Consoles-Fan
22/10/2019

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3124 articles en ligne

 
Gears 5
La main
dans l’engrenage

Gears 5 est le tout premier jeu de Xbox Game Studios, du moins, dans le contexte de sa refonte annoncée à l’E3 2018. Microsoft a en effet acquis pas mal de nouveaux studios. Dans la pratique, ce ne sont pas des nouveaux venus dans l’univers de Gears Of War qui se sont occupés du développement puisqu’on doit cette suite à The Coalition à qui l’ont doit l’opus précédent ainsi que le reboot du tout premier Gears Of War.

01

On sent en tous cas que les développeurs ont pris un nouveau départ, profitant de cette gigantesque restructuration et ça se voit à l’écran. Les petits gars sont pas peu fiers de leur boulot présenté pour l’occasion en Dolby Atmos. Cette fois-ci, c’est le jeu de la maturité, il faut mettre le paquet pour montrer encore plus de tout : la machine de guerre de Microsoft est prête pour la nouvelle génération : voici le prélude.

05

Le nom du jeu se fait raccourcir, le personnage principal est féminin, pas de doute, Microsoft s’essaie dans la continuité en faisant table rase du passé. Il y a même au début du jeu un camp d’entraînement pour les personnes qui n’auraient jamais touché à cette licence. On note dès lors que le gameplay a encore gagné en ergonomie en particulier pour le lancer de grenades ou le fait d’utiliser des décors pour se planquer. On aurait tord d’oublier que cette fonction reprise par bien des TPS a été initiée par cette série.

02

Gears Of War a en tous cas toujours été une licence qui servait de démo technique, bien plus qu’un Halo. Un Gears Of War, que l’on aime ou pas, c’est toujours un belle petite claque. Ce nouvel opus va-t-il combler nos espérances ?

Avec cet opus, The Coalition tient une belle revanche entre ses doigts. En effet, le titre s’inscrit au Panthéon des jeux les plus impressionnants de sa génération. Certes, la testostérone, marque de fabrique de a série, est toujours de mise mais force est de constater que l’écriture fonctionne plutôt bien et oserais-je le dire, nous sommes en face du Gears le plus intéressant de son histoire. C’est beau, maîtrisé, rythmé avec même une tentative de monde ouvert limités à la Uncharted : The Lost Legacy.

03

J’ai en tous cas été bluffé par une telle réussite, endormi, il est vrai, par la présentation à l’E3 2019 qui ne laissais pas en transparaître autant. Il faut dire que du haut de ces 4K / 60FPS, Gears 5 tient à l’écart tout le reste de la production vidéoludique du moment. La balle est désormais dans le camps de Microsoft mais c’est tout bénéfice pour nous, les joueurs, puisque la concurrence n’en restera certainement pas là.

05

Seule ombre au tableau : sans doute la durée de vie car après nous avoir transporté dans des endroits plutôt exotiques, on ressent néanmoins un sentiment de trop peu. Mais c’est bien parce que le jeu est bon qu’on voudrait qu’il soit plus long, non ?

Du côté du multijoueurs, les tentatives de se renouveler son à avec le mode fuite qui consiste à s’échapper avec très peu de munitions. Ca ne vaut pas les modes originaux ni le mode co-op en terme d’amusement, sans doute à cause de ce manque de munition qui fait plus rager que peur.

04

Graphismes : 95%
Une démo technique !

Animation : 87%
Il y a quand même quelques petites baisses de framerate.

Jouabilité : 93%
Un concept qui a fait ses preuves encore modernisé par un rééquilibrage des armes.

Bande Son : 95%
Succulente en Dolby Atmos.

Intérêt : 92%
Enfin des personnages avec de la profondeur.

Note Globale : 94%
Un reboot réussi mais qui ne déstabilisera pas les fans de la première heure.


NOTE : 09/10