Consoles-Fan
19/03/2019

Auteur
A Lire Egalement

  

3080 articles en ligne

 
Fallout 76
Fallait pas
l’inviter

Fallout 76 est maintenant dispo depuis quelques semaines. Après un lancement plus qu’houleux, qu’en est-il après quelques patchs et des milliers de plaintes...

Skyrim, ah, SKYRIM.

Quel bijou ce titre ! Eh bien ce n’est pas de lui que nous allons discuter aujourd’hui car nous sommes loin de cette réussite.

JPEG - 314 ko

Alors la faute à qui ? A vouloir trop bien faire, trop faire plaisir aux fans ? A donner les tâches principales au stagiaire ? On va essayer de décortiquer ça ensemble.

Si vous avez lu ma note sur la beta, vous savez déjà qu’elle ne m’avait pas des masses emballée.

J’étais même assez inquiet car la date de sortie du produit fini était tout de même assez proche et je ne voyais pas comment ils allaient pouvoir colmater tout ça en si peu de temps. Attention, je ne suis pas entrain de faire mon frustré tout seul dans mon coin. Je pensais effectivement être passé à côté de quelques choses mais en discutant autour de moi, il fallait se faire une raison, ce Fallout est un fiasco !

Pourtant, le postula commençait bien

Faire de Fallout un univers en ligne allait donner une autre dimension, plus grande encore à un univers déjà titanesque. Et ça, c’est peut être une des seules choses réussies. La taille de la carte est vraiment considérable ! De plus, le choix pris par le design de cette carte est vraiment très réussi je trouve. On dirait ce qu’on peut trouver à l’arrière de certains dessous de table en papier des restos que l’on trouve le long des grands axes routiers.

JPEG - 84.3 ko

Autre réussite, le bestiaire très large. Ils ont fait un travail considérable sur la variété que vous allez croisé tout au long de l’aventure. Voilà. Nous avons là les deux GROSSES réussites de Bethesda. C’est un peu mince...

JPEG - 301.1 ko

Alors ça râle pourquoi ?

Je vous parlais juste au dessus d’un bestiaire large. Oui. Mais il faut quand même savoir que les goules sont les reines et que vous allez en massacrer par paquet de centaine.

Le moteur graphique. C’est ici que certains vont dire que "ça ne fait pas tout". Ils ont raison, ça ne fait pas tout. Mais ça compte quand même car si au moins il était joli, il aurait ça pour lui. Mais là ce n’est même pas le cas ! Les textures sont laides, baveuses, à peine digne d’une PS3/XBOX 360. Par de rares moments, le jeu est joli dans ces différents effets de lumières et d’ambiance. De trop rares moments. En plus de toute ça, il a le luxe de ramer de temps en temps. Optimisation quand tu nous tiens.

Hello, is there anybody here ?

Multijoueur uniquement, le jeu vous demandera donc un abonnement Xbox Live ou PSN suivant que vous jouez sur une machine Microsoft ou Sony.

Au début, comme dans tout MMORPG qui se respecte, on a envie de découvrir le jeu tout seul, dans son bac à sable. C’est normal, nous sommes tous pareil. On a pas envie de cafouiller dans les commandes alors que nous sommes des novices. La progression de montée en niveau se passe très bien et vous n’aurez aucun mal tout seul dans la plupart des cas (mention tout de même pour certains boss et event qui demande du peuple). On peut le comparer à ce que propose Destiny 2 sans les passages calme dans les villes qui coupaient net votre histoire. A noter que les quêtes ne vous seront jamais données par des personnages mais par des bandes de sauvegardes la plupart du temps. C’est pas gênant mais c’est surprenant que les PNJ qu’on croise n’ont rien à nous demander...

T’es le Craft baby !

Si vous êtes un dingue du crafting (récolter des objets afin de fabriquer quelque chose) vous allez être au paradis ! Il y en a partout avec des composants partout, des recettes à trouver presque partout. Du coup, vous allez rapidement vous retrouvez avec un inventaire remplis de "je vais le tenir, on ne sait jamais". Il faut l’avouer que ça a toujours été la maîtrise de Bethesda (Fallout Morrowind), il était donc normal et attendu d’en trouver dans un monde ouvert. Monde ouvert, tant que nous y sommes, il faut quand même rendre à César ce qui est à César. Ils ont le chic et la finesse de savoir créer des mondes ouvert de qualité ! Riche et varié, aucun paysage ne se ressemble. Assez dingue quand on sait, comme je vous l’ai dit, que cette map est immense.

Par contre, ce qui est resté aussi de Fallout 4, c’est son interface horrible et nauséabonde. Autant sur PC ça passe, sur console, ça complique encore plus la prise en main. Trop fouillis, trop complexe et trop complète.

C’est le facteur ma petite dame !

Prenez un point X. Prenons un personnage, vous par exemple. Ajoutons-y un colis à transporter jusqu’au point Y. Voici les 99% des quêtes que vous recevrez. Oui, c’est d’un ennuis mortel même si certaines auront plus votre attention que d’autres.

JPEG - 511.4 ko

Graphismes : 10/20

On souffle le chaud et le froid. Trop souvent, c’est froid.

Jouabilité : 09/20

La prise en main est réellement une catastrophe.

Bande Son : 11/20

Sympa sans non plus être exceptionnelle.

Scénario : 10/20

Le meilleur simulateur UPS du monde ! Rien que ça !

Note globale : 10/20

Preuve en est que le succès n’est pas là, en quelques semaines le titre a déjà vu son prix fondre au soleil. Je l’ai vu à 35€ plusieurs fois pendant les fêtes. A ce prix et si vous êtes fan, ça vaut peut être la peine de le prendre car je reste convaincu que Bethesda va nous fournir des patch


NOTE : 05/10