Consoles-Fan
20/02/2020

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3143 articles en ligne

 
Astérix & Obélix XXL 3
Le ciel ne leur est pas
tombé sur la tête

Astérix & Obélix XXL 2 avaient créé la surprise en son temps. Il était en effet rare de voir des licences de BD aussi bien traitées. L’humour débridé et les références parodiques avaient complété un jeu riche, varié, équilibré. Microids avait même décidé de ressortir le jeu, le temps d’une adaptation un peu parresseuse mais au contenu toujours aussi efficace. La vraie suite, la voilà, c’est pour maintenant. Est-ce que la barre sera maintenue aussi haut ou le titre va-t-il tenter une approche différente ?

04

Un grand soin a été apporté aux dialogues puisque nous retrouvons des voix de doublage bien connues du grand public. Le jeu propose une vue aérienne de 3/4, ce qui n’est et ne sera sans doute jamais ma tasse de thé. Soit.

D’un point de vue technique, le jeu propose au premier abord des graphismes aux allures simplistes mais colorés. Cependant, le jeu est quand même bourrés de petits détails que l’on retrouve dans la plupart des productions actuelles : la végétation est brassée et il y a pas mal de petits effets d’eau. Les ombres sont aimées et il y a des petits effets pyrotechniques sympathiques. Finalement, le titre propose un ensemble visuel assez réussi qui présente à l’écran pas mal de détails. L’animation cartoonesque est très réussie y compris pour les personnages secondaires comme les sangliers. Le tout confère un capital très sympathique au titre qui ne soufre au finalque de son framerate qui aurait pu être mieux optimisé au vu du fait que le joueur ne pilote pas la caméra : celle-ci est sur un rail, à l’ancienne, mais c’est loin d’être désagréable et cela permet de souligner certains effets de mise-en-scène.

02

A part cette faute de goût, on peut dire qu’Astérix et Obélix XXL 3 réussit son pari même si le jeu se présente sous un jour différent. Le titre fait toujours place à la baston, il y a quelques switchs à activer mais le titre propose quand même quelques éléments de réflexion. Par exemple, les personnages ne peuvent pas sauter, il faut donc parfois trouver des stratagèmes pour atteindre des plate-formes inaccessibles.

01

Le plaisir de jeu est en tous cas bien présent avec une sentiment de progression qui est là bien que trop souvent retardé par des longueurs inutiles mais bien pratiques pour les développeurs désireux de prolonger à moindre frais la durée de vie du jeu. Les décors sont variés même si l’inspiration est assez classique. En fait, c’est sans doute là où le jeu est le plus convaincant car le titre nous propose au final une de ces expériences oldschool comme on les adore.

Le gameplay est riche de par la présence des deux personnages jouables qui ont chacun des propriétés distinctes. En effet, vous n’êtes pas sans savoir qu’Obélix n’a pas droit à la potion magique puisqu’il est tombé dedans quand il était petit. Il n’a donc pas de jauge de potion mais en échange, il peut diriger son chien Idéfix mais aussi frapper avec le menhir de cristal qui est au cœur de cette aventure. Pendant l’aventure, vous devrez récupérer des fragments qui s’incrustent dans le menhir de cristal et qui lui confèrent de nouvelles propriétés.

03

Graphismes : 83%
Epurés et un brin répétitifs mais châtoyants et détaillés.

Animation : 83%
Beaucoup de détails : un très joli travail de la lumière.

Jouabilité : 85%
Très accessible, le jeu ne s’inscrit pourtant pas dans la continuité pure d’Astérix et Obélix XXL2 et fait le choix (effrayant) de la vue de 3/4. Ce n’est certainement pas ma tasse de thé et pourtant la recette démarre au quart de tour. Le gameplay d’Obélix évolue grâce au menhir de cristal !

Bande Son : 93%
Les voix officielles très convaincantes.

Intérêt : 80%
Un bon moment de jeu vidéo grâce à des idées de gameplay sans cesse renouvelées.

Note Globale : 80%
Fun et agréable à parcourir même si ce n’était pas gagné pour ma part, n’étant pas fan de la forme (vue de 3/4) mais le mode co-op efficace avec des petites variations de gameplay a eu raison de moi.


NOTE : 08/10