Consoles-Fan
19/11/2019

Auteur
  

3129 articles en ligne

 
Bleeding Edge
Un jeu de mélée
bien acidulé

Quand on voit Bleeding Edge, on ne peut s’empêcher de penser à Overwatch et ses personnages charismatiques. Pour sûr, en terme de design character, le jeu se s’en cache pas, pourtant, on en est finalement bien loin. Bleeding Edge n’est en effet pas un shooter mais plus un jeu de baston à la Anarchy Reigns en vue à la troisième personne, ce qui rend tout de même le personnage que l’on contrôle plus attachant.

06

Bleeding Edge nous est servi par Ninja Theory, racheté l’année passée par Microsoft. Le pari est pris de se lancer dans un jeu compétitif où la coopération sera au rendez-vous puisqu’on retrouve les différentes classes habituelles : Tank, soigneur... Ainsi, la boucle est bouclée puisqu’avant de développer sur d’autres consoles, Ninja Theory avait déjà sorti une exclusivité sur la première Xbox, elle aussi très orientée multijoueurs, je veux parler de l’excellent Kung Fu Chaos. Bien qu’ici, cela reste tout autre chose.

Difficile de jauger de la profondeur du jeu en une seule session de jeu à 4 contre 4 mais ce qui est sûr, c’est que le titre semble potentiellement prometteur. Il y a en effet un grand nombre de coups disponibles, difficiles à apprendre rapidement sur le tas. Ne parlons même pas de l’optimisation de leur utilisation. Donc oui, le titre a l’air d’offrir une marge de progression intéressante. Mais non, en une seule session, il est difficile de s’en rendre compte. On se sent même plutôt égaré tant le gameplay tente une approche différente de ce qui existe.

03

Chaque personnage dispose d’un moyen de locomotion qui lui permet de se déplacer plus rapidement : il faut dire que de base, le jeu est plutôt lent et privilégie les affrontements directs. A vous de bien vous organiser. La clé est de rester groupé (du propre aveu des développeurs). En tous cas, on a envie d’essayer chaque personnage du jeu tant chacun offre un style unique. Il y a par exemple la mamie (décidemment, c’était l’E3 des petits vieux : watchdogs, moi cloué au lit...), un samurai des temps modernes, une sorte de tank girl.

02

Si les combats sont très acharnés, votre décès n’en sera que temporaire. Vous allez respawner dans votre base et revenir au combat alors que votre équipe sera elle sanctionnée par votre disparition puisqu’il faudra quand même un certain temps pour revenir dans le cœur de l’action avec votre jauge de vie toute fraîche. De fait, le conseil de rester groupé s’affirme vite comme une évidence.

Pour moi, il reste à régler le rythme du jeu, celui-ci manque en effet un peu de pêche. Les déplacements sont lents mais les combats sont au top même si c’est un peu trop le bordel à l’écran (comme dans Anarchy Reigns). Espérons que les développeurs prennent conscience de ces réglages à faire, il est vraisemblable que les retours de cette démo spécial E3 leur seront très utiles.

01