Consoles-Fan
16/12/2019

Auteur
  

3132 articles en ligne

 
Sinking City
Un jeu qui reprend certains codes et ambiance de Lovecraft, forcément ça laisse rêveur.
Voyons si le rêve ne vire pas au cauchemar...

Ne soyons pas naïf, la plupart des jeux qui se sont risqués à cet exercice se sont lamentablement vautré. Attention, si les apparences sont clairement orientées vers cet univers, le titre lui n’en possède la licence. Donc comme on dit, toute ressemblance avec des évènements qui pourraient y ressembler sont totalement involontaire…

Bienvenue dans Sinking City.

JPEG - 93.8 ko

Détective privé, Reeds ne l’a pas toujours été. Ancien vétéran revenu de la guerre, il a décidé de mettre à profit ses capacités.

Un peu comme dans Silent Hill, Reeds fait des cauchemars qui le poussent vers la ville d’Oakmont.

PNG - 782.9 ko

Même si d’emblée il semble qu’il n’ait rien de neuf sous le soleil, détrompez-vous. Le gros changement c’est que vous êtes ici dans un monde ouvert. À la manière d’un GTA ou d’un Read Dead, vous pourrez vous balader dans la ville et choisir dans quel ordre vous allez aborder l’enquête (quête principale ou les innombrables quêtes annexes).

Et autant vous le dire tout de suite, votre enquête sera loin d’être simple !

Le lieu dans lequel se déroule votre histoire n’est pas vraiment attirant. Une ville inondée, des habitants complètement coupés du monde et envahis par des coquillages et autres créatures étranges qui hantent désormais le quotidien bien glauque.

JPEG - 453.3 ko

Une fois l’ambiance posée, ça donne envie. Une liberté totale, une atmosphère pesante et prenante bref, ça sent bon.

Et c’est vrai qu’au début, vous allez adorer mener l’enquête qui vous sera attribuée. Ce n’est pas pour rien que certains passages vous feront penser à Sherlock Holmes, ce sont les mêmes papas.

De ce point de vue, on peut dire qu’ils gèrent assez bien. On auditionne des gens, on se déambule dans les quartiers, parfois de façon un peu plus brutale, on collectionne les indices.

JPEG - 315.3 ko

Mais derrière cette grande liberté se cache un grand vide.

Oui, vous pouvez vous balader d’un endroit à un autre de la vielle, visiter certaines maisons, mais vous remarquerez aussi rapidement que les rues sont vides (sauf pour les ennemis) la plupart du temps et que les maisons sont bien souvent des copies de celles que vous venez de visiter.

Là où on peste, c’est que SI ce jeu avait été développé avec plus de moyens, il aurait été parfait !

Mais on ne peut pas retrier aux gars de Frogwares le travail accompli avec les moyens qu’ils ont.

N’est pas EA ou Bethesda qui veut.

Graphismes : 15/20

L’ambiance est malsaine et on ressent très bien un univers oppressant.

Jouabilité : 15/20

Le personnage bouge bien et les commandes sont simples à prendre en main

Bande Son : 15/20

Dans un canapé, au soir, en home-cinéma, faut avouer que ça le fait !

Scénario : 13/20

Trop rapidement les lacunes qu’on ne distinguent pas au début font surface et là, c’est la déception...

Note globale : 14/20

Ah si seulement ! C’est le maître mot de ce titre qui avait vraiment tout pour être un hit dans son genre voir une référence.


NOTE : 07/10