Consoles-Fan
19/11/2019

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3129 articles en ligne

 
Final Fantasy XIV : Shadowbringers
Quand un MMORPG
possède aussi un scénario

Tester un MMORPG n’est pas une chose facile.
 Surtout dans le cas de Shadowbringers. Son histoire ne commençant qu’à partir d’un niveau élevé (vous devez finir la trame principale qui comprend beaucoup de quêtes « FedEX » en plus d’une progression assez lente) mais aussi les deux autres extensions, à savoir Heavensward et Stormblood.
 Bref, il vous faudra de la patience si vous n’avez jamais joué à FFXIV. Heureusement, le jeu est gratuit jusqu’au level 35. 
Histoire de vous mettre l’eau à la bouche sans avoir le sentiment de perdre des sous. 


Quoique…

Si vous êtes impatient de commencer l’aventure, vous pouvez sortir votre carte Visa et acquérir le level 70. 
Mais, je ne vous promets pas de comprendre la moindre chose dans le scénario par la suite. Le joyau de Shadowbringers, c’est son scénario. 
 La preuve qu’avec un bonne équipe derrière l’écriture, un MMO peut lui aussi avoir une histoire digne de ce nom. 


C’est d’ailleurs à grands coups de balais dans les concepts historiques que l’avancée se fera. La lumière étant devenue une menace… Mais nous en parlerons plus tard.

C’est fortement résumer l’histoire complexe qu’est Final Fantasy XIV mais il ne faudrait pas oublier que le titre existe depuis 6 ans. Forcément, il y en aurait des choses à dire.

JPEG - 121.2 ko

C’est d’ailleurs aussi pour cette raison que je ne saurais recommander ce titre qu’à un joueur ayant déjà au moins tenté l’aventure de ce MMORPG. 
 Même si le scénario permet largement la compréhension, arriver jusque là vous demandera beaucoup de temps et de motivation. Ou alors des sous sous...vu qu’en dégainant votre carte bancaire, il est possible de monter de niveau. 
 Je ne suis pas du tout fan de cette solution car ça vous gâche tout le plaisir. 
 Sauf si vous le faites pour un second personnage (un reroll comme on dit) et dans ce cas, c’est un choix que je peux comprendre par facilité et gain de temps.

L’obscurité a disparu…

Plus d’un siècle sans nuit, sans ombre. Voilà qui pourrait plaire à certains mais c’est sans compter sur la vraie menace de tout ceci. Des Purgateurs. Ce sont eux ont décidé de baigner ce monde dans une lumière omniprésente. 
 Par la force des choses, vous deviendrez donc le Guerrier des Ténèbres afin de rétablir l’ordre dans cet équilibre.

Plusieurs RAIDS et Donjons vous attendront afin d’accomplir votre quête au mieux. Le concept n’a pas changé. 4 joueurs pour les Donjons et 8 pour les RAIDS. 
Le scénario mené dans les phases de Donjons nous place parfois spectateur d’événements importants mais sur lesquels vous n’aurez aucuns pouvoirs de décisions. Vous serez parfois témoins de choses épouvantables, donnant une force encore plus grande à votre quête.

JPEG - 234.8 ko

Comptez en plus sur un accompagnement musicale incroyable orchestré par Masayoshi Soken et la dimension épique devient magistrale !

Deux races, deux classes, sinon rien !

Comme toute bonne extension qui se respecte, deux nouvelles races font leur apparition. Les Hrothgars (réservés aux sexe masculin) et les Vieras (vous l’aurez compris, pour le sexe féminin). 
 Les choix de chacun sur les races ne regardent que vous mais je trouve les Vieras plus intéressantes. A vous de voir.

Et c’est la même chose en ce qui concerne les classes, à savoir le danseur et pistosabreur. 
 Le danseur est une classe de soutien. Il attaque à distance, il peut augmenter la puissance des alliés en effectuant…des pas de danses (vous vous en doutiez). 
A mon sens, ce n’est pas un classe accessible. Elle demande beaucoup de concentration de votre part.

Le pistosabreur (mon favori) est bien plus facile à diriger. 
Protéger et prendre des dégâts (un tank amélioré). Il est très utile face aux Purgateurs. Je l’ai trouvé vraiment agréable à jouer.

Mais ce n’est pas tout, certaines classes existantes ont elles aussi subit pas mal de changements. Une bonne excuse pour les redécouvrir.

JPEG - 141.3 ko

Graphismes : 14/20

Bien que légèrement mis à jour, le moteur accuse toute de même son âge. Mais en tout honnêteté c’est toujours plaisant à regarder.

Jouabilité : 15/20

Bien que l’interface soit très complète et complexe, il ne vous faudra pas longtemps pour trouver vos marques.

Bande Son : 16/20

EPIQUE ! C’est le mot pour cette OST. Et elle fait clairement partie intégrante au titre.

Scénario : 17/20

Un exemple ! Ne pensez pas que les MMORPG sont juste là pour vous faire prendre des niveaux et dépenser vos sous virtuels en équipements. Il y a ici un véritable travail d’écriture. Bravo !

Alors, on prend une semaine de congés et on (re)plonge ?

Au moment de faire le bilan, c’est la première fois que celui-ci est très compliqué. 
 D’abord parce qu’il s’agit d’un MMORPG mais surtout de son extension. Juger celui-ci sur son contenu n’est pas compliqué mais étant donné que pour arriver jusque là, le chemin est long et pas facile, il faut tenir cette variable en considération…

Note globale : 16/20


NOTE : 08/10