisme.

03

Le jeu surfe évidemment sur le succès de la série au Japon, elle commence à se faire connaître chez nous et utilise la désormais classique recette du fan service. Néanmoins, ne vous attendez pas à un travail de chevronné surcet aspect puisqu’on nous ressert des extraits provenant de l’anime tout en ayant bien pris soin (bonjour l’ironie) de zapper tout le début de l’histoire : du grand n’importe quoi ! Heureusement qu’un jeu de combat ne se joue pas pour son mode histoire... Le mode mission est plus élaboré avec la possibilité de booster ses capacités façon RPG. D’ailleurs, il faudra penser à se remettre de la vie entre les combats.

02

Dans l’absolu, My Hero One’s Justice offre un gameplay assez classique fait de coups spéciaux et d’attaques ultimes. Le tout est aussi bourrin qu’accessible. Ca ne va pas chercher bien loin. Il se démarque essentiellement pour l’originalité de ses visuels d’attaque qui s’enchaînent dans un joyeux bordel. My Hero One’s Justice mérite en effet quelques réglages mais pour un coup d’essai, le titre ne s’en sort pas si mal même s’il recherche encore ses marques. En tous cas, on s’amuse bien grâce à des visuels bien travaillés, dynamiques, puissants !

01

Le jeu se veut assez aérien grâce à un système de double saut bien pensé qui permet même de nombreuses interactions avec les décors, même en hauteur. Ceux-ci peuvent aussi être détériorés pour ajouter encore un petit peu plus d’effets spectaculaires. La gravité laisse place au délre : il est même possible d’encaster son adversaire dans le décor.

Graphismes : 82%
Bien qu’épurés, le jeu se veut très propre sur lui.

Animation : 92%
60 images par seconde : rien à redire si ce n’est que cette stabilité apporte un confort exceptionnel.

Jouabilité : 95%
Des combats délirants dans un style très inspiré de Power Stone.

Bande Son : 65%
Si vous aimez les musiques d’ascenseur, vous serez servis.

Intérêt : 81%
Bonne pioche pour une première : en tous cas, le titre ne se prend pas au sérieux et emmène donc avec lui un style très rafraîchissant. Un ton très Rival School.

Note Globale : 83%
C’était une des révélations de cet E3 sur le stand de Bandai Namco, le jeu est à la hauteur de mes attentes.


NOTE : 08/10