Consoles-Fan
15/08/2020

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3172 articles en ligne

 
Mario & Sonic aux Jeux Olympiques
Rien ne sert de courir
il faut partir à point

On se souviendra de ce jour qui a marqué les esprits, l’annonce d’un jeu où les stars de Sega allaient enfin rencontrer les stars de Nintendo pour s’affronter avec fait play dans le contexte des jeux olympiques.

09

Depuis, rendez-vous est pris, tous les deux ans, pour s’essayer alternativement aux jeux olympiques d’été et d’hiver. Pour ce rendez-vous estival Tokyoïte, on aurait pu croire que les firmes nippones allaient mettre les bouchées doubles pour nous étonner mais il faut bien avouer que le contenu a de quoi dérouter. La maniabilité est plutôt imprécise et le challenge quasiment absent. Je ne saurai que trop vous conseiller de choisir un niveau de difficulté élevé. Heureusement qu’un mode multijoueurs existe ! Pour le reste, le jeu est très propre sur lui et ravira les fans des deux éditeurs japonais.

08

Pour sûr, le jeu sort fortement en décalé avec l’évènement sportif mais il fallait sans doute mieux ne pas rater les fêtes de fin d’année plutôt que de sortir dans l’indifférence générale pendant les vacances d’été. Cependant, je reste persuadé que le jeu aurait pu être plus peaufiné. On retrouve pas mal d’épreuves dont certains ont déjà été abordées de nombreuses fois. C’est le mode rêve qui, comme à son habitude, offre aux joueurs une expérience de jeu aussi originale qu’irréaliste. L’occasion aussi de créer des ambiances plus jeux vidéo vraiment très sympathiques.

07

Mais ce qui est vraiment sympathique, c’est l’optique retrogaming de tout un pan du jeu avec une histoire bien pixellisée et des épreuves avec des gros pixels, tous pleins de gros pixels, que ne renierait pas un fan de Track And Field et de Deacathlete comme moi, pour avoir usé mes paumes de main sur la manette infernale de la Colecovision. L’histoire est orchestrée par Bowser et Dr. Eggman et une console rétro qui a fini par absorber tout le monde.

06

Ce qu’on peut finalement reprocher à ce titre, c’est essentiellement son manque de renouvellement. On sent bien que les développeurs ont fait le tour du sujet et à moins de l’arrivée d’un belle et riche idée pour le prochain opus, le titre risque de s’embourber encore un peu plus.

05

04 En délaissant (pas trop quand même) les épreuves d’athlétisme, Sega a fait le choix de la variété avec du football ou du rugby mais aussi de l’escalade, du skateboard, du surf ou encore du karaté, du badminton, du tir à l’arc, de l’escrime, du ping pong, du volley ball, du kayak, du jumping... Cela part dans tous les sens et c’est tant mieux car le joueur a le sentiment d’être gâté. Cependant, aucun des épreuves n’offre au final un gameplay bien complet et un fort sentiment répétitif finit par se faire rapidement ressentir.

02

Le fun n’est malheureusement pas au rendez-vous même si les plus jeunes semblent quand même bien s’amuser mais les plus vieux risquent d’être un désabusés face à un titre qui tourne en rond. La victoire semble parfois plus due au hasard qu’à la véritable maîtrise. Je pense ici au lancer du poids et à l’épreuve de surf très déconcertante.

01

Graphismes : 93%
C’est toujours très propre et plain de couleurs acidulées.

Animation : 91%
Le jeu dispose d’une fluidité absolument exemplaire.

Jouabilité : 65%
Un fort sentiment de non-jeu...

Bande Son : 82%
Des ambiances sonores offrant les bons repères.

Intérêt : 58%
On s’amuse quand ?

Note Globale : 68%
J’ai vraiment apprécié l’aspect retrogaming du titre qui apporte un vrai contenu supplémentaire : un mode histoire. Mais pour le reste, c’est très peu inspiré.


NOTE : 06/10