Consoles-Fan
19/03/2019

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3080 articles en ligne

 
Naruto to Boruto : Shinobi Striker
Narutooooooo
Sasukeeeeeeeeee

Créé en 1999, la série Naruto est devenue tentaculaire au fil des ans. Si l’histoire principale a touché à sa fin en 2014 au Japon, le manga a trouvé une suite avec Boruto, le rejeton du moins discrets des ninjas de Konoha. L’occasion de découvrir un jeu qui fait évoluer sa formule, pour prendre des airs de Monster Hunter...très discutable.

Naruto to Boruto : Shinobi Striker nous met dans la peau d’un nouveau ninja qui souhaite montrer sa valeur lors d’une compétition inter-village. Les évènements se déroulant après la fin des Naruto Shippuden, le casting est ici très large puisqu’on retrouve la plupart des personnages issus de la série, dans leurs versions adultes. On choisit donc son village, son apparence, puis son style de vêtements, et on est partis.

JPEG - 114.8 ko

Cependant, on comprend rapidement que le hub auquel l’on aura accès est restreint, et ne sert en vérité qu’à des fonctions très limités : on y trouve une boutique à items, une zone de quêtes, un dojo pour y choisir son maître (dont on pourra apprendre les techniques au fil des combats à ses côtés, les "maîtres" étant l’essentiel des personnages de la licence), et l’accueil des combats en ligne. Le tout est en effet en permanence en ligne, puisque même les missions contre IA offrent la possibilité d’inviter ou d’ouvrir son équipe à jusqu’à trois alliés.

JPEG - 79.6 ko

Les combats et missions, globalement, se déroulent de la même manière : l’équipe est envoyée dans un environnement issu de la saga (ceux-ci ne sont pas très variés, et la plupart des missions du début du jeu vous enverront invariablement dans le même lieu, avec différents objectifs et adversaire. Le gameplay est très différent des Ninja Storm puisque l’on se retrouve ici plus proche d’un monster hunter : les personnages se déplacent librement dans les environnements, et il est possible de locker un adversaire lors des combats.

JPEG - 72.6 ko

Le problème, c’est que l’on parle ici d’un jeu essentiellement centré sur les affrontements entre personnages de taille "normale". Résultat, le système de caméra semble ici raide, de même que les déplacements. Certes, ceux-ci sont plus vifs que dans Monster Hunter (heureusement !), mais il n’en demeure pas moins assez fréquent de subir une attaque d’un adversaire hors-champ alors que l’on était en plein duel. Plus globalement, c’est tout le système de combat qui est très léger, avec des combos peu variés, et des attaques spéciales probablement un poil trop puissante. Résultat, on se contente de les spammer aussi souvent que possible et d’espérer ne pas en recevoir une d’un autre joueur qui était hors champ.

D’autant que le système de classe propose certes des personnages de contact, mais aussi des personnages à distance qui vont pouvoir envoyer leurs attaques spéciales sans attendre de se trouver à distance de combat. Résultat, entre eux et les médics qui ont tendance à fuir les bastons, on se retrouve dans une espèce de jeu du chat et de la souris dans des environnements qui ne s’y prêtent pas forcément (les joies de se faire éjecter dans un trou...).

JPEG - 58.6 ko

D’autant que si vous êtes un joueur solo, le jeu montrera bien vite ses limites : entre le pan tout entier du groupe vs groupe qui disparaît, et le fait que les missions co-op se ressemblent toutes, les joueurs risquent fort de regretter la richesse en solo d’un Ninja Storm et ses combats de boss titanesques. Certes, on retrouve certains combats de cet acabit, mais le manque de mise en scène, qui était la clé de voute des Ninja Storm, fait cruellement défaut !

Gameplay : 12/20

En lorgnant allègrement du côté de Monster Hunter, le jeu s’avère plutôt pénible côté prise en main. L’action est souvent brouillonne, les hitbox des personnages assez peu précises...résultat, les combats (surtout quand les deux équipses sont au grand complet) deviennent rapidement illisibles.

Bande-son : 16/20

Entre les thèmes de la série et les voix officielles, on retrouve là un bon point pour le jeu.

Graphismes : 10/20

Difficile d’être emballés par l’enrobage de Shinobi Striker, qui semble globalement plus laid qu’un Shippuden Ultimate Ninja Storm 3. Surtout qu’entre-temps, Dragon Ball Xenoverse et surtout Dragon Ball Fighter Z ont montré comment faire cracher les tripes des consoles de la génération pour offrir un jeu spectaculaire en cell-shading.

Scénario : -/20

Le jeu se focalisant sur les missions sans scénario continus (mais avec bien des clins d’oeil aux animés), il ne dispose pas d’histoire.

Durée de vie : 18/20

Si vous accrochez au style de combat et décidez de poncer le online, la durée de vie du titre s’avère plutôt phénoménale, notamment grâce au système de mentors et de ligue en ligne.

Conclusion : 12/20

Difficile d’être convaincu par cette formule full-multijoueur de Naruto. La prise en main est nerveuse mais l’action trop souvent confuse. Et pour peu que l’on n’ait pas des amis en ligne, jouer en co-opération de manière efficace sans communication est souvent difficile. Résultat, on se retrouve avec un jeu à mi-chemin entre la baston et le Monster Hunter, sans jamais convaincre vraiment dans les deux. A réserver aux fans du ninja.


NOTE : 06/10